Grands Dossiers de Diplomatie

L’Union européenne, le « Bisounours » de la guerre économique mondiale ?

Après avoir condamné plusieurs entreprises européennes telles que BNP Paribas ou Volkswagen, le Département de la Justice américain a requis une amende record de 12,5 milliards d’euros contre la banque allemande Deutsche Bank, accusée d’avoir vendu des titres adossés à des crédits immobiliers toxiques avant la crise. Alors que certains, comme le président du comité économique du parlement allemand, estiment que « ce que nous vivons en ce moment a des traits ressemblants avec une guerre économique », d’autres suspectent une réponse de Washington à la pénalité infligée par Bruxelles à Apple. (© Marian Weyo)
Entretien avec Ali Laïdi, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et auteur de "Histoire mondiale de la guerre économique" (Perrin, 2016), sur le comportement, les choix, les forces et les faiblesses de l'Union européenne sur l'échiquier économique international.

L’Union européenne est un espace majeur de la mondialisation. Peut-on pour autant dire qu’elle est un acteur majeur de la guerre économique mondiale avec une stratégie commune de conquête des marchés ?

Ali Laïdi : L’Union européenne (UE) n’est pas un acteur majeur de la guerre économique. L’Europe subit cette guerre plus qu’elle n’agit pour défendre ses intérêts. La réflexion stratégique de l’UE sur ce monde d’hyperconcurrence est au point mort. L’Europe tarde à réagir au cadre nouveau des relations économiques post-guerre froide fondé sur l’hypercompétition. Jusqu’à une date très récente, elle ne comprenait pas, ou plutôt ne voulait pas comprendre, que tous ses concurrents ne sont pas loyaux et que ses alliés politiques sont aussi de redoutables compétiteurs. Pour les élites politiques et bureaucratiques européennes, la guerre économique n’existe pas. Pas de discours, pas de réflexions, peu de citations dans les communications officielles de Bruxelles. Cette Europe, bâtie sur la paix, refuse d’envisager les marchés comme pouvant parfois se transformer en champs de bataille. Jusqu’à la crise des subprimes, l’Europe ignorait donc totalement la guerre économique. À Bruxelles, on évite ce sujet comme la peste. C’est à peine si on ose parler d’une Europe puissance économique. Les Européens apparaissent comme les Bisounours de la compétition économique globale.

L’Europe s’abrite sous le parapluie militaire de l’Otan pour garantir son intégrité territoriale, mais qui protège l’économie de plus de 500 millions d’habitants ? Silence radio à Bruxelles : pour la sécurité économique, c’est chacun pour soi !

Quels sont les États européens les moins naïfs ?

La Grande-Bretagne possède une très vieille tradition en matière de collecte de l’information économique. Celle-ci date du Moyen-Âge, elle a été initiée par la reine Elisabeth Ire. La souveraine invitait les marchands, les aventuriers et les scientifiques britanniques à ramener sur l’île les informations sur le monde. D’autre part, les attaches entre Londres et Washington s’illustrent dans la coopération industrielle, particulièrement dans le secteur de la défense, ce qui permet aux entreprises anglo-saxonnes de profiter des commandes publiques. Les liens existent aussi entre leurs services de renseignement, qui collaborent étroitement. Si la CIA et la NSA sont présentes depuis longtemps sur le terrain économique, les agences britanniques s’y mettent de plus en plus. Richard Dearlove, ancien directeur du Secret Intelligence Service (MI6) de 1999 à 2004, s’est prononcé pour le renforcement des capacités de renseignement économique de la Grande-Bretagne. Il n’a pas hésité, lors d’un discours à Londres le 5 juillet 2011, à appeler son pays à espionner ses alliés au nom de la défense de ses intérêts économiques (1). Il ne faisait qu’appuyer John Sawers, un de ses successeurs au MI6, lorsque celui-ci a reconnu dans un discours en octobre 2010 que ses équipes avaient les compétences nécessaires pour faire du renseignement économique. Il est vrai que la Grande-Bretagne n’affiche pas de politique publique d’intelligence économique. Jusqu’à la campagne sur le Brexit, le pays semblait indifférent aux rachats de ses fleurons industriels par des groupes étrangers. Ce qui ne signifie pas qu’il restait inactif. Bien au contraire, avec la City, la Grande-Bretagne attire les plus prestigieuses sociétés d’intelligence économique et parmi elles, certaines sont réputées les plus agressives au monde dans la recherche de l’information économique et financière. Depuis le vote pour le Brexit, la position des Britanniques a évolué. Theresa May, la nouvelle Première ministre, semble vouloir soutenir le « made in Britain ». Quitter l’Europe en optant pour un « hard Brexit », c’est, selon elle, reprendre en main les rênes économiques du pays et ne plus dépendre de Bruxelles pour se protéger de la concurrence mondiale.

Le modèle allemand repose sur une expérience forte et la solidité d’un système très centralisé de recueil d’informations autour de la banque, de l’industrie et des sociétés de commerce. Les atouts de l’économie allemande portent sur l’entente entre les partenaires sociaux dans les objectifs à atteindre, l’émulation dans les méthodes d’approches commerciales, l’appel à la diaspora allemande comme relais d’information et d’influence, l’appui de l’appareil consulaire dans la conquête des marchés extérieurs et enfin, la mutualisation du renseignement économique. Sans parler de l’antériorité et du savoir-faire dans la fabrication de fichiers économiques, technologiques, comptables et commerciaux. Malgré cela, Berlin ne possède pas non plus de système national d’intelligence économique. Les Allemands n’osent pas franchir le pas, car ils craignent qu’une telle politique soit interprétée comme le retour de la volonté de puissance de l’Allemagne. Pourtant, Berlin ne peut pas rester indifférent au sort de ses fleurons industriels. Après l’OPA chinoise sur l’entreprise Kuka (robots industriels), les Allemands viennent de retirer leur feu vert au rachat par les Chinois de deux entreprises : Aixtron (machines-outils) et Ledvance (éclairage par LED). Visiblement inquiet de l’offensive de l’empire du Milieu sur les pépites allemandes, le ministre de l’Économie, Sigmar Gabriel, appelle les Européens à mettre en œuvre une législation pour contrôler les emplettes de Pékin en Europe.

Quant aux Français, ils disposent d’une politique publique d’intelligence économique depuis le rapport Martre de 1994. Ce document de référence définit l’intelligence économique (IE) « comme l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques » (2). Neuf ans après, le rapport Carayon (2003) reconnaît l’existence d’une guerre économique mondiale et débouche sur la création du poste de Haut responsable à l’IE, qui évoluera pour devenir la délégation interministérielle à l’IE (D2IE) puis le Commissariat à l’information stratégique et à la sécurité économique (CISSE).

Dans le reste de l’Europe, la question de l’intelligence économique est aux abonnés absents. Certains pays comme la Suède ont une expérience dans ce domaine, mais les Suédois en débattent rarement publiquement. Les Belges, les Italiens et d’autres observent avec curiosité l’expérience publique française mais ne semblent pas pressés de s’en inspirer.

La stratégie des États membres peut-elle entrer en opposition avec la stratégie globale de Bruxelles ?

En effet, cela peut arriver. Par exemple lorsque la Grande-Bretagne s’arrime plus à Washington qu’à Bruxelles, notamment dans son refus de laisser les Européens prendre en charge leur défense, ce qui leur permettrait de construire une industrie de défense puissante. Ou lorsque les Français tardent à s’allier aux autres Européens pour imaginer le futur avion de combat ou les drones de demain. Ou bien lorsque les Polonais préfèrent acheter des équipements militaires américains plutôt qu’européens. Ou quand les services de renseignement allemands espionnent les entreprises européennes pour le compte des Américains… Et lorsque les pays libéraux refusent toute réflexion sur la sécurité économique du Vieux Continent.

Pourtant, dans le passé – et vous le démontrez dans votre dernier ouvrage, Histoire mondiale de la guerre économique, paru chez Perrin –, les Européens étaient de féroces guerriers économiques…

C’est exact. Au Moyen Âge, les marchands européens apparaissent comme de redoutables guerriers économiques. La Hanse est le parfait exemple d’une ligue de villes marchandes d’Europe du Nord qui pratique aussi bien le commerce que le blocus économique, et même la guerre. Le roi Louis XI, qui décrète un embargo sur certaines foires étrangères afin de nuire aux intérêts de ses ennemis politiques est également un fin stratège politique doublé d’un efficace guerrier économique. Que dire enfin de ces Républiques maritimes italiennes dont la rivalité économique n’a d’égale que leur haine réciproque ? Après le Moyen Âge s’ouvrent de nouvelles perspectives pour le commerce mondial grâce aux grandes découvertes. Ces nouveaux mondes deviennent d’immenses champs de batailles économiques entre les royaumes européens. Génocides, massacres, guerres, esclavages, meurtres, guerres de course, guerres du renseignement, espionnage… En Amérique, comme en Inde et en Asie, le commerce a la couleur du sang. Tous les coups sont permis pour arracher les marchés de l’or et des épices aux mains des concurrents.

Comment expliquer alors qu’aujourd’hui les Européens soient les « Bisounours » de la compétition économique mondiale ?

Il y a sans doute plusieurs raisons qui mériteraient un ouvrage entier pour être exposées. J’en vois une très importante qui explique l’impensé de la guerre économique chez les Européens. Elle est liée à la fable du doux commerce, qui prétend que la violence n’existe pas dans le champ économique, qu’elle est l’apanage de la politique et que les échanges adoucissent les mœurs entre les hommes. C’est en partie vrai, mais en partie seulement.

Les Européens, dont le projet économique et politique repose entièrement sur la paix, refusent de voir le côté obscur de la compétition économique mondiale. Ce qui n’est pas le cas des Américains, des Japonais, des Chinois, des Russes…

Depuis des siècles, ce mythe du doux commerce arrange les affaires des ultralibéraux anglo-saxons qui neutralisent ainsi l’Europe. En effet, pour reprendre le raisonnement ultralibéral, l’État ne sert à rien et n’a donc pas sa place là où la violence n’existe pas. Ce mythe agit comme une véritable chape de plomb qui empêche les Européens d’évaluer le réel potentiel polémologique des échanges commerciaux et donc de proposer une politique pragmatique pour y faire face. Le doux commerce permet d’éloigner, pour ne pas dire d’exclure, les États européens (et donc les institutions de l’UE) des affaires économiques. Alors que de l’autre côté de l’Atlantique, mais aussi en Russie, en Chine, au Japon, l’État accompagne et soutient ses champions nationaux !

Pourriez-vous citer quelques exemples de cette naïveté européenne ?

Depuis les attaques du 11 septembre 2001, les Européens subissent les pressions des Américains pour les obliger à leur livrer toutes leurs données financières (affaire Swift) ainsi que les informations sur les passagers transatlantiques (affaire PNR). Tout en se pliant aux injonctions américaines, les Européens n’ont jamais réclamé la réciprocité. Or, ces données peuvent être de terribles armes de guerre économique entre les mains de services de renseignement étrangers. Autre exemple : le transfert des données personnelles des citoyens européens vers les États-Unis. Il a fallu une plainte d’un particulier (contre le Safe Harbor) pour que la Cour de justice européenne exige que la Commission renégocie l’accord avec les États-Unis. Ce qu’elle a fait avec le Privacy Shield, qui d’ailleurs n’améliore pas franchement la situation. Les révélations d’Edward Snowden, ancien consultant de la CIA et de la NSA, sur l’ampleur des écoutes des grandes oreilles américaines montrent à quel point les États-Unis ne renonceront jamais à édifier un Big Brother du XXIe siècle. Malgré cela, on attend encore une véritable réaction de l’UE et en particulier celle des chefs d’État européens qui étaient sur écoute !

L’UE s’est-elle emparée du concept d’intelligence économique ?

Depuis le rapport Martre de 1994, Paris tente de réveiller la Belle au bois dormant. À la suite de nombreuses approches pour sensibiliser la Commission à l’intelligence économique, Bruxelles a publié quelques textes entre 1994 et 1995 qui mentionnent le concept d’IE. C’est le cas dans une communication de la Commission intitulée Une politique de compétitivité industrielle pour l’Union européenne (3). Dans ce document, Bruxelles appelle ses membres à « tirer parti des atouts de l’Union européenne dans l’exploitation du nouveau concept d’intelligence économique qui constituerait l’un des aspects majeurs de la société de l’information ». L’ancien Premier ministre français, Édith Cresson, lance à l’époque une réflexion, au sein de la Direction générale XII « Science, recherche et développement », sur l’élaboration d’un système d’intelligence économique européen. Pour quels résultats ? Quelques publications largement inspirées du rapport Martre, autrement dit, pas grand-chose ! L’IE est de nouveau citée dans le Livre vert sur l’innovation publié en 1995 (4). Constatant une perte de compétitivité des entreprises européennes, la Commission appelle les États membres à mettre en œuvre « des actions d’intelligence économique, c’est-à-dire des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution de l’information utile aux acteurs économiques » (5). Beaucoup de bla-bla et aucune initiative concrète. En fait, Bruxelles n’aime pas ce concept. Le camp libéral, Britanniques en tête, le trouve trop théorique, trop fumeux, trop français. Il n’apprécie pas ce discours qui fleure bon l’interventionnisme public.

La crise de 2008 a-t-elle fait bouger les lignes ?

En effet, avec la crise économique et le retour du débat sur le protectionnisme, Bruxelles s’intéresse enfin à la question et s’interroge : l’Union européenne n’est-elle qu’une passoire où le reste du monde peut tranquillement faire son marché en rachetant les entreprises européennes ?

L’UE est le premier destinataire et le premier émetteur d’investissements directs à l’étranger (IDE). Autrement dit, c’est le continent qui bat les records d’entrée et de sortie d’argent. C’est dire que l’UE est un marché largement ouvert. Ce qui n’est pas le cas pour ses concurrents mondiaux. Avant la crise, cela ne posait pas de problème. Depuis, les Européens se demandent s’ils ne sont pas le dindon de la farce du grand marché global. Le reste du monde peut faire ses emplettes en Europe, tandis que les Européens ne peuvent pas en faire de même chez leurs partenaires. La Chine, les États-Unis, le Japon sont particulièrement visés. Le temps de la naïveté est-il fini ? L’heure est-elle à la riposte ? Les Européens envisagent la création d’un mécanisme pour protéger leurs intérêts économiques stratégiques. C’est le sens du courrier adressé le 9 février 2011 par deux commissaires européens (Michel Barnier – Marché intérieur – et Antonio Tajani – Industrie) à José Manuel Barroso, alors président de la Commission européenne. Tout en se félicitant de l’attractivité du marché européen, les auteurs s’interrogent sur l’établissement d’une protection minimale de l’UE. Il est « légitime d’examiner si les effets néfastes de certains investissements étrangers sont effectivement avérés. » Et si c’est le cas, « il faudrait examiner quels mécanismes et quels critères permettraient de les éviter ou d’en minimiser les conséquences. » Les deux commissaires font référence à la création d’un outil de contrôle des investissements étrangers comme il en existe en Chine, en Russie et aux États-Unis. Plus récemment, Bruxelles a haussé le ton vis-à-vis de Pékin. L’UE soupçonne la Chine de vouloir casser l’industrie européenne de l’acier en pratiquant un dumping. Dans une communication datée du 18 octobre 2016, la Commission rejette le procès en naïveté. « Nous ne sommes pas naïfs, écrit-elle. Le libre-échange doit aussi se fonder sur la loyauté ; or les pratiques commerciales déloyales de producteurs ou d’États étrangers, telles que le dumping ou les subventions, nuisent considérablement à l’industrie et à la main-d’œuvre de l’UE… » (6). Dont acte.

Les entreprises européennes sont-elles suffisamment sensibilisées aux enjeux de la guerre économique ?

Les entreprises les plus internationalisées vivent frontalement la réalité de la guerre économique. Le problème, c’est qu’elles ne prennent pas la parole pour décrire leurs difficultés. Par crainte de passer pour une victime. Mais aussi parce qu’elles mènent des opérations souvent défensives et parfois offensives. Contrairement aux autorités politiques de l’Union, les multinationales européennes ne se font guère d’illusion sur le doux commerce. Le problème est de sensibiliser, accompagner et soutenir les ETI (entreprises de taille intermédiaire), PME et PMI européennes, qui n’ont ni le temps, ni les moyens de se préparer à affronter cette hypercompétition.

Alors qu’en 2015, la banque française BNP était condamnée par la justice américaine à payer une amende de 8,9 milliards de dollars, c’est au tour de l’allemande Deutsche Bank d’être condamnée en 2016 à une amende de 14 milliards de dollars. Au début de l’année, c’est le constructeur automobile allemand Volkswagen qui trouvait un accord avec les autorités américaines pour éviter un long procès à l’issue incertaine. Parallèlement, les actions entreprises par l’Union européenne sur le terrain de la fiscalité – la guerre contre l’optimisation fiscale – à l’encontre de plusieurs multinationales américaines irritent Washington. Comment expliquer la multiplication de ce genre « d’attaques » ? Cela est-il l’illustration d’une intense guerre économique à laquelle se livrent Bruxelles et Washington, et au bénéfice de qui ?

Les caisses des États sont vides, celles des multinationales sont pleines. Après 2008 et le sauvetage des entreprises par les États, ces derniers comptent bien récupérer une partie des sommes gigantesques qui échappent à leur fisc. Sommes indispensables à leur bon fonctionnement. Il est clair qu’on assiste au réveil du politique face aux excès du marché. Et dans cette bataille, l’Europe sort enfin ses griffes en exigeant qu’Apple rembourse plusieurs milliards d’euros au fisc irlandais. Washington s’est fâché et accuse Bruxelles de s’en prendre uniquement aux entreprises américaines alors que les statistiques démontrent le contraire : plus de 16 milliards d’euros ont été versés par les entreprises européennes à l’administration américaine entre 2009 et 2014 dans des affaires de corruption, de blanchiment ou de violations de la loi américaine. Ce n’est pas un hasard si Washington a été dur avec la Deutsche Bank quelques jours seulement après l’annonce de la Commission sur Apple. C’est un message envoyé aux Européens pour les mettre en garde de ne pas aller trop loin. Les Américains mènent cette guerre économique contre les entreprises européennes parce qu’ils estiment que le Vieux Continent ne fait pas le job en matière de lutte contre la corruption. De plus, si on en croit le rapport de la mission parlementaire signé par Pierre Lellouche et Karine Berger (7), Washington recourt à ses lois extraterritoriales pour faire payer aux Européens une partie des coûts assumés par les États-Unis dans son rôle de gendarme du monde.

Les négociations du TTIP (ou Tafta) sont actuellement mal engagées, certains en Europe dénonçant la volonté des Américains de vouloir imposer leurs exigences. Tout ce qui entoure les négociations de ce traité commercial est-il (ou a-t-il été) le théâtre d’une guerre économique transatlantique ? Certains observateurs qualifient parfois le Royaume-Uni de « cheval de Troie » de Washington dans les négociations avec l’Europe…

Si c’est le cas, alors le cheval de Troie risque de n’être guère utile à Washington. Vu l’accouchement dans la douleur de la signature du CETA (traité entre l’UE et le Canada) [voir également p. 39 de ces Grands Dossiers], il est clair qu’un tel accord n’aboutira pas avant le départ du président Obama de la Maison-Blanche. On peut même se demander si le TTIP n’est pas mort-né tant le prochain président des États-Unis, Donald Trump, semble allergique aux traités de libre-échange. J’ai couvert plusieurs rounds de négociation sur le TTIP, et à chaque fois j’ai été très étonné de voir à quel point les Européens partaient perdants. Nous parlons d’un traité de commerce de nouvelle génération. La question des droits de douane y est quasiment anecdotique.

Les normes sont au cœur de cette gigantesque bataille économique. Et le vainqueur sera celui qui maîtrisera le plus de normes juridiques, sanitaires, industrielles…

Si le traité de libre-échange transatlantique était signé et si le transpacifique était ratifié, les Américains contrôleraient une bonne partie du commerce mondial. Ni l’Europe, ni la Chine, ni aucun autre pays ne pourraient alors contester le leadership économique américain.

Justement, vous avez récemment déclaré que « les États-Unis ne visent pas à instaurer un empire, mais le leadership économique en maîtrisant les normes ». Comment l’Europe se positionne-t-elle sur cette question ? A-t-elle aussi les moyens d’imposer ses normes ?

La gestion d’un empire est extrêmement lourde. Les Américains ne veulent pas de cette responsabilité, car ils n’en n’ont pas les moyens. Une surexposition militaire, politique et même économique nourrit un danger d’épuisement qui peut être fatal à un empire. Tenté par l’isolationnisme, Donald Trump en est parfaitement conscient. La recherche du leadership est plus facile et moins coûteuse. Le leadership consiste à ne pas être décisionnaire sur tout mais sur l’essentiel, c’est-à-dire sur les choix stratégiques en matière militaire, politique, culturelle et évidemment économique. Ce type de leadership passe par la maîtrise des technologies du futur et par ce qui est la véritable valeur ajoutée de ces technologies : l’information. Dans ce capitalisme cognitif, seule l’information permet à un acteur d’imposer ses normes scientifiques, techniques, économiques, sociales et culturelles. Les Européens en sont-ils conscients ? Sans aucun doute, mais ils ne semblent pas vouloir lutter contre les États-Unis. Ils préfèrent s’arrimer aux Américains pour jouir d’une place de numéro deux.

Alors que la Chine pourrait obtenir en décembre prochain le statut d’économie de marché – ce qui aurait pour conséquence de faire sauter les barrières antidumping –, l’Union européenne s’est vue récemment menacée par Pékin de représailles commerciales si ce statut n’était pas accordé. L’Europe peut-elle résister aux menaces de Pékin ?

L’Europe peut en effet résister aux pressions de Pékin. C’est une question de volonté politique. Pékin exerce les mêmes pressions sur Washington, mais elles n’ont aucun effet. En 2015, les Américains taxaient l’acier laminé chinois à 266 % pour cause de dumping. La même année, l’Europe, qui souffre aussi du dumping chinois, ne le taxait qu’à… 21,1 %.

Les Européens savent pertinemment que la Chine ne remplit pas toutes les conditions pour obtenir le statut d’économie de marché (qui rendrait plus difficiles des mesures de protection) mais là encore, les membres de l’UE n’ont pas la même position : les plus libéraux, qui craignent des mesures de rétorsion, pressent la Commission de céder à Pékin. Dans une communication datée du mercredi 9 novembre 2016, la Commission propose de donner à la Chine le statut d’économie de marché. En contrepartie, elle envisage de renforcer les règles contre le dumping. Ce serait à l’Europe elle-même d’apporter les preuves de dumping alors qu’actuellement, c’est aux entreprises suspectes de prouver leur innocence. On a connu pire comme règles dissuasives !

Les sanctions prises par l’Union européenne à l’encontre de la Russie dans le contexte de la crise ukrainienne ont eu pour effet de pousser Moscou à s’orienter vers d’autres partenaires géostratégiques, au détriment de certains secteurs de l’économie européenne (notamment en France ou en Allemagne). Était-ce un mauvais calcul de la part des Européens ? Moscou a-t-il remporté cette bataille ?

Vu l’état de l’économie russe, il est difficile d’affirmer que Moscou a remporté la guerre économique contre les Européens. Les sanctions des Occidentaux aggravent une situation qui était déjà difficile, notamment du fait de la crise de 2008 et de la chute du prix des matières premières, dont le pays est encore trop dépendant. L’économie russe n’est pas suffisamment diversifiée pour faire face à des chocs économiques mondiaux. Toutefois, il est vrai que les mesures de rétorsion des Russes ont de fâcheuses conséquences dans certains secteurs comme l’agriculture (viandes, fruits et légumes), où les exportations de l’UE vers la Russie ont chuté. Autre conséquence négative pour l’économie européenne : les Russes ont diversifié leurs approvisionnements et en ont profité pour améliorer leurs propres outils industriels. L’arme des sanctions est à double tranchant.

Entretien réalisé par Thomas Delage le 31 octobre 2016

Notes
(1) Reuters, 5 juillet 2011.
(2) Commissariat général du Plan, « Intelligence économique et stratégie des entreprises », Paris, La Documentation française, 1994, p. 16.
(3) COM (94) 319, Commission européenne, septembre 1994.
(4) COM (95) 688 final.
(5) http://europa.eu/bulletin/fr/9512/p103075.htm
(6) « Vers une politique commerciale solide de l’UE, au service de l’emploi et de la croissance ». Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil européen et au Conseil, Bruxelles, 18/10/2016.
(7) Mission d’information commune sur l’extraterritorialité de la législation américaine, Assemblée nationale, octobre 2016.

Article paru dans Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 36, décembre 2016-janvier 2017.

À propos de l'auteur

Ali Laïdi

Ali Laïdi

Ali Laïdi est chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), spécialiste, d'une part, de la guerre et de l'intelligence économiques, et, d'autre part, du terrorisme islamiste.
Il couvre ces sujets dans différents médias et a publié plusieurs ouvrages, dont "Histoire mondiale de la guerre économique" (Perrin, 2016).

Dans notre boutique

Pin It on Pinterest

X