Magazine Carto

Quand la Chine s’installe en Amérique latine

La Chine est devenue en quelques années un partenaire économique et financier majeur des pays d’Amérique latine et des Caraïbes. Plusieurs États de la région ont ainsi adopté le programme phare de la République populaire en matière de commerce mondial et d’infrastructures, la « nouvelle route de la soie ».

Longtemps perçues comme le pré carré des États-Unis, l’Amérique latine et les Caraïbes se sont progressivement tournées vers la Chine. En l’espace d’une décennie, celle-ci est devenue leur deuxième partenaire commercial avec un volume d’échanges de marchandises passant de 12 milliards de dollars à 307,4 milliards entre 2000 et 2018.

La République populaire est aussi le principal créancier des pays latino-américains. La valeur de ses prêts a dépassé celle des financements de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement. Entre 2008 et 2018, plus de 153 milliards de dollars ont été prêtés par Pékin, en grande partie au Brésil et au Venezuela. La Chine souhaite sécuriser les ressources stratégiques utiles à ses besoins intérieurs, au premier rang desquelles les hydrocarbures, les ressources minérales et les productions alimentaires. Ainsi, 88 % des prêts concernent des projets d’énergie et d’infrastructures.

Cette stratégie permet aux entreprises chinoises de s’implanter sur de nouveaux marchés. Plusieurs barrages et centrales hydroélectriques sont ainsi bâtis par des sociétés chinoises dans la forêt amazonienne et en Patagonie. Et alors que des milliers de kilomètres de voies ferrées sont en construction au Brésil, au Pérou et au Venezuela, Chinois et Argentins négociaient en mars 2019 l’édification d’une installation nucléaire de 8 milliards de dollars à Atucha, dans la province de Buenos Aires. Ces grands projets devraient se poursuivre : quinze pays de la région ont été intégrés à l’initiative de la « nouvelle route de la soie », et la Jamaïque et le Pérou ont ratifié des protocoles d’intention en avril 2019. Bien qu’ils soient accueillis favorablement par les acteurs économiques régionaux, ces projets sont la cible de critiques des populations locales et d’associations environnementales.

La présence chinoise passe aussi par la technologie. Depuis 2017, la Bolivie a lancé un système d’intervention d’urgence face aux catastrophes naturelles mis au point par une entreprise chinoise et financé par un prêt de Pékin. Alors que l’Équateur s’est doté d’une surveillance des espaces publics développée par la Chine, le Venezuela utilise la technologie chinoise à travers un document d’identité mis en place en janvier 2017. Ce « carnet de la patrie » est devenu nécessaire pour bénéficier des aides sociales octroyées par les autorités, mais les militants des Droits de l’homme dénoncent un usage à des fins de surveillance ou pour porter atteinte à la vie privée. D’un point de vue culturel, la République populaire comble son manque d’influence avec l’installation d’instituts Confucius, notamment en partenariat avec des universités locales. En août 2019, on en recensait 43, dont 10 au Brésil. En plus d’accroître sa puissance sur une région où les États-Unis disposent d’une influence historique, Pékin y prend également une avance décisive sur Taïwan, alors que les derniers alliés mondiaux de Taipei se trouvent essentiellement en Amérique latine.

Cartographie de Dario Ingiusto

Quand la Chine s’installe en Amérique latine
Article paru dans la revue Carto n°55, « Géopolitique des conflits : Guerre(s) & paix », septembre-octobre 2019.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

id elit. in Nullam vulputate, eget ut quis, ipsum fringilla pulvinar venenatis

Pin It on Pinterest

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR