Magazine DSI

Drones 101

In fine, on serait bien en peine de discerner un responsable ou une catégorie de responsables dans le fiasco du programme français de drones MALE. En réalité, les hésitations du politique (le drone comme vecteur militaire ou économique ?) ; les compétitions entre industriels pour des ressources de plus en plus limitées ; et l’indécision des états-majors, DGA comprise (quel rôle pour les drones et quel cahier des charges ?) ont joué un rôle. Reste que désigner des responsables ne fera guère avancé un dossier trop peu avancé. Le Talarion abandonné, c’est le Telemos – symbole s’il en était de la coopération découlant des accords de Lancaster – qui voit son avenir s’assombrir, au point que certains évoquent un abandon pur et simple. Dans le même temps, la perspective d’une coopération franco-allemande (même élargie à d’autres partenaires) n’est pas sans poser question. En effet, l’époque des coopérations internationales fructueuses (qui avait donné lieu aux Gazelle, Puma, MILAN, Lynx, Transall et autres Alpha Jet, voire aux Tornado) semble bien terminée. Dans le même temps, les cibles de commandes sont réduites à quelques dizaines d’appareils tout au plus[5].

Last but not least, l’hypothétique drone franco-allemand – voire franco-germano-britannique, dans la perspective d’un rapprochement BAE/EADS – n’a même pas encore atteint le stade du premier trait de crayon sur la planche à dessins, ce qui ne manque pas de poser question quant à la date d’entrée en service d’un appareil que les planifications attendaient pour 2020 – soit demain. Sauf à considérer que les rapprochements entre BAE Systems et EADS sont le prélude à de grandes manœuvres dans le domaine aéronautique, avec à la clé la poursuite du Telemos par EADS… Dans ce scénario purement hypothétique – aucune indication ne semble aller en ce sens à l’heure où nous écrivons ces lignes –  Dassault serait évincé du programme MALE Telemos mais, en contrepartie, verrait sa position assurée dans le programme SCAF de drone de combat. Quant à Thales, la firme bénéficierait de la coopération entre Londres et Paris sur le Watchkeeper. En théorie, les lignes de partage seraient alors balisées. Mais la question du SIDM bis, qui doit permettre de combler le vide capacitaire jusqu’à l’entrée en service du drone MALE “définitif”, ne serait toujours pas réglée…     

Pour aller plus loin

Joseph Henrotin, “Munitions de précision : de la course à l’allègement à l’avènement des micro-armes”, DSI, n°82, juin 2012.

Christophe Fontaine, “La France a besoin d’orbites permanentes de surveillance de drones”, DSI, n°81, mai 2012.

Christophe Fontaine, “Commandement et drones : quelle place pour la subsidiarité à l’heure du temps réel ?”, DSI Hors-Série n°23, avril-mai 2012.  

Christophe Fontaine, “Les drones. Pourquoi faut-il investir dans des satellites de communication ?”, DSI n°68, mars 2011.

Grégory Boutherin et Christophe Pajon, “Drones 2025 : La relève de la garde”, DSI Hors-Série n°10, février-mars 2010.  

Grégory Boutherin et Christophe Pajon, “Persistance et maîtrise du temps au cœur du champ de bataille. Les drones comme instrument de contrôle des « présents »”, DSI-Technologies n°19, septembre-octobre 2009.

Grégory Boutherin et Christophe Pajon, “Des hoplites aux drones… en passant par la ceinture. Essai d’application de la sociologie des sciences aux systèmes non habités évoluant dans la troisième dimension”, DSI-Technologies n°18, juillet-août 2009.

Article publié dans DSI n°85, octobre 2012

[1] Moyenne Altitude, Longue Endurance et Haute Altitude, Longue Endurance.

[2] Le pod de désignation est sans doute, avec le drone, la plus grande innovation en opérations aériennes depuis trente ans. Nous sommes revenus à plusieurs reprises sur cet aspect, nous n’approfondirons donc pas ici.

[3] Si l’on part du principe que les drones devant être achetés viennent en remplacement du SIDM Harfang (déjà intérimaire) et doivent

[4] Sur ces différentes questions dans une approche prospective : Joseph Henrotin, La guerre aérienne en 2030. Prospective des systèmes de force, Histoire & Stratégie n°6, 2011.

[5] Pour l’heure, outre la France et l’Allemagne, seule l’Espagne (à la situation précaire), la Pologne et les Pays-Bas envisagent l’achat de drones.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Pin It on Pinterest

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR