Les pays nordiques : une unité en trompe-l’œil

Au sud, le complexe formé autour de l’aire baltique regroupe tous les riverains de celle-ci, au premier rang desquels les pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) et la Russie. La Suède et la Finlande, du fait de leur position géographique, se sont historiquement plus intéressées aux interactions dans cette région que ne peut l’être la Norvège, même si cette dernière n’en est pas complètement absente. Dans cette aire, les relations économiques et commerciales voient les pays nordiques adopter des voies distinctes, chacun privilégiant des partenariats différents. Néanmoins, les bruits de bottes russes sont aussi sensibles dans cette aire que dans la zone arctique, sinon plus. La modernisation des forces armées russes et l’action de ces dernières en Crimée ont ravivé de nombreuses appréhensions dans la région, poussant l’OTAN à opérer un retour en force dans la mer Baltique. Cela amène un certain nombre de questionnements jusque dans la politique interne des États nordiques. En particulier, nous pouvons assister dans ce contexte à des poussées pro-OTAN dans des pays traditionnellement attachés à leur indépendance vis-à‑vis de cette organisation (Finlande et Suède). L’observation des interactions au sein de ces complexes, ou même à la lumière de l’interaction OTAN/Russie dans l’aire nordique, voire en regard des rapports des différents États de la région face à l’Union européenne, est ainsi un bon révélateur des spécificités de chaque politique nationale.

Le trompe-l’œil nordique

Nous avons vu que les questions de sécurité des États de l’aire nordique partagent un fond commun lié à l’aire géographique et culturelle qui introduit de fait une grande proximité entre eux. Néanmoins, l’observation de leurs interactions au sein des différents complexes de sécurité qui traversent la région montre bien que les priorités de chaque État sont beaucoup moins influencées par cette proximité que l’on pourrait le penser ou que les discours officiels veulent bien l’admettre (20). Le NORDEFCO, pour vanté qu’il soit, illustre bien les limites de la coopération de sécurité dans un environnement pourtant favorable politiquement et culturellement.

L’aire nordique est ainsi un exemple parlant du fait que, même au sein d’une aire régionale a priori homogène, des pays partageant un socle culturel commun et des problématiques de sécurité très proches ne répondent pas à leur environnement géopolitique de manière unique ni même unifiée. La spécificité nationale dans l’aire nordique est une réalité des relations internationales qu’il convient de garder en mémoire dès lors qu’il est question de politiques de sécurité.

Notes

(1) Théorie des relations internationales fondée initialement sur les travaux de Barry Buzan, et qui adopte une approche régionale de la sécurité, cette dernière recouvrant ici des domaines plus larges que le seul militaire (économie, politique, sociétal…)

(2) Ici : Danemark, Finlande, Norvège, Suède. Le cas spécifique de l’Islande n’est pas abordé.

(3) Nathalie Blanc-Noël, « Recompositions géopolitiques et identitaires dans l’espace baltique », in Nathalie Blanc-Noël (dir.), La Baltique, une nouvelle région en Europe, L’Harmattan, Paris, 2002, p. 69.

(4) Ibid., p. 70.

(5) Kirsten Weiss, « Creating Nordic teamwork. When Vikings – and values – fight », Nordic Defence Industry Seminar 2014, 2014, p. 9.

(6) NORDAC (Nordic Armaments Cooperation : Coopération nordique sur l’armement. Coopération sur les programmes d’acquisition de matériel de défense établie dans les années 1990) ; NORDCAPS (Nordic co-ordinated arrangement for military peace support : Accord nordique coordonné pour les opérations de maintien de la paix. Mis en place dans les années 1960 pour proposer une offre de formation et d’entraînement dans le domaine des opérations de maintien de la paix) ; et NORDSUP (Nordic Supportive Defence Structures : Structures de soutien nordiques de la défense. Initiative de coopération dans le domaine de la sécurité et de la défense, établie en 2008 par les chefs d’état-major d’armées finlandais, norvégiens et suédois).

(7) Ole Waever, « Securitization » in Barry Buzan (dir.), Security – A new framework for analysis, Lynne Rienner, Boulder, 1998, p. 23-26.

(8) Ine Eriksen Søreide, « Foreword » in NORDEFCO (coll.), NORDFECO Annual Report 2014, 2015, p. 2.

(9) Yohann Aucante, « Trajectoires de l’État et de la démocratie modernes » in Yohann Aucante, Les démocraties scandinaves – Des systèmes politiques exceptionnels ?, Armand Colin, Paris, 2013, p. 41.

(10) NORDEFCO, « Memorandum of Understanding between the Ministry of Defence of the Kingdom of Denmark and the Ministry of Defence of the Republic of Finland and the Ministry for Foreign Affairs of Iceland and the Ministry of Defence of the Kingdom of Norway and the Government of the Kingdom of Sweden on Nordic Defence Cooperation », Helsinki, 2009, p. 3.

(11) Ine Eriksen Søreide, op. cit., p. 2.

(12) Ann-Sofie Dahl, « NORDEFCO and NATO : Smart Defense in the North ? », Research Paper no 101, NATO Defense College, Rome, 2014, p. 1-3.

(13) Ine Eriksen Søreide, op. cit., p. 2.

(14) Il est à noter ici que des projets de sous-marins se sont depuis concrétisés en dehors de la coopération nordique, la Norvège achetant par exemple un design allemand.

(15) Jean-Louis Martres, « Prologue » in Nathalie Blanc-Noël, op. cit., p. 10.

(16) Paal Sigurd Hilde, « In a broader security policy and strategic perspective – what role can Nordic defence cooperation play ? An academic perspective on Nordic defence cooperation », Nordic Defence Industry Seminar 2014, p. 5-6.

(17) Ole Waever, op. cit.

(18) Exercice OTAN interarmées centré sur le combat de haute intensité en environnement arctique, ayant lieu tous les deux ans en Norvège.

(19) Exercice OTAN le plus important depuis la fin de la guerre froide, il a eu lieu dans l’aire nordique entre le 25 octobre et le 7 novembre 2018.

(20) Ine Eriksen Søreide, op. cit., p. 2.

Légende de la photo en première page : Progression de soldats norvégiens. À l’instar des politiques sécuritaires nationales, les forces scandinaves montrent une réelle diversité. (© Forsvaret)

Article paru dans la revue DSI n°139, « Face à la Russie, la mutation des forces finlandaises », janvier-février 2019.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Phasellus efficitur. Nullam accumsan eget consequat. Curabitur ipsum
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR