De la bataille aux opérations multidomaines : se préparer pour la guerre du futur

Ce concept, qui fait de l’information un tissu indispensable de la guerre multidomaine connectée, se retrouve dans le « Combat Cloud ». Ce dernier inverse le paradigme de combats combinés, faisant de l’information un point focal et non un simple ressort opérationnel. L’information d’un élément (avion, navire, satellite, etc.) est réacheminée en temps réel à tous les autres. Le « Combat Cloud » peut utiliser des matériels aériens à long rayon d’action dispersés comme plates-formes composées de capteurs qui opèrent en synergie avec des armes terrestres et navales.

L’US Army travaille sur le développement d’armes de précision à long rayon d’action capables de détruire une cible à plus de 500 kilomètres. Il s’agit là d’un bon exemple d’arme terrestre bénéficiant de données précises sur une cible grâce à une plate-forme aérienne en réseau. Dans ce contexte, le programme Loyal Wingman de Boeing (voir DefTech no 04) permettra aux chasseurs F-35 d’utiliser leurs drones pour collecter des informations sur des cibles hors de leur portée, mais pouvant être détruites par des armes de précision à long rayon d’action au sol.

Les écueils

En théorie, cette nouvelle doctrine doit répondre convenablement aux nouvelles menaces d’aujourd’hui, et peut-être de demain. Mais ce concept se heurte à des problèmes aussi bien techniques que doctrinaux ou organisationnels avec, en premier lieu, celui de relier les réseaux de communication et d’information des différents services. C’est bien l’architecture de la communication, ce réseau qui prendra en charge tous les réseaux, autrement dit un système de systèmes, qu’il est très difficile d’établir.

L’autre problème, de taille, est la question budgétaire. La guerre contre le terrorisme, donc dans sa forme contre-insurrectionnelle, a lourdement grevé le budget de la Défense américaine. L’US Army subit encore les effets pervers du « technologisme » des années 2000. La « doctrine Rumsfeld » qui a fait suite à la RMA et qui était axée sur le « tout technologique » pour compenser la réduction des armées a été une impasse au coût exorbitant.

Enfin, l’armée devra recruter et former des personnels aux exigences qu’un tel système imposera avec, notamment, une véritable pensée multidomaine.

Pour ces raisons, l’US Army a décidé d’avancer par étapes avec une première version du MDO dite 1.5. Le général Townsend, du TRADOC, explique : « Comme concept, ce n’est pas la réponse finale. Mais il s’agit d’une évolution d’un effet plus large, plus global, pour réviser et développer la pensée militaire et dépasser une série d’impasses dans un schéma de rivalité, mais aussi dans celui de conflits armés avec des adversaires de force équivalente. »

Une version 2.0 est prévue pour l’automne 2019.

Légende de la photo en première page : Les opérations multidomaines seront menées dans toutes les dimensions : terre, air, mer, cyber, espace. Tous les éléments seront connectés pour alimenter les flux d’informations en temps réel. (© US Army)

Article paru dans la revue DefTech n°05, « Technologies & guerres du futur », septembre-octobre 2019.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

diam elementum massa eleifend Nullam sit dictum commodo elit. mattis ipsum
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR