Military Green : l’Agence européenne de défense veut accélérer sa transition énergétique

L’Agence européenne de défense (AED) fait la promotion de la coopération militaire, mais aussi de la recherche dans le domaine des énergies renouvelables. Avec le programme Military Green, elle se fixe un triple objectif : accroître les capacités militaires de l’Union, tout en diminuant les coûts et l’empreinte écologique.

L’énergie est un des piliers de la défense. Elle est indispensable pour mener efficacement des opérations. Elle permet également à l’Union européenne de disposer d’un outil militaire toujours prêt pour assurer des missions ou pour des exercices conjoints.

Mais l’énergie est un secteur très coûteux financièrement et écologiquement, qui accroît par ailleurs la dépendance aux pays producteurs. Pour diminuer les coûts, réduire l’empreinte écologique et sortir de cette dépendance, l’AED mise sur une sortie des énergies fossiles en favorisant les énergies renouvelables. De plus, tout comme l’armée américaine, l’Agence constate que la diminution du nombre de convois de ravitaillement sur les théâtres d’opérations extérieures, souvent pris pour cible, permet de faire baisser le taux de pertes, grâce notamment à la réallocation du carburant aux unités de protection.

Réduire l’empreinte écologique

Military Green est un moyen pour l’AED et ses 26 membres de faire une véritable différence dans le domaine environnemental. Il s’agit d’un outil permettant d’atténuer les effets négatifs sur le climat tout en renforçant les capacités de défense de l’Union. Il met les valeurs environnementales au cœur de l’outil de défense et de gestion de crise. Il s’attaque également à nos habitudes de consommation lors des phases préparatoires d’opérations et durant l’exécution de ces dernières.

Military Green fait la promotion du développement et de la mise en œuvre de nouvelles technologies responsables permettant aux armées européennes de réduire leur empreinte écologique. Dans ce contexte, différents projets menés par l’AED sont en cours, notamment en ce qui concerne sa contribution au « Green Deal » européen, à l’intelligence artificielle ou encore à la mobilité durable. En opération extérieure, l’AED travaille notamment sur les smart camps composés de nouvelles capacités de stockage d’énergie. L’Agence travaille aussi sur de nouveaux matériaux, l’économie circulaire dans le domaine de la défense, les innovations technologiques (collecte de données massives, partage en temps réel, système de refroidissement pour le stockage des données, etc.).

Énergies renouvelables et nouvelles technologies

La situation écologique très difficile que nous vivons à l’échelle planétaire a amené la communauté internationale à prendre conscience que ce rythme n’est plus tenable. Un consensus global a permis d’adopter des politiques et des stratégies internationales pour lutter contre le changement climatique et les graves conséquences qui en découlent. L’Europe a pris le chemin de la neutralité climatique à l’horizon 2050. Les objectifs fixés par l’Union doivent permettre de limiter les gaz à effet de serre, mais aussi de réduire la perte de biodiversité afin d’assurer la qualité d’éléments essentiels comme l’eau, l’air et les sols.

L’augmentation des températures moyennes a déjà des conséquences désastreuses dans certaines régions du monde : élévation du niveau de la mer, inondations, sécheresses, baisse des productions céréalières, etc. Des crises humanitaires, des conflits et des phénomènes migratoires importants sont déjà liés à la pollution de l’air, des sols et de l’eau. Les changements climatique et écologique représentent une réelle menace sur la sécurité internationale. Ces phénomènes ont déjà été soulignés par la Stratégie européenne de sécurité et la Communauté de défense et de gestion de crises doit jouer un rôle dans un contexte international dégradé.

Military Green repose sur la législation et les directives européennes. Il tirera également parti de l’Environmental Protection Concept développé par l’état-major européen. Ce concept établit des principes et des responsabilités que les armées européennes doivent respecter sur les théâtres d’opérations.

Pour l’Agence, Military Green est un moyen de promouvoir efficacement les capacités des forces de l’Union de manière responsable. Ce concept met notamment l’accent sur l’efficacité énergétique, la réduction de la consommation, une meilleure gestion de l’eau et des déchets, et fait la promotion des matériaux écologiques.

Ainsi, chaque étape de la préparation et du déploiement des unités pour des opérations extérieures devra répondre à des critères permettant de réduire l’empreinte écologique.

Car le secteur de la défense est le plus gros consommateur d’énergie, toutes branches du gouvernement européen confondues. Dans ce contexte, le « verdissement » des forces armées européennes (modèle dit « Go Green ») est fortement souligné par l’Agence. L’objectif est de réduire les coûts grâce à la mise en œuvre de stratégies liées aux énergies renouvelables dans l’Union. Lancé par six États membres (Autriche, République tchèque, Grèce, Allemagne, Chypre et Luxembourg), ce projet propose notamment l’utilisation de terres et de bâtiments appartenant aux forces armées européennes pour la production d’électricité à partir de panneaux solaires photovoltaïques.

L’AED met enfin l’accent sur les nouvelles technologies via trois axes :

– atteindre l’efficacité énergétique grâce aux nouvelles technologies d’approvisionnement en énergie, en travaillant avec des réseaux intelligents dans les trois armes (terre, air et mer) et en couvrant tous les niveaux des systèmes. Secteurs prioritaires : la dépendance aux énergies fossiles, les sources d’énergies renouvelables et alternatives, le stockage d’énergie et la distribution et la gestion efficace de l’énergie ;

– réduire l’empreinte logistique pour les déchets et l’eau. Secteurs prioritaires : la biomasse et le déploiement de systèmes de production d’eau ;

– réduire les effets dangereux liés aux matériaux. Secteurs prioritaires : matériaux des structures, matériaux intelligents ;

– étudier l’impact sur l’écologie et le climat en rassemblant des données statistiques. Secteurs prioritaires : effets biologiques de l’exposition aux champs électromagnétiques et acoustiques, statistiques sur la consommation d’énergie.

Comme l’US Army, et dans une moindre mesure l’OTAN, l’AED a elle aussi pris le virage de la double transition énergétique et écologique. Mais la crise sanitaire de la COVID-19 pourrait obliger la Commission à délaisser la défense pour d’autres secteurs. Reste que la stratégie « Go Green » et Military Green sont maintenant inscrits dans le programme européen pour la défense, intégré dans le Green Deal.

Photo : © European Union 2013 – European Parliament

Article paru dans la revue DefTech n°08, « Développement durable : un enjeu stratégique pour les armées », janvier-mars 2020.

.
Votre panier