Magazine Les Grands Dossiers de Diplomatie

Des pionniers de la conquête spatiale au NewSpace : goût de l’aventure ou soif de puissance ?

Ils voient les choses en grand. Ce sont des entrepreneurs milliardaires, Américains pour la plupart. Leur nouvelle frontière, c’est l’espace. Ils veulent graver leur nom dans la grande histoire de la conquête spatiale. Comme leurs aînés. Pour dominer le monde ? Mais d’autres acteurs entrent aussi dans la danse. L’ordre spatial international change. Les dynamiques à l’œuvre sont différentes d’une région du monde à l’autre.

L’homme a toujours cherché à aller voir ce qui se passe derrière l’horizon et il continuera. Motivé par une curiosité insatiable, par le désir de découverte et de connaissance, par une soif de reconnaissance ou de puissance, il repoussera toujours les limites de la physique, pour toujours aller plus loin et pour que l’impossible devienne possible.

Ariane, une histoire de souveraineté européenne
Initialement issu des travaux du CNES, le programme Ariane est lancé en 1973 afin de donner les moyens à l’Europe de mettre en orbite ses satellites sans dépendre des autres puissances spatiales. La première version d’Ariane effectue son vol inaugural depuis le Centre spatial guyanais (CSG) en 1979. Elle est rapidement remplacée par des versions plus puissantes, Ariane 2, puis Ariane 3 et Ariane 4.

Pour faire face à l’augmentation de la masse des satellites, le lanceur est ensuite complètement refondu, donnant naissance à la version Ariane 5 capable de placer jusqu’à 10 tonnes en orbite de transfert géostationnaire (GTO). Son premier vol a eu lieu en 1996. Ariane 5 devient rapidement le numéro un mondial du marché des lancements de satellites commerciaux. Mais bientôt, le lancement double, qui a longtemps été une force pour Ariane 5, devient un défi plus difficile à relever dans un contexte de plus en plus concurrentiel. Le modèle technico-économique d’Ariane doit s’adapter à une nouvelle donne.

En 2014, l’Europe décide donc de lancer le programme Ariane 6 pour réinventer une nouvelle fois Ariane. Ce nouveau lanceur, conçu par les équipes du CNES, de l’Agence spatiale européenne et de l’industrie, sera mieux adapté au lancement des satellites gouvernementaux et commerciaux, grâce à ses deux versions, à la possibilité de rallumer son étage supérieur et à la maîtrise de ses coûts de production. L’ESA doit confirmer, à l’automne 2016, la décision de 2014. Un premier lancement est prévu dès 2020 au Centre spatial guyanais où le CNES construit un nouveau pas de tir.  J.-Y. L.G.

 

Article paru dans Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 34, août-septembre 2016.

À propos de l'auteur

Jean-Yves Le Gall

Jean-Yves Le Gall

Président du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) depuis 2013, Jean-Yves Le Gall est également coordinateur interministériel pour les programmes de navigation par satellite et Président du Conseil d’administration de l’Agence européenne chargée de Galileo (GSA), Co-Président du Conseil de l’Agence spatiale européenne (ESA) et Président de la Fédération Internationale d’Astronautique (IAF).
Cet ingénieur et scientifique de formation a consacré toute sa carrière au programme spatial européen. Il a été en poste au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), dans plusieurs ministères français, chez Novespace, au CNES, chez Starsem et chez Arianespace dont il a été Directeur Général puis Président Directeur Général pendant 12 ans.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR