Magazine Diplomatie

La Thaïlande sous le règne de Rama X : une dictature militaire sous patronage royal 

(2) Larry Diamond, « Facing Up to the Democratic Recession », Journal of Democracy, 26, 2015, p. 141-155.

(3) Chai-Anan Samudavanija, Thailand’s Young Turks, Singapour, ISEAS, 1982, p. 1.

(4) Adam Przeworski, « Democracy as a contingent outcome of conflicts », in Jon Elster, Rune Slagstad (dir.), Constitutionalism and Democracy, Cambridge University Press, 1988, p. 61.

(5) Eugénie Mérieau, « Thailand’s Deep State, Royal Power and the Constitutional Court », Journal of Contemporary Asia, 46, 2016, p. 445-466.

(6) Paul Chambers, Napisa Waitoolkiat, « The Resilience of Monarchised Military in Thailand », Journal of Contemporary Asia, 46, 2016, p. 425-444.

(7) Duncan Mc Cargo, « Network Monarchy and Legitimacy Crises in Thailand », Pacific Review, 18, 2005, p. 499-519.

(8) De ces 250 membres, six sont nommés d’office : le secrétaire permanent du ministère de la Défense, le commandeur suprême, le chef de l’armée de terre, le chef de la marine, le chef de l’armée de l’air et le commissaire-général de la Police.

(9) Cette disposition particulière fut adoptée par référendum en août 2016. La question était la suivante : « En cas de crise, le Sénat devrait-il participer à la nomination d’un Premier ministre » ?

(10) « Thai king signs Crown’s $30bn assets over to himself », Aljazeera, 17 juin 2018 ; « Thai monarch is world’s richest royal: Forbes », Reuters, 22 août 2008.

(11) Cité dans le Straits Times, « Thai PM Prayuth keeps options open », 27 novembre 2018.

(12) Pour plus de détails, voir Eugénie Mérieau, « A Military Dictatorship like No Other », New York Times, 10 février 2019.

(13) Sarit Thanarat prit le pouvoir par un coup d’État en 1957 et gouverna jusqu’en 1963. Il fut l’un des architectes de la rénovation du pouvoir monarchique. Voir Tak Chaloemtiarana, The Politics of Despotic Paternalism, Cornell University Press, 1979. En juillet 2018, l’édition Asie du Time Magazine titrait « Democrat. Dictator. Which path will Thailand’s Prayuth Chan-Ocha choose ? ». Prayuth y était désigné comme le « Petit Sarit ».

Légende de la photo en première page : le 23 janvier 2011, un Thaïlandais portant une chemise rouge brandit un portrait de Thaksin Shinawatra, Premier ministre thaïlandais de février 2001 au 19 septembre 2006, date à laquelle il est renversé par un coup d’État alors qu’il se trouve à l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York. Condamné en 2008 par contumace pour conflit d’intérêts, il vit au Cambodge depuis 2009 où il est devenu conseiller économique du gouvernement cambodgien. (© Shutterstock /1000 Words) 

Article paru dans la revue Diplomatie n°97, « Sécurité énergétique : enjeux stratégiques et défis environnementaux »,  mars-avril 2019.

E. Mérieau, Les Thaïlandais, Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018.

E. Mérieau, Idées reçues sur la Thaïlande, Paris, Cavalier Bleu, 2018.

E. Mérieau, Le constitutionnalisme thaïlandais au prisme de ses emprunts étrangers : une analyse de la fonction royale, contribution à l’étude de souveraineté, Paris, Institut universitaire de Varenne, 2018

À propos de l'auteur

Eugénie Mérieau

Eugénie Mérieau

Juriste et politiste, post-doctorante à la chaire de constitutionnalisme comparé de l’Université de Göttingen, en Allemagne. Ses recherches portent sur l’État et le droit dans le Sud-Est asiatique dans une perspective comparée et critique.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

consequat. dictum Praesent ipsum vulputate, mi, et, ut ut commodo

Pin It on Pinterest

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR