Magazine DSI HS

Le Mavi Vatan : quelle vision maritime pour la Turquie ?

Actuellement, la construction de six sous-­marins AIP HDW Type‑214 de classe Reis se poursuit au chantier naval de Golcük. Le premier de la série sera mis en service au début de 2022.

Personnellement, je m’attends à ce qu’après la fin de ce projet, notre projet de sous-marin de conception nationale MILDEN démarre. En outre, le programme de frégates antiaériennes TF2000 ainsi que le projet Fast Attack Craft (FAC) devraient être lancés sans délai.

Je pense que la structure de la force navale turque, avec les projets en cours, est appropriée et équilibrée avec les objectifs de défense et de sécurité ainsi qu’avec la puissance économique de la Turquie. Cette marine aidée par l’industrie de la défense nationale et les ressources de la patrie peut efficacement assurer la défense de la « Patrie bleue » contre les revendications irrationnelles des États voisins soutenus par les États-Unis et l’UE.

<strong>Carte 1</strong>

Reconnaissant la Turquie d’Atatürk, le traité de Lausanne (1923) a succédé à celui de Sèvres et a établi les frontières de la Turquie contemporaine, ce qui impliquait des déplacements de populations, mais aussi de donner à la Grèce et à l’Italie des îles du Dodécanèse et au sud de l’Anatolie, dont Kastellorizo. Le traité impliquait également de reconnaître l’annexion de Chypre par le Royaume-Uni – l’île en devenant indépendante en février 1959. Le positionnement des îles grecques en mer Égée, à proximité de l’Anatolie, favorise ainsi la Grèce, mais aussi Chypre, qui se réclament de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) pour empêcher l’accès irrégulier à leurs zones économiques exclusives. Or Ankara n’en est pas membre. (© D.R.)

<strong>Carte 2</strong>

Représentation, en turquoise, du Mavi Vatan. La Turquie a sa propre interprétation de ce qu’est une zone économique exclusive (ZEE), de sorte que celles revendiquées par les différents États de la région se chevauchent. Le litige juridique, au demeurant, n’est pas figé. Le 6 août 2020, l’Égypte et la Grèce trouvaient un accord sur la délimitation respective de leurs ZEE, Chypre et l’Égypte ayant fait de même en 2003, tout comme Chypre et Israël avaient délimité les leurs en 2010. S’ajoute à cela que, pour Ankara, non seulement la ZEE turque devrait être plus étendue en vertu d’une prolongation du plateau continental, mais la République de Chypre du Nord devrait également disposer de sa propre ZEE. Créé à la suite de l’invasion turque de 1974, cet État n’est cependant pas reconnu par la communauté internationale et ne peut donc pas adhérer à la CNUDM. (© D.R.)

Propos recueillis par Joseph Henrotin, le 6 février 2021.

Légende de la photo en première page : Une frégate de classe Gabya (type Oliver Hazard Perry) et un patrouilleur lance-missiles de classe Kiliç dans les Dardanelles. (© Thomas Koch/Shutterstock)

Article paru dans la revue DSI hors-série n°77, « Numéro spécial Turquie  », Avril – Mai 2021.
0
Votre panier