Magazine DSI HS

Face à la Chine, le Vietnam recherche la coopération

Selon les informations publiques, Hanoï n’a pas commandé de capacités navales plus performantes, ce qui pourrait témoigner de contraintes budgétaires ou en ressources humaines, voire les deux. Les importants coûts d’acquisition, de formation et de maintenance empêcheraient le Vietnam d’accroître sa puissance navale, du moins temporairement. En ce qui concerne l’entraînement, les informations sont strictement secrètes. Nous pouvons seulement en dire qu’un certain laps de temps, probablement quelques années, voire une décennie, sera nécessaire pour que les personnels vietnamiens maîtrisent leurs équipements. Quant aux opérations interarmées, le délai serait encore plus long.

Vous êtes également auteur de plusieurs articles sur l’utilité des forteresses dans le domaine naval. Existe-t-il des similitudes avec la militarisation d’îlots en mer de Chine du Sud ?

Oui, on m’a demandé de confronter mon idée et la situation en mer de Chine du Sud. Toutefois, les volumes d’armements sur la plupart des positions sont bien trop bas pour pouvoir parler de forteresses. Les positions chinoises seraient les plus proches pour le déploiement de missiles sol-air et antinavires, mais aucune information permettant de déterminer si ces bâtiments peuvent faire face à des attaques menées à l’aide de munitions guidées de précision ou de bombes lourdes n’est disponible. D’après des images satellites, ces bâtiments chinois pourraient ne pas être suffisamment robustes.

Comme d’autres États, le Vietnam est en train d’occuper et de militariser des îlots. Mais comment les défendre contre une puissance chinoise en plein renforcement massif ?

Selon des sources ouvertes, la militarisation par le Vietnam de ces positions extracôtières est modérée, probablement sans déploiement de missiles, à l’exception de MANPADS ou autres systèmes d’armes performants. Par conséquent, l’interception ou la perturbation opportune des bases terrestres, au moyen de bâtiments ou d’aéronefs, serait cruciale. Peut-être que dans un futur proche, les armements de ces positions seront modernisés afin d’empêcher les forces chinoises de créer un fait accompli.

La coopération est une clé pour la sécurité du Vietnam (comme pour d’autres États), mais, pour des raisons historiques, elle peut également être difficile à mettre en œuvre. Quelles sont les perspectives de coopération avec le Japon, la France ou les États-Unis ?

Contrairement aux Philippines, le Vietnam déploie d’importants efforts en vue d’une coopération avec d’autres États, particulièrement la Russie et l’Inde. Pour les trois pays, la coopération dans le domaine de la garde côtière serait la plus probable et des projets sont déjà en cours entre le Vietnam et le Japon, voire les États-Unis. Il serait difficile pour la France d’envoyer des bâtiments garde-côtes vers l’Asie, mais les interactions entre les personnels ainsi que d’autres activités restent toujours possibles. Le spectre des exercices navals étant large, de la recherche et du sauvetage jusqu’au combat interarmées, le Japon, la France et les États-Unis pourraient trouver des exercices satisfaisant toutes les parties. Toutefois, la marine vietnamienne, avec sa forte influence russe en termes de doctrine comme de moyens, pourrait être un obstacle à la coopération. Par ailleurs, alors que les équipages vietnamiens travaillent dur pour maîtriser leurs capacités, leur disponibilité pourrait être limitée. 

Traduction par Gabriela Boutherin

Propos recueillis par Joseph Henrotin, le 7 septembre 2018

Légende de la photo en première page : L’un des six sous-marins de type Kilo reçus par le Vietnam. (© D.R.)

Article paru dans la revue DSI hors-série n°62, « Opérations navales : mutations dans l’équilibre des puissances »,  juin-juillet 2018.

À propos de l'auteur

Shang-Su WU

Shang-Su WU

Chercheur, S. Rajaratnam School of International Studies, Nanyang Technological University, Singapour.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR