Magazine Diplomatie

Arménie, an II de la révolution de velours

Sur le plan intérieur, la conquête de la souveraineté se traduit par la consolidation d’institutions politiques inclusives, malgré la faiblesse de l’opposition parlementaire mais aussi la difficulté d’instituer de véritables contre-pouvoirs (judiciaires). Grâce à sa popularité, Nikol Pachinian contourne autant que faire se peut les corps intermédiaires et les médias pour établir une relation directe avec les citoyens par le biais des réseaux sociaux (14). Il n’hésite pas pour cela à mobiliser les foules se revendiquant de sa seule légitimité révolutionnaire. De quoi faire grincer des dents ses détracteurs qui y voient une dérive populiste, tandis qu’un diplomate occidental en poste à Erevan le qualifiera en privé de « Chavez du Caucase ». Pour l’heure, sa base de soutien demeure stable. Mais pour combien de temps encore ?

Le 20 mai, le Premier ministre arménien annonçait dans une longue allocution son intention de purger le système judiciaire, accusé d’entraver le grand ménage entrepris dans le monde politique depuis son arrivée au pouvoir. Appelant ses partisans à bloquer les tribunaux de la capitale, sa décision a semé le trouble et l’inquiétude auprès du président de la République Armen Sarkissian, gardien de la Constitution, et des chancelleries occidentales, dans la mesure où elle menace la stabilité du pays.

Avant son indépendance de l’URSS, l’Arménie n’a pas eu, contrairement à la plupart de ses voisins (hormis l’éphémère République de 1918-1920) d’expérience étatique depuis la chute du royaume arménien de Cilicie en 1375. L’intérêt général tarde à prédominer sur celui des individus. Le culte de l’homme providentiel comme celui de la mémoire traumatisante du génocide de 1915 constituent des freins à la modernisation du pays. Construire l’État de droit, bâtir la paix, consolider l’économie et développer une diplomatie originale… autant de dossiers hypothéqués par l’urgence de réussir et de répondre aux considérables espoirs suscités. Autrement dit, sortir le pays de l’enclavement en lui garantissant un avenir prospère tout en trouvant une solution politique juste et durable au conflit du Karabagh.

Notes

(1) Tigrane Yégavian, « Le second printemps arménien », Le Monde diplomatique, juin 2018.

(2) Rapport 2018 sur les nations en transition (www.freedomhouse.org).

(3) https://tradingeconomics.com/armenia/unemployment-rate

(4) À la tête de l’organe de supervision de l’État, David Sanasarian a été accusé fin avril 2019 de corruption à la suite d’une enquête de la sûreté générale.

(5) Gaïdz Minassian, En Arménie, un défi, trois enjeux, Esprit, décembre 2018

(6) https://eurasianet.org/fresh-from-revolution-armenias-tech-industry-has-high-expectations

(7) https://eurasianet.org/armenia-adopts-plan-for-economic-revolution?fbclid=IwAR0gii_vO5OfA8e9Lsnz1abGtiG3nCr4i3KST-ZHOpiX3ENVdMbx1DIyllc

(8) https://www.azatutyun.am/a/29864077.html

(9) En 2013, c’est Moscou qui incite Serge Sarkissian à adhérer à l’UEE, mettant ainsi fin à la tentative de l’Arménie de signer un accord d’association et de libre-échange avec l’UE.

(10) https://www.lemonde.fr/international/article/2018/09/15/nikol-pachinian-il-n-y-a-plus-de-passe-droits-et-de-privileges-en-armenie_5355462_3210.html

(11) https://www.armenianow.com/en/karabakh/2016/04/14/armenia-casualties-update-karabakh-april/951/

(12) https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/AM/commerce-exterieur-de-l-armenie-en-2017

(13) https://armenpress.am/eng/news/923310/armenia-russia-trade-turnover-increases-by-261.html

(14) https://eurasianet.org/in-the-new-armenia-media-freedom-is-a-mixed-bag

Légende de la photo en première page : Le 6 avril 2018, des manifestants font face à la police dans les rues de Erevan pour protester contre le président en place, Serge Sarkissian. Le pays vivait alors le début d’une révolution de velours à la suite de la nomination de ce dernier au poste de Premier ministre. En 2015, Serge Sarkissian avait fait passer une réforme constitutionnelle qui transférait le pouvoir du président au Premier ministre, ce qui fut considéré comme une manœuvre pour rester au pouvoir après avoir terminé son second mandat. (© Shutterstock/Arty Om) 

Article paru dans la revue Diplomatie n°99, « État islamique : Nouveaux fronts, nouvelles menaces »,  juillet-août 2019.

Tigrane Yégavian, Arménie : à l’ombre de la montagne sacrée, Bruxelles, Nevicata, 2015 (réimp. 2019), 96 p.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR