Magazine Les Grands Dossiers de Diplomatie

La présidence Trump et l’hyperpolarisation américaine

Part des Blancs non hispaniques, en % par comté (2016)

D’autre part, l’hyperpolarisation pourrait inciter les démocrates à lancer une procédure de destitution contre Trump [voir le focus de K. Prémont p. 22]. Au moment d’écrire ces lignes, il y avait un débat au sein du Parti démocrate à ce propos, opposant ceux qui souhaitent lancer la procédure rapidement à ceux qui font preuve de plus de prudence et de patience (20). Les premiers, comme le représentant Al Green (Texas), étaient marginaux en février 2019, et n’avaient pas l’appui des principaux leaders du parti, dont Nancy Pelosi et le leader de la majorité Steny Hoyer (Maryland), pour qui la procédure de destitution doit s’appuyer sur des bases solides et une preuve irréfutable que Trump a trahi la population américaine. Les démocrates attendaient ainsi avec impatience les résultats de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur la possible collusion entre Trump et la Russie durant la présidentielle de 2016. Les pressions pour une destitution rapide pourraient toutefois aller en s’accentuant ; ainsi, dans son édition de mars 2019, le prestigieux magazine The Atlantic, très respecté chez les libéraux américains, plaçait le mot « Impeach » bien en vue sur sa couverture avec le sous-titre « It’s time for Congress to judge the president’s fitness to serve ».

Si le rapport Mueller et les autres enquêtes démocrates à propos de Trump ne permettent pas de découvrir le pot aux roses, tout se jouera lors de l’élection de 2020 [voir l’article de J.-P. Nadeau p. 18]. Début 2019, les démocrates étaient toutefois déchirés sur la marche à suivre : d’une part, les plus progressistes voulaient poursuivre le virage à gauche proposé par des candidatures comme celles de Bernie Sanders et Elisabeth Warren, en faisant valoir que le Parti démocrate doit promouvoir ses principes sans compromis, un peu comme le font le Parti républicain et la droite conservatrice depuis plusieurs années déjà. D’autre part, les plus modérés croyaient que des Joe Biden ou Amy Klobuchar étaient plus susceptibles de battre Trump, estimant que la société américaine demeure relativement modérée et peu encline à appuyer des politiques dites « socialistes ». En plus de l’opposition entre Trump et les démocrates qui animera la société américaine d’ici 2020, c’est donc une véritable question existentielle qui traverse le Parti démocrate à l’aube de cette nouvelle saison électorale.

Les 14 causes de la polarisation politique aux États-Unis

Notes

(1) Philip Bump, « A Brief History of Trump’s Empty Rhetoric on Uniting the Country », The Washington Post, 5 février 2019, en ligne.

(2) Notre traduction. Propos originaux : « Now it’s time for America to bind the wounds of division […]. To all Republicans and Democrats and independents across this nation, I say it is time for us to come together as one united people. »

(3) Voir à ce propos : Michael A. Cohen, American Maelstrom: The 1968 Election and the Politics of Division, New York, Oxford University Press, 2016.

(4) Stéphane Baillargeon, « Guerre civile ou guerre culturelle? », Le Devoir, 19 août 2017.

(5) Associated Press, « ‘Donald Trump is a Symptom, Not a Cause’: Obama Urges Big Turnout for Midterms », The Guardian, 7 septembre 2018.

(6) Thomas E. Mann et Norman J. Ornstein, The Broken Branch: How Congress Is Failing America and How to Get It Back on Track, 2e édition, New York, Oxford University Press, 2008.

(7) « Ambition must be made to counteract ambition. »

(8) Claude Corbo et Frédérick Gagnon, Les États-Unis d’Amérique : les institutions politiques, 4e édition, Québec, Septentrion, 2016, p. 327.

(9) Sarah Binder, « Legislating in Polarized Times », in Lawrence C. Dodd et Bruce I. Oppenheimer (dir.), Congress Reconsidered, 11e édition, Thousand Oaks, CQ Press, 2017.

(10) Norman J. Ornstein, « The Senate Shreds Its Norms », The Atlantic, 7 septembre 2018 ; Gregory J. Wawro et Eric Schickler, « Reid’s Rules: Filibusters, the Nuclear Option, and Path Dependence in the US Senate », Legislative Studies Quarterly 43, 4, novembre 2018.

(11) Thomas E. Mann et Norman J. Ornstein, It’s Even Worse than It Looks. How the American Constitutional System Collided with the New Politics of Extremism, 2e édition, New York, Basic Books, 2016, p. 51; Adam Serwer, « America’s Two Political Parties Are Asymetrical », The Atlantic, 5 décembre 2018.

(12) Stanley B. Greenberg, The Two Americas: Our Current Political Deadlock and How to Break It, New York, Thomas Dunne Books, 2004.

(13) John B. Judis, « It’s the Economies, Stupid », The Washington Post Magazine, 29 novembre 2018.

(14) John B. Judis et Ruy Teixeira, The Emerging Democratic Majority, New York, Scribner, 2002, chap. 3.

(15) Henry Barbour, et al., « The Growth and Opportunity Project », The Republican National Committee, 2002, p. 15-17.

(16) Joel Kotkin, « The Changing Demographics of America », Smithsonian Magazine, août 2010.

(17) Bill Scher, « How Does a Straight White Male Democrat Run for President? », Politico Magazine, 17 février 2019.

(18) James A. Thomson et Jesse Sussell, « Is Geographic Clustering Driving Political Polarization? », The Washington Post, 2 mars 2015.

(19) Pew Research Center (22 juin 2016), « Partisanship and Political Animosity in 2016 ».

(20) Christina Marcos, « Democrat Vows to Move Forward with Impeachment, Dividing his Party », The Hill, 10 février 2019.

Légende de la photo en première page : Le 20 janvier 2018, des manifestants défilent à Washington pour la deuxième « Marche des femmes » anti-Trump afin de montrer leur opposition à l’administration Trump sur de nombreux sujets : durcissement de la politique migratoire, menace sur le droit à l’avortement, etc. Organisées dans les grandes villes américaines, pour beaucoup des bastions démocrates qui ont voté contre Trump en 2016, ces manifestations auraient rassemblé des centaines de milliers de personnes, dont beaucoup coiffées de bonnets roses emblématiques de la première « Marche des femmes », en 2017, à laquelle s’étaient jointes selon le Washington Post plus de 3 millions de personnes à travers le pays. (© Mobilus in Mobili)

Article paru dans la revue Les Grands Dossiers de Diplomatie n°50, « Géopolitique des États-Unis : renouveau ou fin de l’hégémonie ? »,  Avril-Mai 2019.

Claude Corbo et Frédérick Gagnon, Les États-Unis d’Amérique : les institutions politiques, Québec, Septentrion, 2016 (4e éd.).

À propos de l'auteur

Christophe Cloutier-Roy

Christophe Cloutier-Roy

Chercheur de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal.

À propos de l'auteur

Frédérick Gagnon

Frédérick Gagnon

Directeur de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

vulputate, commodo consectetur felis non elit. risus. risus commodo dolor. velit, porta.

Pin It on Pinterest

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR