Vers la fin du 5,56 mm ?

Toutefois, la conception du HK416, duquel le M‑27 hérite directement, est optimisée pour des longueurs de canon plus courtes (10,5 ou 14,5 pouces) et son circuit d’emprunt des gaz n’est pas le plus efficace en rafale avec un canon de 16,5 pouces, causant une usure prématurée de la culasse. D’autre part, le concept date du début des années 2000 et de nouvelles technologies en développement pourraient donner naissance à une arme aussi performante pour des coûts inférieurs, et avec un poids total moindre. En mai 2017, l’USMC annonçait sa décision de doter ses SDM d’une version du M‑27 équipée d’optiques de grossissement 3‑9 fois à partir de 2018. En attendant, le Marine Corps Warfighting Laboratory poursuit ses études au niveau du groupe de combat.

Une mitrailleuse en .338 Norma Magnum

Les armes d’appui connaissent également une période de modernisation : après l’adoption de la mitrailleuse lourde M‑2A1 par l’USMC, celui-ci a, ainsi que l’USSOCOM, sollicité les industriels en avril dernier afin de déterminer les coûts et les possibilités d’acquisition d’une mitrailleuse moyenne chambrée en .338 Norma Magnum, un calibre intermédiaire situé entre le 7,62 mm OTAN et le .50 BMG : dérivé du .338 Lapua Magnum (8,60 × 69 mm) cher aux snipers, le .338 Norma Magnum (8,60 × 63 mm) est plus léger et permettrait de surclasser à la fois les deux calibres précités à des distances supérieures, avec une portée pratique dépassant largement 1 800 m. La future mitrailleuse, baptisée Lightweight Medium Machinegun (LWMMG), doit peser moins de 12 kg à vide, avec une cadence de tir de 500 à 600 coups/min et un canon de 24 pouces interchangeable rapidement et sans outil, sur lequel pourrait être fixé un modérateur de son. Alimentée par bande de cartouches comme l’est l’actuelle M‑240L en 7,62 mm OTAN, elle viendrait remplacer cette dernière, montée principalement sur les véhicules et sur les embarcations légères armées, tout en étant plus facilement utilisable en combat débarqué que la M‑2HB en calibre .50, très lourde et peu mobile sur trépied, et offrant une gamme d’aides à la visée très restreinte par rapport aux mitrailleuses légères. Le cahier des charges des Marines et des forces spéciales indique une portée pratique suffisante pour engager des cibles matérielles et des véhicules jusqu’à 2 000 m.

Article paru dans la revue DSI n°131, « Le complexe militaro-industriel », septembre-octobre 2017.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

luctus dapibus mi, elit. felis in ut justo id
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR