Magazine Moyen-Orient

Partis pour rester : historique, dynamiques et perspectives de la mobilité en Afghanistan

La sécurité en Afghanistan s’est considérablement détériorée ces dernières années sous l’effet de la concurrence entre factions antigouvernementales rivales et de la faiblesse de l’exécutif, dans toutes les régions du pays, y compris dans l’est, ainsi que dans les centres urbains et la capitale, où les talibans, mais aussi l’organisation de l’État islamique (EI ou Daech) ont pu s’installer. Les affrontements armés se multiplient, se rapprochant des zones peuplées, des villes, et ne se limitant plus à la montagne. Sur les 407 districts administratifs que compte le pays, le gouvernement afghan n’en contrôlait ainsi que 226 au 31 juillet 2018, soit 55,5 % du territoire, en retrait de 16 points par rapport à 2015. Et tandis qu’une partie reste ou passe sous le contrôle d’éléments antigouvernementaux, la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (UNAMA) enregistre chaque année des chiffres sans précédent de victimes civiles d’attaques fomentées par Daech ou les factions talibanes, celles-ci passant de 2 412 morts et 3 557 blessés en 2009 à 3 804 et 7 189 en 2018 (4). Entre ces deux dates, le conflit a coûté la vie à 32 114 civils. Comment justifier, dans un tel contexte de violence généralisée, les politiques de retour volontaire ou involontaire de la part des pays européens ?

Politiquement, les pourparlers entre États-Unis et représentants des talibans à Doha (Qatar) en février-mars 2019 suscitent de nombreuses questions sur le sens de la paix telle qu’elle semble se dessiner ainsi que sur la pérennité des acquis en matière de Droits de l’homme, d’éducation, de réconciliation effective entre les différentes ethnies qui composent le pays. Les ennemis d’hier et d’avant-hier ont souvent redéfini les lignes de front, les alliances, et la batterie de principes qui les escortent. Cette fois pourtant, la démission politique collective face aux talibans pourrait enfermer le pays dans un isolement de plusieurs décennies. Face à ce désastre annoncé et vendu comme nécessaire par les gouvernements occidentaux, comment ne pas voir dans les dynamiques migratoires actuelles un simple prélude à des déplacements internes et à des migrations régionales et internationales de bien plus grande ampleur ? Dans un tel contexte, quelles ont été jusqu’à présent les réponses des gouvernements voisins (Pakistan, Iran) et occidentaux ?

Le retour volontaire ou l’expulsion

Dans la litanie des questions qui demeureront sans réponse à propos de l’Afghanistan contemporain apparaît une possible pierre de touche politique, juridique et éthique de toute campagne de retour – volontaire ou forcé : combien de ceux qui sont rentrés en Afghanistan figurent-ils dans la liste des victimes civiles de l’UNAMA ? En d’autres termes, combien d’existences déjà fragilisées ont été mises en danger par le retour ? Il n’existe aucune surveillance, aucun chiffre, dans un pays où les données abondent pourtant. Les victimes de « déportation », terme privilégié en langue anglaise pour nommer le retour forcé et défini comme « le déplacement physique d’une personne contre son gré du territoire d’un État à celui d’un autre » (5), ne font ainsi l’objet d’aucun suivi spécifique.

Sans doute faut-il y voir une conséquence directe de la « normalisation de l’expulsion » dans les démocraties contemporaines, normalisation qui peut conduire à des effets extrêmes, entraînant parfois la torture et la mort dans le cas de l’Afghanistan. C’est dans ce contexte que l’« Action conjointe pour le futur » entend faciliter le retour dans leur pays de près de 80 000 ressortissants afghans se trouvant dans les États membres de l’Union européenne (UE). Si les notions de solidarité et de collaboration sont mises en avant, par une partition claire entre les montants de l’aide allouée au développement et ceux consacrés aux programmes de retour volontaire ou forcé, il semble en réalité que l’« Action conjointe pour le futur » et les initiatives déjà mises en place soient un moyen de pression supplémentaire exercé par l’Europe : « Si l’Afghanistan ne coopère pas avec les pays de l’Union européenne dans le cadre de la crise des réfugiés, cela aura des conséquences négatives pour le montant de l’aide allouée à notre pays », avait déclaré en 2016 le ministre afghan des Finances, Eklil Ahmad Hakimi (2015-2018). Ensuite, au-delà de la normalisation de déportations depuis l’Europe, assimilables dans certains cas à un refoulement pur et simple, l’Afghanistan a vu la résurgence de l’« anormal », avec des renvois massifs de près de 3 millions de réfugiés du Pakistan en Afghanistan et les expulsions – chaque année – de près d’un demi-million de migrants d’Iran en Afghanistan.

Au-delà des questions juridiques ou éthiques que peuvent poser ces retours, il faut remettre en question leur efficacité politique. Les politiques actuelles ne font que déplacer le problème. L’état de préparation est en effet la clé d’une réintégration et d’un retour durables dans le pays d’origine. Or, dans les faits, les Afghans sont laissés seuls, démunis (6). L’expulsion n’est pas simplement un déplacement physique ou un simple événement administratif. C’est un processus construit dans la peur et présentant des risques élevés, qui commence bien avant la frontière avec des expériences traumatiques de détention, comme en Iran, puis par un enlèvement physique et l’incapacité – une fois de retour à Kaboul – de rentrer « chez soi » les mains vides. Dans ce contexte, alors que les mineurs non accompagnés sont disposés à recevoir de l’aide et à être « pris en charge », les réactions des femmes et des familles montrent que la peur se transforme en méfiance et en isolement. Le retour forcé est aussi une expérience de la privation et d’une exclusion socio-économique accrue, car les déportés ont des choix, des ressources et des réseaux encore réduits. Le retour volontaire ou forcé devient donc une remigration forcée, en raison d’une intégration souvent impossible et d’une stigmatisation sociale omniprésente. À l’échelle du ménage comme de l’individu, l’exclusion socio-économique, la détresse psychologique et le déclassement progressifs, ou la migration, sont les deux seules options.

La politisation des programmes de développement

L’une des hypothèses non remises en cause par les bailleurs internationaux finançant l’aide au développement en Afghanistan est le lien « entre programmes de formation et d’embauche, d’une part, et ancrage des jeunes dans leur pays, voire province, d’origine, d’autre part », selon l’Organisation internationale du travail (OIT). Le développement des capacités techniques, des qualifications professionnelles et le renforcement du marché du travail local permettraient de dissuader les jeunes Afghans d’opter pour la migration vers les pays de l’OCDE, en quête d’une vie meilleure. Dans cette logique, le président afghan, Ashraf Ghani (depuis 2014), a lancé en 2015 l’initiative « Jobs for Peace », un programme pour l’emploi conçu pour endiguer l’exode de jeunes Afghans vers l’Europe. À son tour, l’UE a annoncé en 2016, toujours dans le cadre de l’« Action conjointe pour le futur », se concentrer sur un « programme de lutte contre la migration irrégulière par l’amélioration de l’emploi » – soit le développement des compétences, la stimulation du marché du travail et la création d’emplois. Ces choix politiques et ces investissements massifs conduiront-ils aux résultats escomptés ?

À propos de l'auteur

Avatar

Nassim Majidi

Fondateur et directeur de Samuel Hall, centre de recherche sur les phénomènes migratoires ; chercheuse affiliée au Centre africain pour la migration et la société de l'université de Witwatersrand (Afrique du Sud) et au Feinstein International Centre de l'université de Tuffis (Etats-Unis).

À propos de l'auteur

Avatar

Hervé Nicolle

Fondateur et directeur de Samuel Hall, centre de recherche sur les phénomènes migratoires ; spécialisé sur l'Asie centrale et la Corne de l'Afrique ;

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Les Grands Dossiers de Diplomatie n°54 - L'état des conflits dans le monde - décembre 2019-janvier 2020

Dans notre boutique

Calendar

décembre 2019
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

RSS Meks Blog

  • Top 3 proven methods to monetize your WordPress site or blog 17 décembre 2019
    Eager to learn how to monetize your WordPress site or blog in an easy way? Read our guide and learn all about it! The post Top 3 proven methods to monetize your WordPress site or blog appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • Top 8 WordPress audio player plugins to enhance your podcast or music 15 novembre 2019
    What are the top WordPress audio player plugins to choose from for your next music or podcast project? Take your pick from our suggestions! The post Top 8 WordPress audio player plugins to enhance your podcast or music appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • How to add Instagram photo feed to your WordPress site (in 5 minutes!) 1 octobre 2019
    How (and why) to add Instagram to WordPress and see more benefits from that match? We give you all the details and tools to do it successfully yourself! The post How to add Instagram photo feed to your WordPress site (in 5 minutes!) appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • 15 best headline & blog title generator tools to easily boost your SEO 12 septembre 2019
    Ready to increase traffic to your website today? Use these headline generator tools and improve your click-through-rates! The post 15 best headline & blog title generator tools to easily boost your SEO appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • How to create a Facebook Page for your blog (plus PRO tips) 4 septembre 2019
    Wondering how to create a Facebook Page for your blog knowing that you really do need one? Follow our in depth guide and learn how to create and manage attractive and successful Facebook Page! The post How to create a Facebook Page for your blog (plus PRO tips) appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • Beginners guide on how to redirect a page in WordPress 29 août 2019
    Whether you’re trying to redirect a page in WordPress or just want to discover and understand why it’s important, use this guide to help you get ahead of it and learn all there is to it. The post Beginners guide on how to redirect a page in WordPress appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • The best Facebook Groups for SEO to improve your knowledge and rankings 21 août 2019
    Are you tired of searching for the best Facebook groups for SEO to improve your knowledge and learn about the tricks from the trade? The post The best Facebook Groups for SEO to improve your knowledge and rankings appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • Useful rank tracking plugin and tools recommendation to improve your WordPress website SEO 15 août 2019
    Are you looking for a reliable rank tracking plugin to track your rankings on search engines and improve SEO strategy? Here is our top recommendation! The post Useful rank tracking plugin and tools recommendation to improve your WordPress website SEO appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic
  • 6 reasons why you should never use WordPress nulled themes 7 août 2019
    What are WordPress nulled themes and should you use them, are they really that bad as people say or it’s just to scare you away from using the good stuff for free? In this article, we’re explaining in details why you should never ever use these kinds of themes. The post 6 reasons why you […]
    Ivana Cirkovic
  • Top 6 WordPress Portfolio plugins (hand-picked by designers) 31 juillet 2019
    Wondering what type of WordPress Portfolio plugins to use to showcase your work? Read our recommendation and choose between these top eight I present to you today. The post Top 6 WordPress Portfolio plugins (hand-picked by designers) appeared first on Meks.
    Ivana Cirkovic

Text

Distinctively utilize long-term high-impact total linkage whereas high-payoff experiences. Appropriately communicate 24/365.

Pin It on Pinterest

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR