Penser les opérations. Les miracles militaires

Les réformateurs parviennent enfin à briser en partie l’habitude de la « sophistication conservatrice » des industriels et du Pentagone, c’est-à‑dire le prolongement de ce qui se fait déjà en toujours plus sophistiqué et avec des coûts exponentiels, au profit d’équipements d’un meilleur rapport coût/utilité réelle. L’US Air Force s’équipe des avions F‑16 et F‑15 et même, chose inconcevable quelques années plus tôt, de l’avion d’attaque A‑10. L’US Army reçoit à ce moment-là les « big five » : char de bataille M‑1 Abrams, véhicule de combat d’infanterie M‑2 Bradley, hélicoptères de transport UH‑60 et d’attaque AH‑64, missile antiaérien Patriot, avec un bilan plus mitigé. Dans le même temps, servie par une forte augmentation des budgets sous l’administration Reagan, l’armée américaine décuple le nombre de multiplicateurs d’efficacité comme le système de gestion des armes navales Aegis, les premières munitions guidées, le GPS, les radars de surveillance aérienne E‑2 et E‑3 AWACS ou de surveillance terrestre E‑8 JSTARS ou encore les bombardiers furtifs F‑117 conçus en un temps record. Tous ces systèmes constituent encore, trente ans plus tard, l’ossature des forces armées américaines.

Tout ce bouillonnement de réflexions et d’innovations dans tous les domaines finit par s’agréger dans un système opérationnel cohérent et bien plus performant que le précédent. On ne saura jamais qu’elle aurait été son efficacité réelle face au Pacte de Varsovie. De 1989 à 2003, de l’engagement à Panama à la deuxième guerre contre l’Irak en passant par les opérations contre les Bosno-­Serbes, les Serbes et les talibans, on assiste en revanche à une série de campagnes qui semble consacrer la nouvelle puissance américaine, avant qu’elle ne commence à être imitée par les nouvelles puissances rivales ou contournée par la capacité de dissuasion nucléaire acquise par la Corée du Nord, ou par la guérilla d’organisations armées en Afghanistan et en Irak. C’est peut-être d’ailleurs de ce côté qu’il faut chercher les surprises, dans la capacité de résistance de beaucoup d’organisations armées face aux États les plus puissants. Peut-être s’agit-il là du premier miracle militaire du siècle.

Légende de la photo en première page : Le F-111 est l’archétype des conceptions contre lesquelles Boyd se battra : conçu comme un appareil polyvalent utilisable par l’Air Force comme par la Navy, il s’avérera peu manœuvrant et coûteux. (© US Air Force)

Article paru dans la revue DSI n°147, « Guerre aérienne et opérations multidomaines », mai-juin 2020.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

consectetur massa lectus eget commodo vel,
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR