Magazine DSI

Aviation de combat : la cinquième génération cherche sa voie

Pour autant, il semble bien que les États-­Unis n’aient pas encore appris de leurs erreurs. Alors que la cinquième génération n’est soit technologiquement pas mûre (F‑35), soit n’a que des applications limitées au vu du spectre des opérations aériennes contemporaines (F‑22), un programme de sixième génération est déjà à l’étude. Il s’agit ainsi de poser les bases de la succession du F‑22, au-­delà de 2030. Mais les caractéristiques de cette génération font autant fantasmer qu’elles effraient au vu des sauts technologiques à accomplir : des chasseurs hypersoniques, encore plus furtifs, aptes à mettre en œuvre des armes à énergie dirigée, optionnellement pilotés (et donc « dronisables »), des systèmes de détection passifs utilisant les dernières avancées en infrarouge ou encore des capacités intégrées d’attaque électronique. Autant de problématiques qui ne sont certainement pas réglées. L’utilisation du radar AESA comme un système d’attaque électronique, fréquemment évoquée, et apte à brouiller un radar adverse en l’inondant d’énergie ne semble pas encore totalement maîtrisée. D’ici là, cependant, Washington devra d’abord régler une facture gigantesque, si le programme est maintenu en l’état : 317,59 milliards d’acquisitions…

Article paru dans DSI Hors-série n°18, juin-juillet 2011.

Notes

(1) Le démonstrateur YF‑22 avait quant à lui effectué son premier vol en 1989.

(2) Soit la capacité à effectuer un vol supersonique soutenu sans faire appel à la postcombustion.

(3) Dans la terminologie américaine, F correspond aux chasseurs, A aux appareils d’attaque, R aux appareils de reconnaissance, C aux appareils de transport et E aux appareils de guerre électronique.

(4) Le système de combat du F‑35 requiert 8 millions de lignes de code, dont à peine plus de 50 % ont été rédigées début 2011. On notera que celles touchant à la fusion des données – soit la partie la plus délicate – n’ont pas encore été rédigées.

(5) Au passage, l’Australie (qui a un temps évoqué la possibilité de l’achat d’un troisième LHD de classe Canberra et la renaissance de son aéronavale embarquée) comme le Japon (qui avait examiné la possibilité d’un achat d’AV‑8B à la fin des années 1980) seraient ainsi privés de développements aéronavals à court et moyen terme.

(6) Man Portable Air Defense Systems.

(7) Cette non-disposition aurait, selon certains commentateurs, conduit à ce que l’appareil ne soit pas utilisé par les Américains en Libye.

(8) De 87 appareils, la force aérienne néerlandaise passerait toutefois à 48 F‑35. Entre-­temps, La Haye aura perdu ses chars, 15 Super Cougar et ne disposera plus que d’un seul bataillon d’artillerie. Deux de ses quatre patrouilleurs n’entreront pas en service (alors qu’ils sont construits), ses sous-­marins et deux frégates ne seront vraisemblablement pas remplacés.

(9) Voir l’article suivant.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR