Magazine Diplomatie

Le monde en 2050 : la fin de la géopolitique ?

Un monde posthégémonique

En fait, le nouveau millénaire s’est ouvert sur un chant du cygne, celui de l’hégémonie, jusque-là tenue pour la figure principale et incontournable des relations internationales. Les États-Unis n’ont gagné, depuis 1945, aucune des guerres qu’ils ont menées seuls ou à leur initiative, sans l’aval du multilatéralisme, si du moins on excepte leur victoire face à la junte au pouvoir dans l’île de Grenade et ses 800 soldats, en octobre 1983 (opération « Urgent Fury »). Il n’y a là aucun effet de déclin, comme le montre la vigueur des capacités américaines en matière militaire, scientifique ou éducative : il n’y a qu’inadéquation croissante entre l’idée d’hégémonie et la complexité d’un monde globalisé [lire p. 44].

Il s’agit d’un processus très probablement irréversible qui suppose un autre regard sur le monde que les prochaines décennies auront à concevoir. Si Washington ne parvient plus à régenter le monde, il est peu probable que la Chine lui serve de substitut [lire p. 50] : si le projet chinois d’extension économique est indubitable, si son ambition est bien de modifier à terme des normes internationales tenues actuellement pour étrangères et défavorables, son insistance à distinguer la domination économique de la domination politico-militaire peut être sincère, tant les dirigeants chinois se sont ingéniés à démontrer que la pratique occidentale qui mêlait les deux s’était révélée coûteuse et improductive, donc peu enviable. On peut supposer que le grand chantier et la forte inconnue de l’avenir tiendront à l’invention d’un modèle de domination inédit, optimisant d’une autre manière les dividendes que Pékin entend tirer d’une mondialisation qui lui est favorable. Dans cette perspective, la Chine continue à renforcer son armement, plus dans le but d’acquérir un statut mondial que dans celui d’en faire un usage actif.

De façon générale, on peut penser qu’en 2050, la Chine continuera sa politique de « timidité politico-militaire », notamment en Afrique et au Moyen-Orient. Il lui sera beaucoup plus difficile de le faire en Extrême-Orient, notamment en mer de Chine, tant il est vrai que les puissances régionales ne peuvent échapper au jeu d’auto-affirmation dans leur propre sphère régionale. L’inconnue est de savoir jusqu’où la grande puissance asiatique pourra continuer à miser sur ce découplage partiel du rayonnement économique et de l’affirmation d’une domination politique. D’autant qu’on peut prévoir que la présence active de la Chine tout au long des nouvelles routes de la soie va de plus en plus susciter des réflexes d’hostilité, voire de rejet, là où elle se fait très visible ; elle rend du même coup de plus en plus étroite la voie qui permet à Pékin de se tenir en dehors des conflits du monde.

En fait, la posthégémonie peut, à terme, se révéler aussi utopique que l’étaient les projets hégémoniques d’antan, ce qui prolongerait la nature désordonnée et fragmentée de l’actuel monde apolaire, tiraillé entre les impossibles dominations et la reproduction infinie d’instincts de puissance. Elle peut aussi s’accomplir à travers un redémarrage de la régionalisation du monde qui contiendrait les pulsions centrifuges en entretenant des espaces ordonnés autour de puissances régionales. Elle peut enfin s’ordonner autour d’une réinvention d’un multilatéralisme repensé, en adéquation avec les logiques croissantes d’interdépendance.

Multilatéralisme et biens communs

Tout se joue en fait à cet ultime niveau : au milieu de toutes ces inconnues, une seule certitude s’impose et tient à l’avenir du multilatéralisme, incontournable dans un monde définitivement et irréversiblement interdépendant. L’architecture multilatérale née en 1945 est mixte, combinant, comme dans un indispensable compromis, les principes d’un ordre collectif et ceux liés à une souveraineté qu’on croyait éternelle, rehaussée alors par la vague des indépendances issues de la décolonisation.

La synthèse ne pouvait être qu’instable et l’a démontré, notamment dans le domaine de la sécurité collective où la latitude laissée à la puissance a su entretenir la guerre.

Le résultat est plus convaincant sur le plan social, où les appétits de puissance se font plus discrets et où l’action multilatérale a récolté des fruits appréciables, dans le domaine notamment de la sécurité sanitaire ou alimentaire, ainsi que dans des secteurs techniques, comme la communication ou les transports. Ici aussi, les blocages souverainistes peuvent apparaître, dès lors que certaines lignes rouges de l’égoïsme national sont franchies, comme on le voit avec les questions d’environnement et de réchauffement climatique [lire p. 75]. On peut parier que ce jeu souverainiste se révélera de plus en plus coûteux et donc irrationnel, tandis que l’abandon contrôlé de souveraineté ouvrira sur des avantages nouveaux, selon un calcul hobbesien renversé : plus l’État cède de souveraineté individuelle et plus il gagne en sécurité collective, plus il protège aussi ces biens communs dont dépend la survie de chacun et que nous avons encore du mal à identifier.

L’échec inévitable des formes populistes et néonationalistes prendra un temps dont il est impossible de mesurer la longueur, pas plus qu’on ne peut évaluer les dégâts qu’elles auront causés. L’ordre westphalien a mis près de deux siècles pour s’accomplir, entre la paix de Westphalie (1648) et le congrès de Vienne (1815). Il fallut tout ce temps pour en comprendre les codes, la rationalité, les avantages qu’on pouvait en escompter à l’époque. Peut-être faudra-t-il le même délai pour construire le système post-westphalien, en percevoir les bénéfices et chasser les préjugés venus de l’ancien monde et de l’univers des « carnivores géopolitiques ». Auquel cas, 2050 est trop proche pour ne pas ressembler à l’actuel confusionnisme international et pour éloigner significativement nos quatre cavaliers.

Légende de la photo : Le 29 juillet 2019, Ghassan Salamé, émissaire spécial de l’Onu pour la Libye, dresse devant le Conseil de sécurité un portrait sévère de la situation dans le pays. « Près de quatre mois après le début de la troisième guerre depuis 2011 » (date de l’intervention militaire internationale à l’initiative principalement française qui provoqua la chute du régime de Kadhafi), il évoque « les risques d’un conflit de faible intensité sans fin ou d’une escalade vers une guerre totale sur les rives du sud de la Méditerranée ». La Libye apparaît aujourd’hui comme l’un de ces pays du « Sud » où la paix sera difficile à rétablir dans les années, voire les décennies à venir. (© UN Photo/Eskinder Debebe)

À propos de l'auteur

Bertrand Badie

Bertrand Badie

Politiste spécialiste des relations internationales, professeur des universités à Science Po Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI).

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Les Grands Dossiers de Diplomatie n°54 - L'état des conflits dans le monde - décembre 2019-janvier 2020

Dans notre boutique

Pin It on Pinterest

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR