DSI hors-série n°71, Editorial

DSI hors-série n°71 est en kiosque depuis quelques semaines – vous pouvez retrouver ici celui le plus proche – et peut être consulté en ligne. Voici son éditorial :

En avril 2011, nous avions publié un premier numéro hors série sur la Russie en constatant les faiblesses structurelles d’un pays issu d’une URSS dissoute vingt ans plus tôt, mais aussi son aptitude à conserver des leviers de puissance. À ce moment, les bases de la « réforme Serdioukov » avaient été posées, une nouvelle tentative alors que les précédentes avaient échoué. En 2020, près de dix ans après ce hors-­série (et alors que nous avons publié plus de 150 articles sur des questions liées aux forces russes), l’arbre a donné ses fruits. Organiquement, les évolutions en profondeur dans la structure de force comme dans la stratégie des moyens sont notables : les processus de modernisation, bien qu’ils soient ralentis, sont à l’œuvre.

Mais ces réformes ont aussi servi de substrat à des actions stratégiques si notables qu’elles ont eu une incidence directe sur la sécurité européenne : invasion puis annexion de la Crimée ; actions dans le Donbass ; territorialisation de la mer d’Azov ; intervention en Syrie permettant de sauver le régime ami de Damas. Les conséquences à long terme de ces opérations ne sont pas encore totalement connues. Ainsi, la seule question ukrainienne a débouché sur des sanctions qui ont retardé le programme de modernisation des forces armées russes. Elle a aussi contribué à une conscientisation des États européens quant à leurs faibles investissements de défense, tout en mettant à bas l’architecture de sécurité européenne, l’ultima ratio de l’emploi de la force après des négociations pouvant céder la place à son prima ratio.

Au-delà, se pose également la question de la place de la Russie dans la distribution générale de puissance des forces à l’échelle mondiale. État-continent, la Russie ne s’investit pas seulement au Levant, mais également en Afrique, où sa stratégie d’influence se développe. Depuis 2005, elle fait par ailleurs montre d’une stratégie très active de diplomatie militaire avec la Chine. Le théâtre extrême-­oriental, parent pauvre de la stratégie russe des années 1990, est pleinement réinvesti. Ce déploiement géographique se double surtout d’une plus grande crédibilité militaire. À coup d’exercices surprises et d’exercices de grande ampleur – « Vostok 2018 » a rassemblé 300 000 personnels – et d’une suite d’engagements opérationnels permettant de forger l’outil, la Russie redevient une puissance militaire de premier plan. Elle devrait se doter cette année d’une nouvelle doctrine (la précédente datait de décembre 2014) ; ce hors-­série permet ainsi d’éclairer les futures positions de Moscou.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

elit. efficitur. quis fringilla ut commodo ipsum sem, dolor. leo.
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR