Magazine DSI HS

Renseignement en France : quelles particularités ?

La France semble avoir tardé en matière d’intelligence studies comparativement aux pays anglo-­saxons, par exemple. Quelles sont les causes de ce retard ? A‑t‑il été rattrapé ?

Philippe Hayez : Le diagnostic sur le retard français dans ce domaine a été posé il y a maintenant plus de vingt ans par l’amiral Pierre Lacoste (1). La « culture française du renseignement » telle qu’il la décrivait à l’époque n’était pas propice à la prise en considération d’une activité considérée comme obscure et dérogeant aux « logiques de l’honneur ». Comme celles avec les autorités politiques, les relations avec l’université de ce que l’on n’appelait pas encore la communauté du renseignement ont été distantes. Mais il ne faut toutefois pas idéaliser ces relations dans le monde anglo-­saxon, notamment aux États-Unis, et se souvenir que, dans les années 1960, Pierre Rondot, père de Philippe, enseignait déjà rue Saint-­Guillaume.

Depuis une décennie, ce retard a été comblé, même si les études sur le renseignement sont encore trop parisiennes (2). Les causes en sont d’abord le changement de contexte lié à la montée de la menace terroriste contre nos intérêts nationaux et ensuite la prise en charge du renseignement en tant que tel au plus haut niveau de l’État depuis dix ans. Mais, il n’y a pas que le déterminisme des circonstances. En France, ce sont les historiens qui ont joué un rôle déterminant comme en témoignent les travaux de Maurice Vaïsse, d’Olivier Forcade, de Sébastien-­Yves Laurent et de leurs émules et successeurs. Juristes et politistes leur ont emboîté le pas, mais on attend encore sociologues, internationalistes et économistes…

Pour ce qui est de Sciences Po Paris, qui a lancé son programme d’intelligence studies en 2007 sous l’autorité de personnalités aussi exceptionnelles que Ghassan Salamé, Jean-­Claude Cousseran et, aujourd’hui, Enrico Letta, ses écoles d’affaires internationales et d’affaires publiques forment désormais près de 150 élèves français et étrangers de master chaque année, qui bénéficient du concours d’enseignants et de praticiens réputés en provenance de plusieurs pays. Un élève peut ainsi recevoir l’équivalent de près d’une centaine d’heures de cours sur deux ans, ce qui fait de cette école la première sur le continent pour le renseignement.

Le renseignement a pris une place centrale dans l’architecture de sécurité française. Mais y a‑t‑il un « particularisme français », quelque chose qui nous serait spécifique du point de vue organisationnel ou opérationnel ?

Le renseignement est en France, plus qu’ailleurs, une activité d’État. Celle-ci correspond en France à la posture d’un État qui n’a pas renoncé à ses responsabilités et obligations internationales, vise à garantir sa sécurité nationale de manière aussi autonome que possible et cherche à protéger les intérêts fondamentaux de la nation.

Cette activité s’inscrit depuis 2015 seulement dans une « politique publique de renseignement » fondée sur la loi (3). Il faut en effet conserver l’idée de spécificités nationales qui sont d’ordre historique et culturel, même si l’on peut aussi mettre en évidence des convergences dans la manière dont les démocraties appréhendent leur effort de renseignement. On peut citer pour ce qui nous concerne, entre autres, la place des policiers dans le renseignement français, le caractère fragmenté du renseignement intérieur, la vision particulièrement large du renseignement militaire ou la reconnaissance d’une place particulière pour l’action clandestine.

Sur le plan organisationnel, le poids du passé et de la bureaucratie explique des traits que les observateurs étrangers ont du mal à comprendre : qui pourrait, pour ne prendre que l’exemple du renseignement intérieur, justifier de manière rationnelle une organisation fondée sur trois grands clivages (police et gendarmerie, police nationale et préfecture de police, DGSI et renseignement territorial) et comptant de nombreux acteurs au sein de ce ministère ? S’il faut se garder de rêver à un « jardin à la française », ces traits justifient un pilotage particulièrement actif des services. De ce point de vue, si l’on peut se féliciter du rôle direct d’impulsion du chef de l’État, on peut aussi souhaiter que les rôles des ministres concernés, au premier rang desquels ceux de l’Intérieur et des Armées, soient renforcés. Sur le plan opérationnel, il n’y a pas de grande manœuvre diplomatique ou de crise internationale qui n’ait nécessité un recours intensif au renseignement. Il convient de laisser aux responsables publics qui le souhaitent le pouvoir de l’illustrer, mais l’on peut, par exemple, songer au domaine de la lutte contre la prolifération pour se convaincre de l’étroitesse de la fructueuse relation qui s’est établie.

Le renseignement militaire illustre assez bien ce particularisme. À la différence de la situation des autres membres de l’OTAN, il est conçu depuis 1992 en France comme visant à l’acquisition de données subjectivement définies (notion unique de « renseignement d’intérêt militaire ») et placé sous la double autorité du ministre des Armées et du chef d’état-­major des armées. Cette ambition a pourtant du mal à être satisfaite pour des raisons tenant autant à la difficulté de mettre en place une véritable filière « Renseignement » au sein des armées qu’à l’existence de frictions récurrentes avec un autre service placé formellement sous l’autorité du même ministre, la DGSE. Heureusement, la qualité des responsables permet de compenser le plus souvent ces difficultés.

D’un point de vue opérationnel, le renseignement n’est pas une martingale : rien ne garantit jamais qu’un renseignement, même bien diffusé, soit correctement exploité par le niveau politique. Comment caractériseriez-vous le rapport du politique, en France, au renseignement ? A‑t‑il évolué avec le temps ?

Les spécialistes rangent le renseignement dans le registre des arts plutôt que dans celui des sciences. Chaque observateur des réalités nationales et internationales sait qu’il n’y a pas de « machine à décider » dans laquelle le renseignement jouerait le rôle d’un carburant. On peut cependant attendre du renseignement une capacité de vérification des hypothèses de travail des autorités politiques ou des informations portées à leur connaissance et, bien sûr, de prévention par l’alerte des tentatives d’atteinte à nos intérêts fondamentaux. Ce rôle suppose une sensibilisation, voire une formation des dirigeants à ce que recouvrent les machines complexes de renseignement placées sous leur autorité, sur ce qu’ils peuvent ou doivent leur demander et sur ce qu’ils ne peuvent pas ou ne doivent pas leur demander. Le directeur actuel de l’École nationale d’administration a pris la mesure de cette exigence puisqu’il est le premier à avoir introduit, depuis peu, une journée de présentation de ces enjeux.

À propos de l'auteur

Philippe Hayez

Philippe Hayez

Haut fonctionnaire, coordonnateur des enseignements sur les politiques de renseignement à l’école des affaires internationales de Sciences Po Paris.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR