Magazine DSI

Europe/États-Unis : l’inéluctable découplage

L’OTAN, certes, n’est pas inutile, en particulier dans son rôle intégrateur. Mais l’organisation est devenue désormais plus dangereuse qu’utile, car elle donne aux Européens un faux sentiment de sécurité, une trop bonne excuse pour mesurer leurs efforts de défense. Il y a eu, et il y a encore, un marchand de sable nucléaire. De la même manière, il y a aujourd’hui un marchand de sable otanien. Dormez, braves gens !

L’OTAN est dangereuse aussi parce que, sous l’influence massive de la culture stratégique et de la norme américaine, elle promeut une guerre dite « transformée », idéalisée par les planificateurs du Transformation Command de Norfolk. Or on comprend aujourd’hui que cette « guerre transformée » n’est que l’une des faces possibles de la guerre, que cette vision aussi hautement technologique qu’outrancièrement onéreuse nous prive par effet d’éviction des moyens de gagner les guerres probables, les guerres combattues tous les jours de la Mauritanie au Moyen-Orient. L’OTAN nous aide à gagner certaines batailles, mais elle nous prive des moyens de gagner les guerres et constitue finalement le meilleur obstacle à l’édification d’une défense commune européenne indépendante !

Plus le parapluie américain est une chimère, plus les États-Unis se détournent de l’Europe, plus l’Europe, ce « nain stratégique », s’accroche à eux et répète qu’ils demeurent sa meilleure assurance vie. Ou plutôt, dans un vaste mensonge politique, les gouvernements européens – hormis la France et c’est bien ainsi – affectent de croire – et font croire à leurs populations – que le lien sécuritaire transatlantique est toujours aussi fiable, ce qui leur permet de faire des économies sur leur sécurité nationale sans avoir à en payer le coût politique.

N’ayons pas la mémoire courte. Ainsi, la Pologne croit en les États-Unis aujourd’hui comme elle a cru en la France en 1939. Cette dernière a seulement levé le petit doigt lorsque les chars d’Hitler, depuis la Silésie, la Poméranie et la Prusse orientale, ont foncé vers Varsovie en septembre 1939. Les premiers ne feront pas mieux demain pour la protéger des chars russes, pas plus qu’ils ne le feront pour le reste de l’Europe. La leçon de l’histoire est claire : si les destins ne sont pas indissolublement mêlés, les alliances, traces d’encre sur le papier, ne valent que tant que les intérêts stratégiques convergent : mais cela, c’est fini. L’assertion du général de Gaulle : « Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts » n’a, hélas ! pas pris une ride. Pour l’Europe de la défense, un sursaut commun s’impose. Maintenant.

Note

(1)  German Marshall Fund, Transatlantic Trends 2011, cité dans Tony Corn, « L’Europe à la dérive », Le Débat, octobre 2013.

Légende de la photo ci-dessus : Le F-35, acheté par nombre d’armées européennes, implique une subordination structurelle au bon vouloir américain, par le truchement de systèmes logistiques. (© US Air Force)

Article paru dans la revue DSI n°139, « Face à la Russie, la mutation des forces finlandaises », janvier-février 2019.

À propos de l'auteur

Vincent Desportes

Vincent Desportes

Ingénieur, docteur en histoire, diplômé d’études supérieures en administration d’entreprise et en sociologie, le général de division (r) Vincent Desportes a exercé des commandements multiples au cours de sa carrière opérationnel, avant de se tourner vers la formation supérieure, la réflexion stratégique et l'international.
Il a notamment passé deux années au sein même de l'US Army, puis attaché à l'ambassade de France à Washington. En France, il a successivement occupé les postes de Conseiller défense du Secrétaire général de la défense nationale, de directeur du Centre de doctrine d’emploi des forces et de commandant de l’École supérieure de guerre. Il est aujourd’hui Conseiller spécial du Président de Panhard General Defense. Par ailleurs professeur associé à Sciences Po Paris, il enseigne également dans plusieurs grandes écoles, dont HEC, et intervient auprès des grandes entreprises.
Vincent Desportes a publié de nombreux ouvrages de stratégie et de praxéologie et il est directeur de la collection «Stratégies et doctrines» chez Economica depuis 1999.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR