Magazine Diplomatie

Le Laos va-t-il (peut-il) basculer définitivement dans la sphère chinoise ?

Sur le plan régional, les investissements massifs opérés par la Chine sur le territoire laotien retiennent le Laos de prendre position sur des enjeux opposant la Chine à certains partenaires de l’ASEAN, dont les disputes en mer de Chine méridionale, ce qui réduit la marge de manœuvre géopolitique de Vientiane au sein de l’association, mais aussi vis-à-vis de la communauté internationale. En d’autres termes, au Laos de veiller à ne pas se faire écarteler par la Chine et de réussir à tirer profit de sa position géostratégique en équilibrant les alliances entre pays voisins et d’autres acteurs plus lointains. Les pays de la péninsule Indochinoise, Laos en tête, sont animés d’une volonté de constituer des partenariats de coopération stratégique et de maintenir un équilibre dans leurs relations bilatérales, et ce, malgré l’importante poussée multiforme de la Chine.

Les IDE entrants au Laos

Légende de la photo en première page : Le président chinois Xi Jinping (à droite) et son homologue laotien Bounnhang Vorachit se sont rencontrés à Pékin le 30 mai 2018 pour « faire progresser la construction d’une communauté de destin » scellée lors de la visite du leader chinois à Vientiane, fin 2017, en renforçant leurs collaborations aussi bien stratégiques et sécuritaires qu’économiques, le Laos étant devenu une pièce essentielle pour Pékin dans l’architecture asiatique de son initiative « Belt and Road ». (© Xinhua/Li Xueren)

Notes

(1) Lieu imaginaire connu pour la beauté de ses paysages.

(2) Les dirigeants du Pathet Lao (État lao), qui regroupait l’ensemble des mouvements et des organisations indépendantistes, nationalistes, puis communistes, n’avaient pas oublié le soutien indéfectible reçu du Nord-Vietnam, et notamment l’aide logistique du Vietminh qui leur avait permis la conquête du pouvoir.

(3) Transition vers une économie de marché inspirée à la fois de la Chine, de l’ex-URSS et du Vietnam.

(4) Les « nouvelles routes de la soie », aujourd’hui plus souvent appelées One Belt, One Road, ont été rebaptisées par le gouvernement chinois Belt and Road Initiative en 2017.

(5) Seul parti politique autorisé du pays.

(6) Le président de la République est élu par l’Assemblée nationale (AN) pour un mandat de cinq ans. Il est assisté par le Premier ministre, qui dirige le Conseil des ministres (18 membres). Le Premier ministre et les ministres sont nommés par le président de la République après l’approbation de l’AN. En théorie, l’AN a le pouvoir de révoquer le pouvoir exécutif issu du Parti.

(7) Cette date marque également l’Accord sur la démarcation frontalière entre le Vietnam et le Laos. Les deux pays se sont engagés à la restauration du réseau de bornes frontalières. Le bornage s’est terminé le 18 juillet 2012 et a été célébré lors du 35e anniversaire de l’Accord.

(8) MB Bank (Banque commerciale par actions de l’armée vietnamienne), BIDV (Bank for Investment and Development of Vietnam), Sacombank, VietinBank.

Article paru dans la revue Diplomatie n°93, « Guerres de religion : mythe ou réalité ?», juillet-août 2018.

Éric Mottet, « Laos : moralisation de la société, nouvelles routes de la soie et crise diplomatique », dans Abigaël Pesses et Claire Thi-Liên Tran (dir.), L’Asie du Sud-Est 2018 : bilan, enjeux et perspectives, Paris, IRASEC et Indes Savantes, 2018.

À propos de l'auteur

Eric Mottet

Eric Mottet

Professeur de géopolitique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), directeur adjoint du Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG), co-directeur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est, et chercheur associé à l’IRASEC.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR