Magazine Les Grands Dossiers de Diplomatie

Centenaire du PCC : où va la Chine de Xi Jinping ?

Les organes de presse du Parti sont les porte-voix privilégiés du retour de l’idéologie et de la toute-puissance du Parti. Lors d’une visite en 2016 au Quotidien du peuple, Xi a réaffirmé que les médias officiels se devaient de « maintenir l’unité du Parti, l’aimer, le protéger et le servir » (2). Xi Jinping incarnant le PCC, il jouit par conséquent d’une couverture médiatique sans égale chez ses prédécesseurs — à l’exception de Mao —, apparaissant quotidiennement à la une des principaux journaux chinois.

Le renforcement du PCC est attesté par le transfert de nombreuses prérogatives de l’État vers le Parti (en matière culturelle, religieuse et ethnique), tandis que Xi Jinping s’impose comme un leader central dans l’histoire de la République populaire de Chine (RPC). Lors de sa session plénière annuelle en mars 2018, le Parlement chinois a amendé la Constitution de la RPC. La limite de deux mandats du Président a ainsi été retirée, ouvrant la voie à un mandat illimité pour Xi, et « la pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour la nouvelle ère » y a été inscrite (3).

On assiste d’ailleurs à une révision du regard que le PCC porte sur sa propre histoire, promouvant une vision plus positive de l’héritage de Mao et le nouveau rôle central de Xi. En 2021, année de son centenaire, le Parti a publié une nouvelle édition de de son manuel officiel intitulé « Une brève histoire du PCC ». Un quart de l’ouvrage de 531 pages est consacré à l’ère Xi Jinping, tandis que la Révolution culturelle, période sombre et meurtrière qui a duré entre 1966 et 1976, est traitée en une seule page, contre un chapitre entier dans les éditions précédentes (4). La nouvelle édition interprète ce mouvement politique lancé par Mao comme une tentative de lutter contre la corruption et les privilèges, rappelant à s’y méprendre la politique de Xi Jinping. Les dérives funestes de la Révolution culturelle ne seraient pas, selon l’ouvrage, imputables à Mao, mais à la mauvaise mise en œuvre de ses idées.

Toujours sur le plan historique, on note aussi la tenue d’un symposium en février 2021, consacré à la commémoration du centenaire de la naissance de Hua Guofeng, le dauphin de Mao qui lui a succédé à sa mort en 1976. Deng Xiaoping lui avait ravi la tête du Parti à peine deux ans plus tard pour lancer sa politique de réforme et d’ouverture et Hua avait été évincé de la scène politique dès le début des années 1980. La présence lors de ce symposium de deux membres du Comité permanent et trois membres du Bureau politique du Parti, semble indiquer le retour en grâce de l’héritier de Mao (5). Enfin, il a été récemment rapporté que les commémorations publiques étaient autorisées sur la tombe de Jiang Qing (la femme de Mao et membre de la « bande des quatre » qui a été condamnée en 1980 pour sa responsabilité dans la Révolution culturelle), alors que la tombe de Zhao Ziyang (réformateur qui s’était opposé à l’intervention de l’armée sur la place Tian’anmen en 1989), serait désormais interdite au public (6).

Ce nouveau regard sur le passé laisse donc présager le retour d’une ligne idéologique dure. On peut faire le même constat quant aux pressions exercées sur les universitaires et intellectuels (historiens compris) qui doivent éviter toute position déviant de la ligne officielle toujours plus étroite, au risque d’être censurés ou sanctionnés (7).

Tous ces éléments démontrent la rupture politique que représente Xi Jinping dans l’histoire de la RPC des quarante dernières années. Pour empêcher que les dérives liées au pouvoir d’un seul homme ne se reproduisent à l’avenir, Deng Xiaoping était parvenu à instaurer la « direction collégiale » du Parti ainsi que la limite de mandats et d’âge (fixée à 68 ans) pour l’exercice de responsabilités politiques. Xi Jinping a d’ores et déjà rompu avec chacun de ces principes.

La reprise en main du Xinjiang et de Hong Kong 

Sur la scène intérieure chinoise, la toute-puissance du Parti et la promotion du concept de sécurité nationale par Xi a conduit à un renforcement de l’autoritarisme et du contrôle social. Les deux principales lignes de front sont la Région autonome ouïghoure du Xinjiang et la Région administrative spéciale de Hong Kong. La répression des Ouïghours et autres minorités ethniques musulmanes du Xinjiang atteint aujourd’hui son paroxysme dans l’histoire de la Chine moderne. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, Pékin a instauré un appareil de sécurité total visant un triple verrouillage de la région : un verrouillage physique au travers d’un important dispositif policier et paramilitaire ; un verrouillage numérique par le biais des nouvelles technologies de surveillance déployées à grande échelle ; et un verrouillage culturel mis en œuvre par la destruction de sites et la répression des pratiques traditionnelles et religieuses. La campagne de lutte contre l’extrémisme qui s’est ajoutée à cet appareil a porté la répression des minorités au Xinjiang à de nouveaux sommets : internement massif et indiscriminé de populations, contrôle des naissances et travail forcé sont désormais institutionalisés dans toute la région et sont dénoncés par de nombreux États comme des violations graves des droits de l’Homme et comme un génocide.

L’imposition par Pékin de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong en juin 2020 n’est ni plus ni moins que l’extension du concept que Xi Jinping a mis en œuvre sur le continent depuis 2013. Cette loi vise en effet à prévenir toute contestation de l’autorité unique du Parti. Le principe de « un pays, deux systèmes », régissant les relations entre Hong Kong et le continent, est rendu caduc de facto, notamment par la création de l’« Agence de sécurité nationale » à Hong Kong, qui opère librement et sans avoir de comptes à rendre aux autorités de la cité, à la manière d’une police politique aux ordres de Pékin. La reprise en main de Hong Kong s’est poursuivie avec la réforme du système électoral du Parlement hongkongais (Legislative Council). Ce ne seront plus que 20 % des sièges qui seront attribués au suffrage universel direct, contre 50 % auparavant, et tout candidat aux élections devra être validé par une commission évaluant son degré de « patriotisme ». La défense du pluralisme démocratique constitue dès lors un signe d’antipatriotisme, puisqu’elle va nécessairement à l’encontre de l’autorité unique du Parti. La répression méthodique des députés, militants et médias pro-démocrates à Hong Kong est parvenue à neutraliser l’opposition, alors même que celle-ci avait été plébiscitée dans les urnes lors des élections locales de novembre 2019 (majorité pro-démocrate dans 17 des 18 districts).

Le durcissement des relations extérieures

En matière de politique étrangère, la Chine affiche une posture extrêmement affirmée et défiante sur la scène internationale. Dans son environnement régional, elle n’hésite plus à recourir à la démonstration de force pour intimider ses voisins. L’affrontement entre militaires chinois et indiens dans la région disputée du Ladakh en juin 2020 est le premier incident meurtrier entre les deux pays depuis 1975. Il a fait cinq morts côté chinois et vingt côté indien. De plus, depuis septembre 2020, l’APL mène des incursions aériennes presque quotidiennes dans la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) de Taïwan. Ces exercices vont croissant, de quelques appareils par jour fin 2020, à plusieurs dizaines en 2021. Pékin a également provoqué une nouvelle crise avec les Philippines en mer de Chine méridionale, en envoyant en mars 2021 plus de 200 navires de la milice maritime près du récif de Whitsun dans l’archipel des Spratleys.

Avec les pays occidentaux, les relations ne sont guère meilleures. En Europe, la diplomatie chinoise du « loup guerrier » a fortement dégradé l’image de la Chine et les relations diplomatiques depuis le début de la pandémie de Covid-19. En mars 2021, en réponse aux sanctions européennes contre quatre cadres de l’appareil de sécurité au Xinjiang, la Chine a sanctionné quinze parlementaires européens, quatre chercheurs et un centre allemand de recherche indépendant sur la Chine (MERICS). L’Australie traverse elle aussi des turbulences fortes face à Pékin qui lui impose une pression politique et économique par le biais de droits de douane sur les importations de produits agricoles australiens. Le Canada, qui retient en résidence surveillée Meng Wanzhou, la fille du fondateur et PDG de Huawei, Ren Zhengfei, est toujours dans le viseur de Pékin, qui détient en représailles deux ressortissants canadiens. Enfin, l’administration de Joe Biden a confirmé, dès son arrivée au pouvoir, sa volonté de poursuivre une ligne dure contre la Chine tout en réinvestissant les alliances transatlantique et pacifique, ainsi que les institutions internationales.

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier