Magazine Carto

Qui va à la chasse… en France ?

Sport pour les uns, activité récréative et culturelle pour les autres, acte antiécologique pour ses détracteurs, la chasse ne laisse personne indifférent en France. À l’heure de la réduction de moitié du prix du permis de chasse national décrété par le gouvernement en septembre 2018, des controverses autour de la chasse à courre et de la prolifération du gibier dans les zones périurbaines, que représente cette filière dans le paysage sociétal et économique du pays ?

La France compte exactement 1 246 273 chasseurs pour la saison 2013-2014, selon les données officielles. Un chiffre en baisse depuis plusieurs décennies puisqu’il y en avait 2,2 millions au milieu des années 1970. Si les chasseurs sont présents sur tous les territoires, l’activité partage l’Hexagone en deux sur le plan géographique. C’est dans la moitié sud que l’on trouve la plus grande part. Trois régions, Nouvelle-Aquitaine (17,37 %), Occitanie (12,32 %) et Auvergne-Rhône-Alpes (11,07 %) regroupent un peu plus de 40 % des chasseurs, devant les Hauts-de-France (9,8 %) et le Centre-Val de Loire (8,77 %). La Corse (1,41 %), l’Île-­de-France (3,16 %) et la Bretagne (4 %) sont les régions où ils sont les moins nombreux.

Un pays divisé en deux

Si le nombre de chasseurs en Corse est faible (17527, soit 12 fois moins qu’en Nouvelle-Aquitaine), c’est dans l’île de Beauté qu’ils constituent le poids le plus important dans la population totale régionale (6,49 %). Ils devancent le Centre-Val de Loire, où 5,18 % des habitants pratiquent la chasse, devant la ­Nouvelle-Aquitaine (4,42 %), l’Occitanie et la Bourgogne-Franche-Comté (3,26 %). L’Île-de-France est en dernière position (1,85 %). À l’échelle des départements, c’est en Gironde que l’on trouve le plus grand nombre de chasseurs (43 510), devançant le Pas-de-Calais (34 912) et la Somme (26 746). Ces inégalités dépendent de nombreux facteurs : poids des traditions locales, taux de couverture forestière, degré d’artificialisation des territoires…

Qui sont les détenteurs d’un permis de chasse en France ? Quasi exclusivement des hommes (98 %), principalement de plus de 45 ans (72 %). C’est la tranche d’âge 55-64 ans qui est la plus représentée : 24 % des chasseurs, alors qu’elle ne constitue que 15 % de la population masculine nationale ; 5 % ont moins de 24 ans (on peut chasser à partir de 15 ans révolus) et 10 % ont 75 ans et plus.

La chasse est coûteuse. Un pratiquant dépense en moyenne 2 168 euros par an : permis, achat d’armes et d’accessoires, équipements (bottes, vestes, gilets…), transport, cotisations… C’est pour cette raison que les cadres et professions libérales constituent plus du tiers des effectifs (39 %, contre 17 % dans la population active) devançant les employés (21 %), les ouvriers (15 %), les artisans et commerçants (9 %) et les agriculteurs (8 %). Selon la Fédération nationale des chasseurs, la filière chasse compte pour 2,3 milliards d’euros dans le PIB (soit 0,1 %) et emploie environ 28 000 personnes. C’est en Corse qu’elle contribue le plus à l’économie régionale (2,91 % du PIB) devant la ­Nouvelle-Aquitaine (1,77 %). L’Île-de-France est au dernier rang (0,366 %).

Une activité coûteuse et réglementée

La chasse est une affaire de proximité. Les permis de chasser sont majoritairement départementaux (86 %) contre 8 % nationaux et 6 % temporaires. Parmi ceux qui détiennent un permis national, le plus onéreux (400 euros par an, ramené à 200 euros à compter du 1er juillet 2019), les catégories socioprofessionnelles les plus aisées sont mieux représentées. Les chasses privées (36 %) sont moins importantes que les associatives (48 %) – majoritairement communales.

Autrefois privilège royal et seigneurial aboli à la Révolution de 1789, il s’agit de nos jours d’une activité soumise à un certain nombre de règles. Ainsi, les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse pour chaque espèce sont fixées tous les ans par le préfet après consultation du Conseil départemental de la chasse et de la faune sauvage. L’ouverture est généralement comprise entre fin août et fin septembre, la clôture entre janvier et février, selon les départements et les espèces. Les arrêtés fixent en outre un certain nombre de dispositions que doivent respecter les chasseurs. Tout propriétaire foncier a le droit de chasser sur sa propriété et d’accorder ce droit à des tiers. En revanche, il est prohibé de chasser dans un rayon de 150 mètres autour d’une habitation, sur un terrain privé sans l’autorisation du propriétaire, dans les réserves de chasse, sauf autorisation spéciale pour destruction de nuisibles ou dans le souci de maintenir l’équilibre biologique.

Au total, 89 espèces sont susceptibles d’être chassées : du petit gibier de plaine (lièvre, perdrix…), du gibier d’eau (canard, poule d’eau…), des petits prédateurs terrestres (renards, belettes…), mais c’est surtout le grand gibier qui est recherché (cerf, chevreuil, sanglier…). Il existe différentes manières de chasser. La plus commune et la plus répandue, c’est celle qui consiste à partir dans les domaines de chasse, seul ou à plusieurs, avec ou sans chien, avec un fusil. Mais il y a aussi la chasse à courre (ou vénerie), pratique controversée, où se mêlent chasseurs à pied ou à cheval et meutes de chiens qui traquent le gibier, et même de la chasse à l’arc et aux flèches.

De nos jours, le monde de la chasse est confronté à la prolifération du gros gibier, notamment du sanglier, qui détruit de nombreuses récoltes. En 2016-2017, 692 604 sangliers ont été abattus, huit fois plus qu’il y a trente ans, mais le nombre de cette espèce dépasse les 4 millions sur le ­territoire français. 

Article paru dans la revue Carto n°50, « Migrants en Europe : lieux de détention, surveillance, expulsions…», novembre-décembre 2018.

À propos de l'auteur

Avatar

Éric Janin

Agrégé de géographie, Éric Janin est professeur en classes préparatoires aux grandes écoles en Île-de-France.

À propos de l'auteur

Laura Margueritte

Laura Margueritte

Cartographe pour les magazines Carto et Moyen-Orient.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier