La guerre du futur selon l’armée de Terre

La part grandissante des technologies dans les systèmes d’armes est une tendance de fond qui n’est pas récente. Cela entraîne des contraintes fortes pour le soutien de ces équipements à la fois performants, coûteux et complexes. La question se pose donc de la soutenabilité et de l’emploi des matériels très modernes dans un engagement de haute intensité. C’est la raison pour laquelle j’estime que nous devons rechercher le juste équilibre technologique, pour permettre, paradoxalement, le maintien de notre supériorité opérationnelle. Pour reprendre l’exemple bien connu de Norman Augustine formulé dans les années 1980, si l’évolution des coûts ne change pas, le budget du Pentagone, autour de 2050, servira à acheter un seul avion tactique !

Pour autant, il ne s’agit pas d’être caricatural ni d’aller contre le progrès. Aujourd’hui, nos soldats sont nettement mieux protégés que leurs aînés et nos capacités de combat sont bien plus performantes. Notre objectif est un modèle d’armée soutenable, disposant de suffisamment de matériels disponibles et de munitions pour rehausser notre niveau opérationnel. Pour arriver à ce nouvel équilibre, le chemin est effectivement long, car les gains seront marginaux sur les systèmes déjà en service. Nous avons quelques rendez-­vous majeurs pour l’armée de Terre dans ce rééquilibrage avec les programmes à venir, comme le poids lourd 4‑6 tonnes, le véhicule blindé d’aide à l’engagement ou le futur engin du génie. Ces engins doivent être utilisables au quotidien par les forces et déployables en quantité dans nos opérations. Il importe donc de prendre en compte, le plus en amont possible, la dimension « soutien » de ces nouveaux systèmes, avec une réelle approche de construction « capacitaire ».

En complément de l’action sur les programmes futurs, nous devons améliorer la disponibilité des équipements déjà en service. Je crois d’ailleurs que nous sommes probablement à l’aube d’une révolution des métiers de la maintenance, permise par l’adéquation entre une conception des matériels prenant en compte le MCO dès l’origine, les progrès de la maintenance prédictive et les possibilités de production de rechanges par fabrication additive.

Propos recueillis par Joseph Henrotin le 15 juillet 2020.

Légende de la photo en première page : Des éléments de la mission « Lynx » en exercice en Estonie, en 2017. (© Fred Marie/Shutterstock)

Article paru dans la revue DSI hors-série n°73, « Armées françaises : dans l’œil du cyclone ?  », août-septembre 2020.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

ipsum eleifend nec sem, suscipit risus. leo
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR