Magazine DSI

Les frégates Admiral Gorshkov. Le début du renouvellement de la flotte hauturière russe ?

Néanmoins, il semble que les Russes ont fait preuve d’un peu de réalisme dans ce projet. Voyant que le retard s’accroissait de manière quasi exponentielle, la décision fut prise de mettre rapidement sur cale une série de six frégates « moins modernes », mais basées sur un design éprouvé exporté en Inde (les Izd.11356 Talwar) et adapté aux besoins russes : les frégates Admiral Grigorovich (Izd.11356M), le but étant de disposer d’une « sortie de secours » en cas d’échec de la mise au point des frégates Admiral Gorshkov. Ironie du sort, la production des frégates Admiral Grigorovich a été limitée à trois unités en raison de l’impossibilité pour la Russie d’acquérir les turbines à gaz ukrainiennes prévues pour équiper les trois unités produites, mais non achevées. Bien que le projet ait eu une genèse pour le moins troublée, il semble que la marine russe ait enfin (!) défini ses besoins et établi un plan relativement clair et crédible en matière de construction navale :
• passage des frégates Gorshkov à 24 lanceurs UKSK ;
• lancement des frégates agrandies Izd.22350M Super-­Gorshkov.

La première étape de ce plan s’est concrétisée le 23 avril 2019 (15) avec la mise sur cale de deux frégates Gorshkov supplémentaires au sein du chantier naval Severnaya Verf, en présence du président russe. Ces deux frégates, qui répondent aux noms d’Admiral Amelko (16) (numéro de série 925) et Admiral Chichagov (17) (numéro de série 926) différeront de leurs prédécesseurs par l’emport de 24 cellules UKSK en lieu et place des 16 UKSK des quatre premières unités produites. Cet accroissement de l’emport devrait déboucher en théorie sur une légère augmentation de la taille du bâtiment bien que ceci ne soit pas encore confirmé. Ces deux navires devraient (conditionnel de rigueur) rejoindre la marine russe à l’horizon 2025.

La deuxième étape table sur une version retravaillée et significativement agrandie de la frégate Gorshkov : la « Super-Gorshkov » (Izd.22350M). Cette nouvelle version, dont le design devrait être achevé d’ici à la fin de l’année, aurait un déplacement augmenté à 7 000 t (on passerait donc de la catégorie frégate à la catégorie destroyer) et son nombre d’UKSK passerait à 48 unités (18). La marine russe envisagerait l’acquisition de pas moins de douze unités de ce type, ce qui lui permettrait de renouveler sa flotte hauturière héritée de l’URSS. En outre, la construction de tels bâtiments pourrait ne plus être l’apanage de Severnaya Verf, mais être répartie entre plusieurs chantiers navals. Une unité tête de série devrait être mise sur cale après la fin de la mise au point du design définitif, pour une mise en service à l’horizon 2027. Information intéressante au sujet de cette nouvelle classe de navires, elle devrait se caractériser par l’installation d’un système de tir unique à tous les systèmes embarqués (offensifs et défensifs) ; ce qui, finalement, ne serait que la transposition par la Russie du système Aegis américain.

Il reste maintenant à voir ce qu’il en sera concrètement : la Russie n’a jamais été avare en déclarations dithyrambiques à propos de sa flotte, celles-ci n’étant pas nécessairement suivies d’effets concrets. Malgré tout, disposant de briques technologiques rodées, de la capacité de produire des turbines à gaz de construction nationale, ayant modernisé ses principaux chantiers navals, la Russie a toutes les cartes en main pour construire dans de bonnes conditions de nouveaux navires hauturiers aptes à assurer le remplacement de sa flotte historique héritée de l’URSS et, qui sait, passer ensuite à l’étape supérieure avec un nouveau croiseur tel que le Lider (Izd.23560), sur lequel la Marine et la presse locale reviennent à rythme régulier. Tout dépendra des moyens qui seront alloués pour y arriver, mais il est clair que cette étape n’aurait pas été possible sans la frégate Admiral Gorshkov.

Notes

(1) http://www.severnoe.com/en/projects/naval/22350/.

(2) L’emploi du mot « admiral » n’est pas une faute
en soi, c’est la forme russe d’« amiral ».

(3) Адмирал флота Советского Союза Горшков.

(4) Commande numéro 704/27/2/ОНК/КН/0494-
10 (attention, la référence est en cyrillique).

(5) Адмирал флота Касатонов.

(6) Адмирал Головко.

(7) Адмирал флота Советского Союза Исаков.

(8) http://www.kolomnadiesel.com/en/catalog/detail.php?ID=2131.

(9) https://en.uos.ua/produktsiya/voennomorskaya-tehnika/129.

(10) https://zmturbines.com/en/serial-production/marine-propulsion-plants/m15a/.

(11) À noter que les sources consultées présentent des chiffres qui se contredisent ; en l’absence de source officielle, la valeur de 4 500 milles est une valeur médiane considérée comme la plus crédible.

(12) Les différents codes GRAU désignent des variantes du missile (frappe au sol, à la mer ou sous-marine) de la famille connue sous le nom de Kalibr.

(13) https://tass.ru/armiya-i-opk/5835876.

(14) https://novosti24.su/severnaya-verf-poluchila-pervyeotechestvennye-gazovye-turbiny-dlya-fregatov/.

(15) https://www.korabel.ru/news/comments/putin_uchastvuet_v_zakladke_dvuh_fregatov_proekta_22350.html.

(16) Адмирал Амелько.

(17) Адмирал Чичагов.

(18) https://tass.ru/armiya-i-opk/6415468

Légende de la photo en première page : L’Admiral Gorshkov. Le bâtiment présente des lignes élancées tranchant avec les productions soviétiques de la guerre froide. (© Boris Dianov/Shutterstock)

Article paru dans la revue DSI n°142, « La guerre des perceptions : tromper l’ennemi pour vaincre », juillet-août 2019.

À propos de l'auteur

Avatar

Benjamin Gravisse

Politologue et auteur du blog Red Samovar (https://redsamovar.com/).

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR