Le Sukhoi 25 Frogfoot. Le Close Air Support vu de Russie

En septembre 2000, Tbilissi Aerospace Manufacturing (Géorgie) et Elbit Systems (Israël) proposèrent une version export du Su-25K, sous la forme du Su-25KM Scorpion. Ce dernier dispose d’écrans couleurs multi-fonctions, d’un système « hands on throttle and stick  » ou HOTAS, de deux nouvelles radios (UHF et VHF) et d’un système GPS à défilement de carte. Pour l’instant, le « Scorpion » reste à l’état de démonstrateur. On estime à un millier d’exemplaires le nombre de Su-25 construits (dans ses différentes versions), dont 582 pour la VVS, plus 180 Su-25K, version export, ainsi qu’environ 150 Su-25UB, version biplace et quelques dizaines de sous-versions destinées au marché national ou à l’exportation. Le Su-25, exporté dans de nombreux pays, reste en service car cet appareil qui a fait la preuve de ses qualités reste aujourd’hui sans successeur. Cependant, sa conception ancienne (incluant notamment des turboréacteurs particulièrement gourmands) compromet désormais son « avenir », malgré la revalorisation régulière de son avionique.

Fils de….

Beaucoup ont vu à travers le Sukhoi S-25, et avec raison, le fils spirituel du célèbre Iliouchine Il-2, avion d’attaque au sol de la Seconde Guerre mondiale. Conçu par Sergueï Iliouchine en 1938 à partir d’une fiche programme des forces aériennes soviétiques, le Stormovik était un monomoteur biplace lourdement protégé dans ses parties vitales. Toutefois, c’est la version monoplace qui fut retenue et dont le prototype vola pour la première fois en octobre 1940. Sa production démarra en mars 1941, juste avant l’invasion allemande. Devant l’avance de la Wehrmacht, les unités de production durent être évacuées vers l’Est de Moscou, si bien que les fabrications ne purent reprendre d’une manière régulière qu’à la fin de 1942. La version monoplace s’étant révélée par trop vulnérable aux chasseurs ennemis, c’est la version biplace, avec poste de mitrailleur à l’arrière, qui fut reprise en février 1942, sur ordre de Staline. Cette version désignée Il-2M fut armée de 2 canons de 23 mm ainsi que de 2 mitrailleuses de 7,62 mm en chasse et d’une mitrailleuse de 12,7 mm en secteur arrière. L’appareil pouvait emporter 400 kg de bombes et/ou 4 roquettes air-sol. À partir de septembre 1942, pour défendre la partie basse de l’arrière, les Il-2 furent dotés d’un lance-grenades, comme le DAG-10, qui était capable de larguer dix grenades à fort pouvoir explosif dans son sillage (2). Pendant la guerre, le Stormovik évolua en fonction de l’expérience acquise mais aussi des matériaux stratégiques (certains furent construits en bois). La version la plus redoutable de l’Il-2 fut le type 3M dont les canons de 23 mm furent remplacés par deux canons de 37 mm. Bien que lent (450 km/h) et donc vulnérable à la Flak et aux chasseurs allemands, le Stormovik fut un redoutable prédateur contre les forces terrestres ennemies et fut « l’un des outils de la Victoire » soviétique. Construit à plus de 36 000 exemplaires (un record !), il fut aussi l’appareil soviétique qui connut le taux de pertes le plus élevé au sein des forces aériennes soviétiques.

Notes

(1) Premier appareil de l’USAF abattu par un SA2 : 24 juillet 1965

(2) Les chasseurs allemands, qui craignaient la mitrailleuse de 12,7 mm de défense arrière, apprirent rapidement à trouver le point faible de l’Il-2M, qui se situait sous le ventre, secteur hors de portée de la mitrailleuse.

Article paru dans la revue DSI n°42, novembre 2008.

À propos de l'auteur

Stéphane Ferrard

Stéphane Ferrard

Journaliste spécialiste des questions de Défense, ancien rédacteur en chef de la revue Défense & Armement-Herakles. Décédé en 2015, il était l'un des meilleurs spécialistes de l'armement français (auquel il consacra plusieurs ouvrages techniques et historiques de référence) et fut l'un des premiers et des plus fidèles collaborateurs du magazine DSI.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

fringilla ipsum ipsum id, felis quis Aenean porta. Aliquam vulputate, elementum
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR