Magazine DSI

Livre blanc allemand de la défense : entre continuité et évolution

Le 13 juillet 2016, le conseil des ministres allemand a adopté le nouveau livre blanc de la défense (Weißbuch 2016 zur Sicherheitspolitik und zur Zukunft der Bundeswehr). Il faut rappeler que les travaux liés avaient commencé le 17 février 2015, sous l’impulsion de la ministre fédérale de la Défense, Ursula von der Leyen.

(1)  Christian Thiels, « Fremdenlegion für Deutschland? », tagesschau.de, 13/07/2016.

(2)  Deutsche Presse-Agentur, « Bundeswehrverband will keine EU-Ausländer in der Truppe », Frankfurter Allgemeine, 13/07/2016.

(3Weißbuch zur Sicherheitspolitik und zur Zukunft der Bundeswehr, Bundesregierung,  Berlin, 13/07/2016, p. 120.

(4Ibid., p. 110.

(5)  Andreas Herholz, « Die neue Superarmee », svz.de, 14/07/2016.

(6)  Deutscher Bundestag, « Die Verwendung der Bundeswehr im Inneren », 30/09/2016.

(7)  Ministère allemand de la Défense, « Terrorfall-Übung von Polizei und Bundeswehr im Februar », Berlin, 31/08/2016.

(8)  Stefanie Hintzmann et Anna Flora Schade, « Deutschland/Frankreich: Comeback der Wehrpflicht? », info.arte.tv, 24/08/2016.

(9)  Voir son Art 12a §1.

(10)  Deutsche Presse-Agentur, « Regierung spielt Wiederaufleben der Wehrpflicht durch », Die Welt, 23/08/2016.

(11)  Ministère allemand de l’Intérieur, « Konzeption Zivile Verteidigung (KZV) », 24/08/2016, p. 61.

(12Ibid., p. 62.[/mks_accordion_item][/mks_accordion]

Notes

(1)  Sebastian Schulte, « Germany unveils new White Paper », Jane’s Defence Weekly, 14/07/2016.

(2)  Missions allemandes en France, Un nouveau Livre blanc pour 2016, date non connue.

(3)  Joschka Fischer, ministre des Affaires étrangères de 1998 à 2005 (Die Grünen), a amené, durant cette période, les Verts allemands à rompre avec le pacifisme, arguant que le soutien à l’intervention militaro-humanitaire dans les Balkans était un devoir pour l’Allemagne. Soutenu par le chancelier Gerard Schröder et le ministre de la Défense Rudolf Scharping, il a été à l’origine de la première intervention de la Bundeswehr au-delà des frontières allemandes après 1945.

(4)  « L’Allemagne est consciente de cette responsabilité croissante dans la sécurité et la stabilité internationale, elle est prête à stimuler le débat international de façon substantielle, décisive, précoce, et à assumer un leadership », dit le document. Frédéric Lemaître et Nathalie Guibert, « L’Allemagne s’engage à devenir un partenaire militaire plus actif », lemonde.fr, 13/07/2016.

(5 Thomas Wiegold, « Das neue Weißbuch: Ein paar Beobachtungen », augengeradeaus.net, 13/07/2016.

(6)  « Le Livre blanc allemand montre son nez », TTU, 01/06/2016.

(7)  Frédéric Lemaître et Nathalie Guibert, op. cit.

(8)  Thomas Wiegold, « Neues Weißbuch: Deutsche Interessen, Kritik an Russland, Üben im Innern », augengeradeaus.net, 12/07/2016.

(9Weißbuch zur Sicherheitspolitik und zur Zukunft der Bundeswehr, Bundesregierung,  Berlin, 13/07/2016, p. 32.

(10)  « Die Welt : Pour l’Allemagne, la Russie n’est “plus un partenaire, mais un rival” », lecourrierderussie.com, 06/06/2016.

(11)  Jean-Dominique Merchet, « Mais où est donc passée l’OTAN ? », 12/09/2016.

(12)  L’Allemagne s’est abstenue lors du vote de l’ONU sur l’intervention en Libye en 2011.

(13)  Constanze Stelzenmüller, « A newly confident and audacious Germany », The Washington Post, 14/07/2016.

(14)  Cyrille Bret, « Quand l’Allemagne change ses priorités de géopolitique globale », atlantico.fr, 18/07/2016.

(15)  Lors de l’édition 2016 de l’Université d’été de la Défense, le secrétaire d’État à la Défense allemand, Ralf Brauksiepe, a précisé que « de 34,4 milliards d’euros en 2016, le budget militaire de Berlin devrait ainsi augmenter de 8 % en 2017, à 37 milliards, et passer à 40 milliards à l’horizon 2020 ». Vincent Lamigeon, « Université de la défense 2016, le best of », 07/09/2016.

(16)  Deux pour cent du PIB conduirait l’Allemagne à investir 60 milliards d’euros par an pour sa défense.

(17)  Thibaut Madelin, « L’Allemagne veut plus de soldats pour assumer son rôle », lesechos.fr, 11/05/2016.

(18)  « L’Allemagne veut assumer un rôle militaire accru et pointe la menace russe », wort.lu, 13/07/2016.

(19)  « Berlin-La facture post-Brexit de l’UE pourrait augmenter de 4,5 mds », fr.reuters.com, 11/09/2016.

(20Weißbuch zur Sicherheitspolitik und zur Zukunft der Bundeswehr, op. cit., p. 118-119.

(21)  Sur ce point, et toute proportion gardée, il faut observer que les tenants d’une armée allemande non combattante perdent un peu de terrain. Certains de ses personnels forment ainsi depuis deux ans des Peshmergas kurdes luttant contre l’EI. En outre, après les attentats du 13 novembre 2015 en France, l’Allemagne a décidé de mener des vols de reconnaissance en Syrie et en Irak. Au dernier sommet de l’OTAN à Varsovie, les 8 et 9 juillet 2016, elle a confirmé qu’elle prendrait le commandement d’un des quatre bataillons déployés dans les pays baltes et en Pologne. Enfin et surtout, elle a dépêché des soldats dans des zones de conflit sans mandat international. Des décisions impensables il y a encore dix ans.

(22)  Thibaut Madelin, « L’Allemagne compte assumer aussi son leadership dans la défense », lesechos.fr, 14/07/2016.

(23)  Andreas Herholz, « Die neue Superarmee », svz.de, 14/07/2016.

(24Weißbuch zur Sicherheitspolitik und zur Zukunft der Bundeswehr, op. cit., p. 81.

(25)  Christian Thiels, « Fremdenlegion für Deutschland? », tagesschau.de, 13/07/2016.

(26)  Naomi Conrad, « Neues Weißbuch: Aktivere Rolle Deutschlands », dw.com, 13/07/2016.

(27)  « Bundestag stimmt Syrien-Einsatz zu », tagesschau.de, 04/12/2015.

(28)  De fait, en règle générale, dans le cas d’un besoin de projection rapide et imprévu de forces, les délais de décision peuvent être plus longs que dans des pays où le président peut décider d’une action militaire « seul ». L’étape la plus complexe reste de trouver un accord entre les deux partis formant la grande coalition (CDU et SPD) au sein du gouvernement (entre un et deux mois suivant l’urgence de la mission). La phase allant de l’introduction d’une proposition par le gouvernement jusqu’à la décision du Parlement est en général plus rapide, suivant le concept de la Koalitionsdiziplin.

(29Weißbuch zur Sicherheitspolitik und zur Zukunft der Bundeswehr, op. cit., p.109.

(30)  Cyrille Bret, « Europe de la défense : ne comptons pas trop sur l’Allemagne », lesechos.fr, 21/07/2016.

(31)  Guillaume Belan, « L’Allemagne va déployer des drones Heron au Mali », air-cosmos.com, 06/04/2016.

(32)  Il est possible d’ajouter à cela le fait que l’Allemagne a établi un volet écologique au nom de la « green defense ». À partir de 2022, l’ensemble du matériel militaire (navires de guerre, sous-marins, avions, hélicoptères…) devra être équipé d’« e-réservoirs ». Une résolution qui doit permettre d’économiser du pétrole, mais également d’agir sur le bien-être des troupes, selon la ministre Ursula von der Leyen. Thomas Hernault, « Livre blanc 2016 pour la Bundeswehr », journallessentinelles.com, 13/07/2016.

(33)  Christophe Bourdoiseau, « Berlin ose brandir l’armée pour peser à l’international », tdg.com, 14/07/2016.

Article paru dans DSI n°126, novembre-décembre 2016.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR