Magazine DSI

Les navires espions durant la guerre froide

Par sa mobilité et sa capacité à approcher ou visiter d’autres contrées, le navire a toujours été un collecteur de renseignements et un passeur de connaissances. Couvrant toutes les palettes de l’espionnage moderne, à savoir le traitement des sources humaines (HUMINT), le recueil des signaux (SIGINT), des communications (COMINT), des émissions électroniques (ELINT), des signaux acoustiques (ACINT), des images (IMINT/PHOTINT), sont apparus des bateaux dits espions, affectés à ces missions.

Si leur emploi est antérieur, c’est la guerre froide (1947-1991) qui leur donne leurs lettres de noblesse. Navires marchands et pêcheurs des deux blocs sont les premiers à être employés pour renseigner sur les mouvements maritimes de l’adversaire, infiltrer ses ports ou ses côtes ou écouter un renseignement qui peut être tactique ou stratégique, militaire ou politique. Ils sont suivis par des bâtiments de guerre ou d’État hautement spécialisés qui, à la différence des premiers, ne dissimulent pas leurs activités.

Le rôle prédominant des navires marchands

Dans la première partie de la guerre froide, alors que la flotte soviétique demeure cantonnée à ses approches, les bâtiments marchands semblent jouer un rôle central dans la collecte du renseignement. Dès 1947, les services occidentaux mobilisent leurs réseaux d’attachés navals pour traquer les bâtiments des pays communistes dont l’activité est suspecte. Leurs opérateurs radio servent manifestement le renseignement soviétique à qui ils retransmettent leurs observations. En Pologne, c’est un service basé à Gdynia, le « MORS » (1), qui forme les radios pour rapporter leurs informations à la marine et à l’armée de l’air. Les navires marchands profitent des lignes régulières pour envoyer des agents visiter les communautés nationales implantées dans le bloc capitaliste, terroir pour le recrutement. Le bateau de passagers soviétique Rossya est ainsi crédité d’avoir transporté 190 agents du NKVD vers l’Occident, dont 13 infiltrés à New York en février 1947 et 17 en juillet, et 12 autres au Mexique la même année.

En 1951, le cargo polonais Hugo Kollontaj remplit cette même fonction en Amérique du Sud, à Rio de Janeiro, Santos, Montevideo. Surnommé le « centre d’espionnage flottant en Baltique » par le journal suédois Stockholm Tinningen, le paquebot polonais Stefan Batory offre des croisières à prix avantageux et des repas fameux aux touristes capitalistes et photographie systématiquement les infrastructures des ports occidentaux, simulant au besoin des pannes. En 1951, ce sont des chalutiers de Sassnitz, port allemand en zone soviétique, qui visitent des passes peu fréquentées au sud de la Suède et du Danemark, ce qui justifiera leur arraisonnement. À l’automne de la même année, des chalutiers soviétiques étendent leurs activités de pêche vers les côtes est et sud de l’Islande à quelques nautiques de la base aérienne américaine de Keflavik. Le renseignement américain les soupçonne d’effectuer des sondages pour préparer un débarquement. L’extension de ses secteurs de pêche permet à l’URSS de mieux connaître les océans avant que sa marine ne soit en mesure de s’y déployer. Les échosondeurs et autres types de capteurs des pêcheurs fournissent une information précieuse sur le mouvement des glaces et la force des courants, sur le géomagnétisme, permettant de dresser des cartes des fonds océaniques, outils importants pour les opérations sous-­marines.

Washington et Londres ne sont pas en reste. Navires marchands américains et occidentaux fréquentant des ports soviétiques, est-­européens ou asiatiques sont mobilisés et leurs équipages formés à l’observation. L’ONI (Office of Naval Intelligence), le bureau du renseignement naval américain, fournit des appareils photographiques à certains bateaux et organise un système complexe de débriefing par ses attachés à l’étranger ou ses officiers aux États-Unis. Ces rapports constituent l’une des seules sources sur les mouvements des flottes soviétique et chinoise.

Au Royaume-Uni, l’opération « Hornbeam » met à contribution les pêcheurs britanniques pour surveiller la flotte soviétique du Nord. Une prime est offerte aux équipages des chalutiers de Hull et de Grimsby, faisant de la pêche aux renseignements une activité commerciale en soi.

Lancé en 1949, le chalutier Lancer effectue ainsi un total de 45 missions d’espionnage au cours des cinq années suivantes. Lors de son premier voyage dans le cercle Arctique, il récupère le fuselage, les caméras et les films d’un appareil de reconnaissance américain accidenté.

En juin 1950, il prend dans ses filets et rapporte une torpille de combat soviétique. Les chalutiers britanniques interceptent les communications radio de la marine et de l’aviation soviétiques et photographient de très près des bâtiments soviétiques qui ne se montrent pas encore à l’étranger. Ils mettent à l’eau des kayaks pour installer des récepteurs radio le long de la péninsule de Kola, jusqu’à l’embouchure de la mer Blanche. En octobre 1950, un rapport rédigé par le chef du renseignement naval en flotte du Nord recense 65 chalutiers anglais en mer de Barents, signalant plusieurs violations des eaux soviétiques et citant le cas du « H‑42 Swanella, arraisonné dans nos eaux territoriales… [son] capitaine, qui vraisemblablement parle russe, notant tous les navires civils et militaires qui entrent ou sortent de la péninsule de Kola (2) ».

L’apparition de bâtiments de guerre spécialisés dans la collecte de renseignements

L’emploi de navires marchands est un choix d’opportunité qui se poursuit jusqu’à la fin de la guerre froide. L’OTAN dresse ainsi des listes de suspects, les « vilains », des navires marchands du Pacte de Varsovie dont la fonction principale paraît être le renseignement. Mais les navires marchands présentent le risque d’être arraisonnés, car ils ne sont pas des bâtiments d’État et leurs caractéristiques ne sont pas toujours optimales. En mer Baltique, le renseignement naval et le SIS (Secret Intelligence Service) britanniques ont besoin d’unités rapides. Ils emploient sous la couverture d’un Service britannique de protection des pêches en Baltique (British Baltic Fishery Protection Service) l’ancien commandant de la deuxième flottille de vedettes lance-­torpilles de la Kriegsmarine, le Kapitänleutnant Hans-­Helmut Klose, à qui l’on confie deux anciens S‑Boats, numérotés S‑130 et S‑208, renforcés par deux autres vedettes, les Storm Gull et Silver Gull. Outre l’observation de la marine soviétique, Klose est chargé d’infiltrer des agents sur les côtes polonaises et baltes pour soutenir une sanglante résistance à la mainmise communiste. Mais les traîtres britanniques Kim Philby et Anthony Blunt permettent à l’URSS de capturer tous les agents débarqués.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR