Ruée minière dans le Grand Nord européen

Connues depuis le XVIIe siècle, les ressources de Laponie attisent à nouveau les convoitises de l’industrie minière, poussée par l’augmentation de la demande en minerais nécessaires aux transitions énergétique et numérique et attirée par les conditions offertes par les gouvernements nordiques.

Située en Suède, à 150 kilomètres au nord du cercle polaire arctique, la ville de Kiruna est emblématique des problèmes soulevés par le développement minier en Laponie. Pour permettre l’expansion de la mine autour de laquelle elle s’est construite depuis 1899, la municipalité a décidé en 2004 avec l’exploitant LKAB de la déplacer de 3 kilomètres au nord-est. Les effondrements causés par l’activité la mettant en danger, 6 000 de ses 16 835 habitants devront déménager et 3 000 maisons ainsi que 450 000 mètres carrés de locaux publics et commerciaux seront déplacés. Si la population de Kiruna, dont près de 10 % travaillent pour LKAB, ne s’est pas opposée à cette décision, ce n’est pas le cas des éleveurs samis de rennes qui utilisent ces terres.

La Laponie, terme auquel on préférera celui moins connoté négativement de Sápmi, correspond à la région habitée par les Samis en Norvège, en Suède, en Finlande et en Russie. Plus de 160 gisements de minéraux industriels (graphite, dolomite, quartz, etc.) et 600 de métaux (or, argent, zinc, cuivre, fer, etc.) y ont été identifiés, tandis qu’une quarantaine de mines étaient en fonction début 2019. Si cette activité est importante à l’échelle de l’Europe, la région fournissant 90 % du minerai de fer extrait dans le continent et 63 % de l’or, elle l’est tout autant pour l’économie de ces régions qui souffrent de dépopulation, la Laponie suédoise et finlandaise ayant perdu 1,5 % de ses habitants depuis 2016.

Le Sápmi connaît un boom minier. De 2007 à 2018, l’extraction de minerais métalliques a ainsi été multipliée par neuf en Finlande, passant de 3,7 millions à 32 millions de tonnes, alors qu’elle n’avait augmenté que de 8 % la décennie précédente. Si cette tendance repose sur l’augmentation des besoins en ressources portée par les transitions numérique et énergétique, elle s’explique aussi par des caractéristiques propres à la région. La longue tradition minière, remontant à 1647, a permis la structuration d’un écosystème local d’entreprises et d’universités spécialisées et la construction d’infrastructures électriques et de voies de communication fiables. En plus d’une taxation réduite sur les activités minières, les entreprises profitent en Norvège, en Finlande et en Suède du coût de l’électricité le plus faible en Europe pour les industries.

L’opposition s’organise autour des projets de Kallak (Suède), de Kuusamo (Finlande) et de Kvalsund (Norvège). Pour les éleveurs samis, les mines et les infrastructures associées – éoliennes, barrages, lignes électriques, routes – fragilisent les pâturages et coupent les routes de migration des rennes. Si seuls 10 % des 80 000 à 100 000 Samis le pratiquent encore, l’élevage est devenu emblématique de leur culture. L’exploitation minière est ainsi perçue comme une nouvelle négation de leur droit sur ces terres, alors que les relations entre les Samis et les gouvernements restent marquées par des années de politiques d’assimilation, allant jusqu’à la stérilisation forcée de 62 000 femmes en Suède entre 1935 et 1976.

Cartographie de Laura Margueritte

Le boom minier en Laponie
Article paru dans la revue Carto n°54, « L’avenir des animaux : Biodiversité et crimes environnementaux », juillet-août 2019.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

amet, efficitur. libero mattis tristique ante. risus. suscipit eget
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR