Magazine Carto

Le marché « bio » attise les gros appétits

La filière biologique dans l’agriculture est en pleine expansion dans toute l’Europe. Les fermes dites « bio » se multiplient, et les terres agricoles du même genre s’agrandissent. Soucieux de leur santé, les consommateurs se tournent de plus en plus vers ce mode de production attentif à l’environnement. Quant aux acteurs de la grande distribution, ils ont investi ce marché profitable, réalisant des marges plus importantes.

Dans les 28 membres de l’Union européenne (UE), les surfaces agricoles utiles (SAU) destinées à l’agriculture biologique ont augmenté de 9,2 % entre 2014 et 2015, atteignant 11,2 millions d’hectares, tandis que le nombre de fermes (268 665) a progressé de 4,7 %. Les meilleurs élèves ne sont pas forcément ceux que l’on croit. L’Autriche est le pays qui consacre la plus grande part de son territoire agricole à l’exploitation biologique (21 % en 2015), et l’Espagne celui avec la plus grande SAU bio (1,96 million d’hectares). Si la France est dans le peloton de tête concernant les surfaces cultivées bio avec 1,54 million d’hectares et 5,7 % de sa SAU en bio en 2016, elle reste en dessous de la moyenne européenne (6,2 %).

Un marché dynamique, mais circonscrit

Selon les pays, l’évolution ne se fait pas à la même vitesse. L’Espagne a multiplié par 5 sa SAU consacrée au bio en quinze ans. Le record revient aux pays baltes qui, durant la même période, ont multiplié leurs surfaces cultivées bio par 32,4 ! Les progressions de l’agriculture bio allemande et suédoise ont été plus régulières. En France, la progression est remarquable depuis 2010. Quant au Royaume-Uni, sa SAU bio ne connaît pas le succès de ses voisins européens, avec une baisse depuis 2012.

Ainsi, malgré le contexte économique difficile, le marché européen du bio est dynamique, mais se circonscrit dans sa majorité à quelques membres de l’UE. Six regroupent à eux seuls 62 % des surfaces agricoles européennes et 69 % des fermes : l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, la France, la Pologne et l’Autriche. L’Allemagne (14 280), la France (9 764) et l’Italie (7 061) représentent 64 % des préparateurs bio européens en 2015, et 70 % des produits bio consommés en 2014 (avec le Royaume-Uni). L’Allemagne est de loin le plus gros marché devant la France, tandis que le suédois est le plus dynamique avec une hausse de 38 % en 2014 et 39 % en 2015.

En France, le pourtour méditerranéen détient la plus grande part de SAU bio avec 19,4 % de sa SAU totale, et la région Occitanie le plus grand nombre de fermes bio. Au total, 118 000 emplois directs en 2016 sont liés à l’activité biologique, en progression de 8,4 % en quatre ans. La production animale biologique est aussi en forte hausse en France, avec 13,7 % de hausse entre 2015 et 2016. L’exploitation de brebis bénéficie de la plus forte progression (+23 % de brebis laitières), tandis que les abeilles et les poules pondeuses restent les espèces les plus bio.

Un marché français juteux

La consommation française à domicile de produits bio a augmenté entre 2015 et 2016 de 21,7 % avec 6,746 milliards d’euros, et est pratiquée majoritairement dans les grandes et moyennes surfaces (44,9 %) et chez les distributeurs spécialisés (37,1 %). Le circuit court par la vente directe représente 13,2 % du marché et, s’il est en hausse (15,1 %), la croissance est plus forte dans la grande et moyenne distribution (22,5 %) et chez les distributeurs spécialisés (23,7 %). L’exportation des produits bio français en 2016 a connu une augmentation de 14% avec les vins, qui représentent deux tiers des exportations bio françaises en valeur.

Devant un tel dynamisme, pas étonnant que cela ait aiguisé l’appétit de la grande distribution. En août 2017, l’association UFC-Que Choisir a publié une étude qui démontre que les grandes et moyennes surfaces se sont servies des produits bio pour pratiquer des marges plus importantes sur les fruits et légumes (1). Les enquêteurs ont étudié pendant un an (mai 2016-mai 2017) les prix de 24 produits (poireaux, melons, pommes, tomates…) dans 150 établissements. Un panier bio annuel coûte environ 660 euros, soit presque deux fois plus cher qu’un panier traditionnel (368). Cela corrobore l’idée généralisée que le bio est cher. Ainsi, partant du principe que la population sait que le bio est plus coûteux, la grande distribution en aurait-elle profité pour augmenter ses marges ? C’est ce que semble mettre à jour cette étude.

Les grandes et moyennes surfaces payent les fruits et légumes des producteurs bio plus cher (un surcoût justifié par les agriculteurs par la spécificité de cette agriculture), mais l’association montre que 46 % du surcoût final est dû aux marges de la grande distribution. Par exemple, un kilogramme de pommes bio acheté 1,83 euro (contre 0,89 euro pour la traditionnelle) au producteur bio se revendra 3,85 euros (contre 1,66 euro) avec une marge de 110 % contre 86 % avec la pomme conventionnelle. Chez la tomate bio, la marge du distributeur est de 132 %, contre 81 % pour une tomate normale. Dès lors, même si l’on a pu constater la stabilité des prix des fruits (+ 0,1 %) et légumes (+ 3 %) bio en 2017 (2), remplir son panier bio continue de coûter trop cher et reste une véritable gageure, car, en plus de ce coût élevé, l’offre de produits bio est trop faible en grands magasins. Pour 43 % des cas, il est impossible de trouver à la fois une tomate et une pomme bio dans un même magasin et, pour 23 %, aucun des deux.

2. L’agriculture biologique en Europe

Notes

(1) UFC-Que choisir, « Fruits et légumes bio : Les sur-marges de la grande distribution », 29 août 2017.

(2) Familles rurales, Observatoire des prix « Fruits et légumes » 2017, 24 août 2017.

Article paru dans la revue Carto n°44, « Eau : En quête de l’« or bleu »», novembre-décembre 2017.

À propos de l'auteur

Julien Camy

Julien Camy

Journaliste et cinéaste, chargé d’édition pour la collection Institut Lumière/Actes Sud. Auteur (avec Gérard Camy) du livre Sport & Cinéma (Éditions du Bailli de Suffren, 2016).

À propos de l'auteur

Dario Ingiusto

Dario Ingiusto

Cartographe.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, DSI (Défense et Sécurité Internationale), Carto et Moyen-Orient.

Dans notre boutique

Votre panier