Recension. Disruptive Technologies for the Military and Security

Ajey LELE, Springer, Singapour, 2019, 234 p.

Recension publiée dans Défense & Sécurité Internationale n°147, mai-juin 2020.

Chercheur à l’Institute for Defence Studies and Analyses (IDSA) de New Delhi et ancien officier, l’auteur revient ici sur les technologies susceptibles d’avoir des implications disruptives dans le domaine militaire, selon une perspective triple. D’abord, assez classiquement, un retour sur les théorisations de la technologie au travers des grands courants de la sociologie de la technique, qui lui permet également d’aborder les questions liées à l’innovation. Ensuite, une analyse technique et historique des technologies qu’il considère comme disruptives : l’hypersonique, les nouveaux matériaux, l’impression en 3D, les ressources énergétiques inépuisables, la génomique, l’intelligence artificielle, le big data, l’informatique basée sur les clouds, l’Internet des objets et la blockchain. Cette partie, qui occupe l’essentiel de l’ouvrage, est à la fois stimulante, instructive et centrée sur les applications opérationnelles, mais également restrictive. S’il est évidemment difficile de tout explorer en profondeur, on peut ici regretter que certains systèmes et percées ne soient pas réellement pris en compte alors pourtant qu’ils ont des implications directes sur l’efficacité des armées… ou sur leur vulnérabilité. C’est par exemple le cas en ce qui concerne les capteurs ou les lasers. D’une certaine manière, la principale critique à adresser à l’ouvrage – mais elle pourrait l’être à l’ensemble du débat sur l’innovation disruptive – est que l’on tend à se focaliser sur ce qui n’est, à l’exception de l’hypersonique, que des « briques » de systèmes militaires opérationnels futurs, alors que ce sont eux qui, en termes de distribution de puissance, importent. La troisième partie renvoie, d’une part, aux mutations de l’industrie et de la production. Le sujet est important parce que relativement rares sont, au sein des travaux sur la stratégie des moyens, ceux sur la stratégie industrielle. D’autre part, l’auteur pose également la question du contrôle des armements et des risques de courses. Bien informé, l’ouvrage évite le piège d’un technologisme mal à propos où « le disruptif » remplacerait tout autre système. En tout état de cause, c’est une contribution plus qu’utile à un débat loin d’être clos. J. H.

Dans notre boutique

ipsum Curabitur ut ipsum ut facilisis adipiscing et, at sed risus.
Votre panier