La question migratoire : flux et enjeux d’un phénomène planétaire

Jusque dans les années 1950, l’Europe demeurait la principale région de départ des migrants, qui allaient notamment en Amérique. Si ce flux existe toujours, les flux dominants sont aujourd’hui différents, allant notamment des pays du Sud vers ceux du Nord. Quid des flux migratoires aujourd’hui ?

C. Wihtol de Wenden : Aujourd’hui, il est important de rappeler qu’il y a autant de migrations vers le Sud de la planète que vers le Nord. En effet, il y a, dans les pays du Sud, un grand nombre de réfugiés. Il ne faut pas oublier que les trois quarts des réfugiés dans le monde sont produits par des pays du Sud et que ce sont bien souvent les pays voisins qui accueillent majoritairement ces réfugiés. Un grand nombre de réfugiés afghans ont trouvé refuge en Iran ou au Pakistan, et c’est aussi le cas des Irakiens qui s’étaient réfugiés en Syrie ou des Syriens qui ont été en Turquie, en Jordanie ou au Liban. Autre chiffre montrant l’importance des flux Sud-Sud : les pays du Golfe sont devenus la troisième destination mondiale des migrations de travail. Enfin, les migrants environnementaux sont majoritairement localisés dans les pays du Sud et vont bien souvent du Sud au Sud. Ainsi, beaucoup plus que ces trente dernières années, le Sud est devenu une grande région d’immigration, sans aucune politique migratoire ou presque. De facto, ces pays accueillent ou fournissent du travail à ceux qui viennent des pays voisins.

Aujourd’hui, nous avons donc quatre types de flux migratoires. D’une part, une migration Nord-Sud avec des migrants qualifiés et des seniors en quête d’une retraite au soleil ; une migration Sud-Sud avec des réfugiés, des migrants de travail et des déplacés environnementaux ; une migration Nord-Nord de qualifiés ; et une enfin une migration Sud-Nord — dont on parle presque exclusivement — qui concerne des migrants de travail, des réfugiés, des qualifiés et également beaucoup de regroupements familiaux.

Quelles sont les principales raisons qui poussent un migrant à quitter son pays en 2019 ?

Les raisons sont avant tout structurelles et sont affectées par des tendances profondes du monde. Il y a donc d’abord les inégalités du développement humain (espérance de vie à la naissance, éducation, niveau de vie) ; mais aussi les crises et conflits qui génèrent des réfugiés par millions ; nous avons également la question démographique qui constitue un phénomène très important avec des populations très jeunes — en Afrique sub-saharienne, l’âge médian est de 19 ans, et 25 ans sur le pourtour sud-méditerranéen contre 41 ans pour le continent européen — ; l’urbanisation galopante de la planète est aussi un facteur important de départ [voir p. 93] ; tout comme le développement des médias qui amène les populations à être beaucoup mieux informées qu’avant, et qui savent donc qu’elles peuvent tenter d’améliorer leur situation en partant ailleurs ; la proximité géographique de certaines régions constitue également un élément important, comme par exemple entre l’Afrique et l’Europe à travers la Méditerranée ou entre le Mexique et les États-Unis ; et enfin le niveau d’éducation, qui fait souvent prendre conscience aux mieux éduqués qu’il est difficile de vivre à long terme dans des pays pauvres et mal gouvernés et que la meilleure chance pour accéder à des opportunités est de quitter son pays d’origine.

Alors que les migrations n’ont jamais cessé depuis que l’homme existe, pourquoi le phénomène migratoire suscite-t-il aujourd’hui tant de crainte, notamment dans les sociétés du Nord — bien que certains pays comme le Canada souhaitent accueillir davantage de migrants, notamment pour répondre au besoin de main-d’œuvre de leur économie ?

Pour ce qui est de l’Europe, il faut savoir que ce n’est traditionnellement pas un continent d’immigration. Elle l’est dans les faits, mais elle ne se pense pas comme telle, car par le passé, les Européens étaient avant tout des émigrants. On ne pensait pas l’identité des États ou de l’Europe avec le phénomène migratoire. Cela donne ainsi une certaine illégitimité au phénomène de l’immigration, alors que ce n’est pas le cas aux États-Unis, au Canada, en Amérique latine, en Australie ou en Nouvelle-Zélande. En Europe, il n’y a pas de légitimité à être originaire d’un autre pays, c’est même plutôt un handicap. L’Europe ne valorise pas l’immigration d’installation. Elle a toujours été considérée comme un phénomène de court terme pour répondre à des besoins de main-d’œuvre, ou pour respecter des accords internationaux sur des réfugiés, ou dans le cadre du regroupement familial ou du respect du droit de l’enfant. L’Europe a donc beaucoup de mal à supporter cette réalité.

L’autre raison, c’est la proximité de l’Europe avec des pays de culture musulmane. C’est un peu la réapparition de « vieilles querelles » qui remontent aux croisades, avec un conflit de territoire opposant d’un côté les chrétiens et de l’autre les musulmans. Il y a une peur de perte d’identité, du « grand remplacement », qui sont bien souvent des fantasmes car il faut rappeler que les immigrants représentent à peine 10 % de la population du continent européen. Il y a une dimension culturelle qui a été également aggravée par le terrorisme, créant un sentiment d’insécurité dans beaucoup de pays européens. D’où la réponse sécuritaire faite par l’Europe aux flux migratoires.

Quid des États-Unis, qui sont pourtant un pays traditionnel d’immigration, mais dont l’actuel président s’est lancé dans un véritable combat contre l’immigration, du moins clandestine ?

Il est vrai que dans une certaine mesure, on peut avoir l’impression que les Mexicains sont devenus musulmans et/ou terroristes, compte tenu des termes qui sont employés. C’est contradictoire, alors que les États-Unis, comme l’Europe, ont besoin d’immigration puisqu’elle constitue le seul facteur de croissance de la population. Actuellement aux États-Unis, il y a tout un imaginaire qui s’est construit autour du migrant, avec une montée des sentiments nativistes qui mettent l’accent sur ceux qui sont nés sur le territoire. S’il y a néanmoins une valorisation ancienne de l’immigration aux États-Unis, les choses sont en train d’évoluer parmi les Américains [voir p. 16].

Dans plusieurs pays où les décès sont aujourd’hui plus nombreux que les naissances — notamment en Europe ou au Japon —, l’immigration semble constituer l’un des moyens les plus efficaces pour augmenter la population. L’immigration peut-elle assurer le dynamisme démographique d’un pays ?

L’immigration assure avant tout la croissance de la population. Comme je vous le disais, c’est en Europe le seul facteur de croissance de la population. Cependant, l’immigration ne contribue pas nécessairement à rajeunir la population, car ceux qui sont installés depuis longtemps vieillissent aussi. Compter sur l’immigration pour rajeunir un pays n’est donc vrai qu’en partie, même s’il est vrai que souvent le taux de fécondité est un peu plus élevé chez les migrants que chez les nationaux.

Aujourd’hui, l’immigration n’en demeure pas moins un sujet essentiel pour des pays vieillissants, car de nombreux métiers sont ou seront en manque de main-d’œuvre, tels ceux des secteurs de l’agriculture ou du bâtiment.

Proportion d’immigrés selon les pays en 2015

Alors que l’Afrique devrait compter entre 2 et 3 milliards d’habitants en 2050, certains craignent une vague massive de migrants vers l’Europe voisine qui perd de la population. Ce scénario vous semble-t-il possible ?

Non, je ne pense pas. En effet, l’essentiel des Africains migrent en Afrique. Cette dernière devient de plus en plus un grand continent d’immigration avec des gens qui sont nés en Afrique et qui migrent en Afrique. Il y a 26,6 millions de migrants à l’intérieur du continent africain et l’essentiel de leurs déplacements concernent des migrations de voisinage, à la fois à cause de conflits ou de crises environnementales, mais aussi pour le travail. Il existe d’ailleurs plusieurs espaces de libre circulation pour le travail au sein même de l’Afrique ; c’est le cas notamment dans la CEDEAO (Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest), ou dans le Sud de l’Afrique avec la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe).

D’autre part, il existe aussi en Afrique une certaine complémentarité entre les pays très peuplés et ceux au contraire très peu peuplés. Il en va de même avec certains pays qui ont beaucoup de ressources et peu de population et ceux qui ont peu de ressources mais beaucoup de main-d’œuvre. C’est notamment le cas des flux entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Aujourd’hui, il existe en Afrique deux grands pôles d’attraction pour les migrants, qui sont le Maghreb d’un côté et l’Afrique du Sud de l’autre. L’Afrique elle-même est donc un continent en mouvement, avec une partie — seulement — de ses migrants qui part vers l’Europe, une autre qui part en Amérique du Nord, et enfin certains qui partent en Chine puisque les Chinois sont de plus en plus présents sur le continent africain.

Les migrations en Afrique sont donc avant tout intra-africaines, pour la simple raison qu’elles concernent essentiellement les populations les plus pauvres, et ces dernières ne peuvent pas aller très loin. Les migrants africains qui arrivent en Europe ne représentent donc qu’une toute petite partie de l’ensemble de la mobilité qui a actuellement lieu en Afrique, et qui va se poursuivre.

Les flux migratoires et l’arrivée de migrants peuvent-ils être la source de conflits ou de tensions ? Y-a-t-il des régions plus sensibles que d’autres ?

Dans notre boutique

elementum neque. non libero porta. mattis Curabitur Aliquam Donec felis Sed
Votre panier