Magazine DSI

Sniping. Les Marines remplacent le M-40

Les Squad Designated Marksmen, initialement dotés de Mk12 SPR en 5,56 mm, testent de leur côté le M‑38, une version du M‑27 IAR configurée pour le tir de précision jusqu’à 600 m. Le retrait du M‑40, dont la nécessité est apparue il y a plus de 15 ans, a pris du temps, car de nombreux officiers craignaient que la PWS ne soit alors jugée redondante ou inutile, avec pour conséquences la réduction du nombre de ses personnels et la perte de compétences précieuses dans un domaine où les Marines entretiennent une culture d’autonomie et d’indépendance.

Le Mk13 Mod 7

L’USMC a profité des travaux d’études ayant mené à l’adoption du Mk21 PSR et du M‑2010, et a décidé d’acquérir le Mk13 Mod 7, déjà en service au sein de ses forces spéciales, les Marine Raiders. Une première tranche de 356 exemplaires est en cours de livraison au sein des unités. Également basé sur le Remington M700, avec un mécanisme Stiller, une crosse Accuracy International et un canon Lilja de 26 pouces, le Mk13 Mod 7 est chambré en .300 Winchester Magnum. Il est fabriqué par Crane, qui a développé le Mk12 SPR au début des années 2000.

Conformément aux exigences de l’infanterie d’aujourd’hui, il est livré avec un frein de bouche démontable et un silencieux, dont l’utilisation est devenue courante chez les snipers conventionnels. La lunette est différente de la Schmidt & Bender utilisée par le MARSOC et les SEAL : les Leathernecks utiliseront ici une Nightforce ATACR F1 5‑25 × 56 avec un réticule TReMoR 3, qui permet de visualiser plus rapidement les corrections possibles en cas de vent latéral et facilite l’engagement de cibles multiples à longue distance.

À titre de comparaison, le CSASS offre une portée d’environ 800 m, ce qui lui permet de traiter des menaces telles que les snipers dotés de SVD Dragunov, également semi-automatique et chambré en 7,62 × 54 R. Le M‑40 permettait des tirs jusqu’à 900 m avec la munition M‑118 Special Ball Long Range Sniper de 175 grains (11,34 g), fabriquée par le Lake City Army Ammunition Plant.

Le M‑2010, chambré dans le même calibre que le Mk13 Mod 7, porte jusqu’à 1 200 m, et le PSR des snipers de l’USSOCOM, chambré en .338 Lapua Magnum, permet d’engager des personnels jusqu’à 1 500 m. Le Mk13 Mod 7 se situe entre ces deux derniers, étant légèrement plus précis que le M‑2010, et permettra aux Marines d’effectuer des tirs létaux jusqu’à 1 300 m grâce à la munition Match Mk 248 Mod 1.

Ces chiffrent représentent les standards attendus de la part d’un sniper entraîné, mais ils ne désignent pas la portée maximale d’un système d’armes : le record enregistré pour un tir en 7,62 mm OTAN est détenu par le Staff Sergeant Jim Gilliland de l’US Army, avec une cible abattue en Irak à une distance de 1 350 m. Concernant le calibre .300 Winchester Magnum, le sniper de l’US Navy Chris Kyle l’utilisait couramment jusqu’à 1 200 m avec une munition Sierra Match King BTHP de 190 grains, une portée qui pouvait passer à 1 500 m avec une munition de 220 grains. Les armées préfèrent toutefois standardiser leurs cahiers des charges, car tous les tireurs d’élite ne parviennent pas à atteindre ces performances avec régularité en conditions de combat. C’est pourquoi la tranche des 1 500 m, atteignable en .300 Winchester Magnum, échoit plutôt au .338 Lapua Magnum, qui permet ce type de résultats avec une munition moins coûteuse, plus répandue dans la chaîne logistique, provoquant moins de recul, et avec des effets terminaux plus élevés.

Pour l’heure, le remplacement du M‑40 va se faire progressivement : la première tranche de Mk13 Mod 7, dont les livraisons ont commencé en septembre 2018, va d’abord augmenter les capacités du M‑40A6 au sein des Scout Sniper Platoons et des Recon Battalions d’active et de réserve. Si les Marines s’accordent sur l’intérêt d’en faire le nouveau fusil standard des scouts/snipers et de remplacer le M‑40 fusil pour fusil, un changement de calibre n’est pas chose aisée et les restrictions budgétaires risquent de limiter la généralisation du Mk13 Mod 7. Le M‑40A6 pourrait alors être maintenu en service pour les engagements en zone urbaine, et ainsi entraîner une double dotation qui correspond aussi à une flexibilité d’emploi qui émerge actuellement comme une nécessité de l’infanterie du futur.

Notes

(1) Certaines pièces sont usinées à la main, avec une précision de l’ordre d’un micromètre.

(2) Durant l’été 2010, trois binômes de mercenaires venus d’Égypte, du Pakistan et de Tchétchénie avaient semé le chaos dans la vallée de Sangin, abattant tour à tour dix soldats britanniques.

(3) Beaucoup d’alliés de l’OTAN tirent au .338 Lapua Magnum, notamment les snipers européens. Récemment, les Marines ont souffert de la comparaison lors d’un exercice de sniping au Royaume-Uni : dans des conditions météorologiques dégradées, à distance égale, le L115 en .338 LM s’est révélé meilleur que le M‑40A6, affichant une précision supérieure à travers un vent prononcé.

Légende de la photo en première page: Des snipers des Marines en environnement arctique avec leur M-40. (© US Marine Corps)

Article paru dans la revue DSI n°141, « Syrie-Irak : l’après-État islamique », mars-avril 2019.

 

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR