Magazine DSI

Pour une polémologie à l’université

La réponse est évidente, qui se fonde sur le fait que l’agir mobilise des moyens pour réussir ou ne pas échouer et que le connaître figure dans ses moyens. Pour se servir d’un fusil, il faut savoir s’en servir, comme il faut savoir monter un plan de guerre pour dessiner un plan de guerre. Mais savoir se servir d’un fusil ou monter un plan de guerre ne garantit pas que le coup atteindra sa cible ni que le plan assurera la victoire. La maîtrise cognitive même parfaite du général ne garantit pas le succès de l’engagement singulier, mais le favorise seulement. C’est pourquoi une science ne peut que soutenir un art, qui consiste à louvoyer au mieux, en maintenant le cap, à mesure que les circonstances se révèlent et que les conséquences se déroulent. Comme disait Napoléon : « On s’engage, et puis on voit. » Et comme le confirmait Hervé Coutau-Bégarie, il s’agit d’« un art appuyé sur une science ».

Propos recueillis par Joseph Henrotin, le 28 mars 2015

Entretien paru dans DSI n°114, mai 2015

À lire:

Penseurs de la stratégie, Jean BAECHLER et Jean-Vincent HOLEINDRE (dir.), Hermann, Paris, 2014

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR