La guerre. La penser et la faire

Benoist BIHAN. Editions Jean-Cyrille Godefroy, Paris, 2020, 319 p.

Recension parue dans Défense & Sécurité Internationale n°148, juillet-août 2020.

Benoist Bihan n’est pas un inconnu pour les lecteurs de DSI : avant qu’il ne rejoigne l’industrie, il a été notre rédacteur en chef adjoint de même que le coordinateur éditorial d’Histoire & Stratégie de 2011 à 2015. Son premier ouvrage, dont il est ici question, reprend les 57 articles qu’il a publiés dans le cadre de la chronique « Penser la stratégie » qu’il a tenue dans nos pages. Concrètement, il les a cependant réorganisés en huit parties : considérer ; comprendre ; imaginer ; mobiliser ; organiser ; décider ; frapper et enfin « vaincre… ou pas ». L’ensemble forme un tout cohérent qui constitue une solide introduction à la stratégie, même si, par définition, on n’aura jamais fait le tour d’un tel sujet. Historien de formation, Benoist ne trahit pas sa discipline d’origine : outre que ses chroniques faisaient largement appel à l’histoire, il les fait ici précéder d’une introduction dont la portée dépasse la stratégie et porte sur les usages de l’histoire. Il y livre un avertissement pertinent : si l’histoire fournit matière à la réflexion stratégique – en l’ancrant dans le concret et les vécus –, son usage ne peut se faire n’importe comment. Trop souvent, ce n’est en effet pas tant l’histoire qui importe que son interprétation, ce qui implique que ses utilisateurs peuvent être soumis aux biais de confirmation, mais aussi de disponibilité. Derrière cela se pose évidemment la question de la validité du raisonnement stratégique et de l’empirisme dans les études stratégiques. Cette introduction est par ailleurs précédée d’une préface de Michel Goya. Évidemment, à vous recommander cet ouvrage, nous sommes à la fois juge et partie : cela a toujours été un plaisir de publier Benoist, pour son style fluide autant que pour sa pertinence. Cependant, si vous ne l’avez pas lu en son temps, ou si vous voulez revenir sur ses travaux, c’est clairement le moment : à l’heure du retour à la haute intensité, leur relecture est urgente. J. H.

Dans notre boutique

ut sed elit. odio adipiscing felis leo quis Aenean
Votre panier