Magazine Les Grands Dossiers de Diplomatie

Collusion État/mafia : Comment la démocratie, le capitalisme et la corruption favorisent-ils les liens politico-criminels ?

En Italie, il a fallu attendre que le préfet de Palerme — Carlo Alberto dalla Chiesa, symbole de la lutte contre les Brigades rouges, auréolé du statut de sauveur de l’Italie contre le péril terroriste, qui a l’époque était considéré comme la menace la plus importante — soit assassiné, cent jours après sa prise de poste en Sicile, pour se rendre compte que le péril mafieux était bien plus grave qu’on ne le pensait. C’est à ce moment-là que les pouvoirs publics italiens ont été obligés de prendre un certain nombre de mesures pour se donner les moyens de lutter efficacement contre les mafias.

Ainsi, plus encore que la réponse judiciaire, la prise de conscience de la population est primordiale. Tant que nous ne sommes pas sûrs qu’une mobilisation populaire nous suivra, nous restons enclin à nous taire. C’est un des traits marquants de l’être humain. Si vous n’êtes pas habitué à la liberté, vous continuez à vous soumettre. Comme le dit La Boétie, il s’agit là de servitude volontaire. Il y a aujourd’hui partout en Italie de nombreuses associations anti-mafieuses, qui ne sont peut-être pas toujours d’une grande efficacité, ni même d’une grande honnêteté, mais elles sont là pour montrer que désormais, la population est consciente du problème et qu’il faut le combattre. Cela permet de libérer la parole, ce qui a des effets très positifs dans une démocratie. On est loin de cela en France sur cette question spécifique.

Entretien réalisé par Thomas Delage, le 28 juin 2018

Notes

(1) En 2018, l’Italie mettait en place des bulletins de vote anti-fraude pour éviter le « voto di scambio ».

(2) À ce sujet, lire Les Grands Dossiers de Diplomatie no 26, « Géopolitique de la criminalité internationale » (avril-mai 2015) (NdlR).

(3) Les criminologues débattent toujours afin d’établir si les groupes criminels russes sont bel et bien des groupes mafieux.

(4) https://www.ceic.gouv.qc.ca/

Légende de la photo en première page : Chantier du pont Champlain à Montréal. Suite à des révélations concernant des actes d’intimidation, de collusion et de corruption en lien avec le crime organisé, la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction, plus connue sous le nom de « Commission Charbonneau », fut créée au Québec le 19 octobre 2011, avec pour but « d’alimenter la preuve, de faire connaître les stratagèmes de corruption et de collusion, de protéger les témoins et les victimes et d’assurer de meilleures pratiques dans l’avenir ». Le travail de cette commission a notamment fait découvrir aux Québécois l’emprise de la mafia sur des pans entiers de l’économie. (© Shutterstock/meunierd)

À propos de l'auteur

Jacques de Saint Victor

Jacques de Saint Victor

Historien du droit et des idées politiques, professeur des universités à Paris XIII et au CNAM et auteur de Un pouvoir invisible : les mafias et la société démocratique (Gallimard, 2012).

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR