Magazine DSI HS

Le terrorisme comme mode de guerre

Si on lui porte une attention soutenue depuis plus de trente ans, le terrorisme reste paradoxalement un objet aux contours flous. La variété de ses définitions – plus de 160 ont été recensées – cache ainsi un phénomène complexe, mais fondamentalement politique. En ce sens, il est d’abord un mode de guerre irrégulier.

Ainsi, au-delà des réflexions que la SNCF conduit depuis plus de quatre-vingts ans pour renforcer chaque jour davantage la sécurité de ses voyageurs en disposant notamment d’une force de 3 000 agents armés et assermentés et d’un réseau de plus de 40 000 caméras de vidéoprotection, le moment est probablement venu qu’elle noue un partenariat original avec l’armée de Terre, qu’elle connaît déjà bien pour la fréquenter depuis la création du plan Vigipirate, ainsi qu’avec le Conseil de sécurité des Nations unies.

L’une des premières armées du monde, la plus haute autorité politique de la planète et la deuxième compagnie ferroviaire mondiale : quel drôle d’attelage ! C’est justement sur la complémentarité de ces trois contributeurs que repose l’intérêt des réflexions qu’ils conduiront dans le cadre du centre d’expertise de lutte contre le terrorisme des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

Chacun dans son rôle, avec sa légitimité propre, pourra en effet réfléchir aux fins d’action. Notre contrat est clair. Il nous impose de ne pas être un « think tank de plus », mais bien un « action tank » qui, dès lors, s’engage à ne pas « sculpter la fumée », mais bien à repousser toujours davantage le brouillard dans lequel s’enlisent de nombreuses réflexions, pour apporter des éclairages nouveaux, des propositions concrètes, des solutions pragmatiques pour lutter encore plus efficacement contre le terrorisme. Là est notre engagement ![/mks_toggle]

Bibliographie succincte

Gérard Chaliand et Arnaud Blin, Histoire du terrorisme. De l’antiquité à Daech, Fayard, Paris, 2015.

Hugues Eudeline, Le dossier noir du terrorisme : La guerre moderne selon Sun Tzu, L’Esprit du Temps, Paris, 2014.

John Horgan, The Psychology of Terrorism, 2e éd., Routledge, Londres, 2015.

Hélène L’Heuillet, Aux sources du terrorisme. De la guérilla aux attentats-suicides, Fayard, Paris, 2009.

Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech : L’État islamique ou le retour de l’Histoire, La découverte, Paris, 2015.

Robert Pape, Dying to Win. The Strategic Logic of Suicide Terrorism, Random House, New York, 2006.

Leonard Weinberg, Democracy and Terrorism. Friend or Foe?, Routledge, Londres, 2013.

Notes

(1) Si le religieux est au cœur de cette dernière, elle ambitionne bel et bien de régir la vie en édictant des règles pour une population donnée, sur un territoire donné. On est donc bien dans le registre politique.

(2) Si la folie peut être plaidée pour expliquer la commission d’actes violents, la question est plus du ressort de la psychiatrie que de celui de la politique.

(3) Et donc non la « guerre de partis », qui deviendra ensuite la « petite guerre » ; mais bien la conduite de guérillas par les troupes d’un État qui en auraient abandonné l’uniforme. Sur cette question, voir Hervé Coutau-Bégarie (dir.), Stratégies irrégulières, ISC/Economica, Paris, 2010.(4) André Beaufre, Introduction à la stratégie, IFRI/Economica, Paris, 1985, p. 16.

(5) Joseph Henrotin, Techno-guérilla et guerre hybride. Le pire des deux mondes, Nuvis, Paris, 2014.

(6) Jeannine Krieber, « Les stratégies de basse intensité », in Charles-Philippe David (et collaborateurs) Les études stratégiques : approches et concepts, Centre québécois des relations internationales/Méridien/Fondation pour les études de défense nationale, Québec/Paris, 1989.

(7) Ulrich Beck, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Aubier/Alto, Paris, 2001.

(8) Frank Furedi, Invitation to Terror. The Expanding Empire of the Unknow, Continuum, Londres, 2007.

(9) Voir les articles consacrés à cette question dans DSI HS n° 47.

(10) Chris Zebrowski, The Value of Resilience. Securing Life in the Twenty-First Century, Routledge, Londres, 2016.

(11) Pierre Dabezies, s. v. « Terrorisme », in Thierry de Montbrial et Jean Klein (dir.), Dictionnaire de stratégie, PUF, Paris, 2000, p. 582.

(12) En particulier dans l’acception donnée par John Boyd, où la manœuvre est une entreprise de génération du chaos dans les domaines moral et mental de l’adversaire.

Article paru dans DSI Hors-Série n° 47, avril-mai 2016.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR