Magazine DSI HS

Les relations commerciales-militaires entre la Turquie et la Russie. Du F-35 au Su-35 ?

Moscou aurait donc atteint son but en déstabilisant l’alliance avec la vente de S‑400 tout en se prépositionnant pour devenir un nouveau partenaire militaire pour la Turquie. Le président russe, habile communicant de son état, a bien évidemment su exploiter l’ouverture représentée par la « mise au ban » de la Turquie en invitant le président turc lors du salon MAKS 2019 et en présentant à ce dernier le Sukhoï Su‑35S ainsi que le T‑50 (prototype du Su‑57). La machine médiatique russe a été mobilisée à cette occasion pour bien évidemment mettre en avant en très gros plan le président turc inspectant le cockpit du T‑50, son VRP n’étant personne d’autre que le président russe. Le clou sera encore enfoncé peu après, en septembre 2019, lorsque la Russie enverra un Su‑35S accompagné d’un prototype T‑50 au salon Teknofest Istanbul ; les médias russes étant bien évidemment à nouveau mobilisés pour rappeler que la Russie était prête à fournir la Turquie en appareils modernes si cette dernière venait à en faire la demande.

Mais la communication russe ne peut ignorer une certaine réalité : même si le président turc est maintenant à la tête du SSB, ce qui lui permet donc d’avoir un accès direct aux programmes d’acquisition, ce dernier est pleinement conscient du fait que la Turquie est membre de l’OTAN, que ses forces armées sont structurées autour de l’OTAN, que l’administration Biden (11) sera beaucoup moins conciliante à son égard que l’administration Trump et que l’acquisition de matériels russes créerait un double standard technique au sein de l’armée turque qui la rendrait moins performante, notamment en raison du manque d’intégration au sein des systèmes standardisés de l’alliance. Des annonces récentes font d’ailleurs état du fait que la Turquie amorce également une courbe (très légèrement) rentrante (12) vis-à-vis des États-Unis en essayant de trouver une solution à la question des S‑400 bien qu’elle envisage en même temps d’acheter des batteries supplémentaires.

Et l’industrie militaire turque dans tout cela ? En fin de compte, c’est peut-être elle qui paie le prix le plus élevé : le programme de char national Altay est bloqué à cause du refus allemand de fournir les moteurs (MTU) et les transmissions (RENK) nécessaires depuis la mise en place de sanctions vis-à‑vis de la Turquie à la suite de son intervention en Syrie, tandis que le programme TF‑X se cherche un partenaire international pouvant apporter l’expertise permettant de le mener à son terme. L’industrie locale ne manque pourtant pas d’atouts : les programmes de drones turcs, notamment le Bayraktar TB2, ont largement démontré leur efficacité en Libye ainsi qu’au Haut-Karabagh.

L’industrie russe est pleinement en mesure d’aider l’industrie turque à surmonter une partie des problèmes rencontrés dans les grands programmes militaires nationaux, la Turquie disposant des moyens économiques pour acheter les équipements et surtout les technologies qui lui font défaut. Mais il semble peu probable de voir Ankara se jeter dans les bras du premier représentant de Rosoboronexport qui viendrait à poser ses valises en Turquie. Surtout que l’adhésion de la Turquie à l’OTAN n’est aucunement remise en cause ; il apparaît donc peu probable que l’Alliance accepte qu’une armée rééquipée (en partie tout du moins) avec du matériel russe ait accès à ses systèmes informatiques (la réputation des hackers russes est loin d’être usurpée).

La Turquie n’étant pas près d’abandonner sa politique d’approvisionnement tous azimuts, il semble que la Russie ait réussi un superbe coup politique avec sa « diplomatie du S‑400 », déstabilisant l’Alliance sans prendre de risques inconsidérés. Le système S‑400 étant un système connu et maîtrisé dont le successeur (le S‑500) se profile déjà à l’horizon, le pays n’a donc pas jeté dans la balance ses plus grands secrets militaires pour arriver à un tel résultat. Néanmoins, la Russie est prête à transformer l’essai en venant fournir des Su‑35 (voire des Su‑57 (13)) en remplacement des F‑35. Histoire de rendre à César (au tsar ?) ce qui lui revient de droit, gageons que les Russes ont été bien aidés dans la réussite de ce coup par le refus originel des Américains de vendre le MIM‑104 Patriot à la Turquie.

Le S-400 en Turquie, la solution par défaut ?

Même si la commande de S‑400 par la Turquie continue de faire couler beaucoup d’encre, il est utile de rappeler que ce système ne fut pas le premier choix des Turcs. En effet, le 1er mars 2007 (1) la Turquie a lancé le programme de système de défense antiaérienne à longue portée T‑LORAMIDS (2) qui devait être apte à contrer la menace que constituent les missiles balistiques iraniens afin de protéger certains sites stratégiques turcs. À l’origine, c’est le système américain MIM‑104 Patriot PAC‑3 qui avait retenu l’attention des autorités turques.

Cependant, l’acquisition de ce système était couplée à un accord de transfert de technologie, ce que les autorités américaines refusèrent.
Les décideurs turcs se tournèrent alors vers la Chine, qui proposait le système FD‑2000 (dérivé à l’export du HQ‑9). L’offre, d’une valeur de 3,4 milliards de dollars, comprenait en outre un transfert de technologie. Ankara marqua son accord pour cette offre en 2013 avant de faire volte-­face en 2015 en raison d’un volume de transferts de technologie qui se révéla inférieur à ses attentes (3) ainsi que de pressions reçues au sein de l’Alliance.

Le programme T‑LORAMIDS fut finalement abandonné en 2015. Les Turcs, après avoir essuyé un nouveau refus auprès de l’administration Obama pour l’acquisition de MIM‑104 Patriot au début 2017, vont se tourner vers un candidat inattendu pour les fournir : la Russie et son système de défense antiaérienne à longue portée Almaz-­Antey S‑400. La commande de S‑400 est officialisée le 12 septembre 2017 (4) et est évaluée à 2,5 milliards de dollars, les Russes proposant en outre des conditions de financement intéressantes aux Turcs. 

Notes

(1) Saban Kardas, « Patriot Missile Procurement Option Sparks Controversy in Turkey », Eurasia Daily Monitor, vol. 6, no 170, 17 septembre 2009.

(2) Turkish long range missile defense system.

(3) « Turkey scraps Chinese air defense system », Deutsche Welle, 18 novembre 2015.

(4) « Turkey signs deal to get Russian S-400 air defence missiles », BBC News, 12 septembre 2017.

Notes

(1) « Russian Foreign Trade in Figures », Santander Bank, février 2021.

(2) La Russie fait partie depuis 1995 des pays ayant reconnu le génocide arménien.

(3) Savunma Sanayii Mustesarligi.

(4) Savunma Sanayii Baskanligi (https://​www​.ssb​.gov​.tr).

(5) Faisant suite à un accord de principe datant de fin avril 2017.

(6) L’acquisition de S-300PMU-1 par la Grèce n’est pas à ranger dans la même catégorie, ces équipements ayant initialement été commandés par Chypre et récupérés par les Grecs ensuite.

(7) « Obama : ‘Russia doesn’t make anything,’ West must be firm with China », Reuters, 3 août 2014.

(8) Le S-400 offre des performances impressionnantes dans sa catégorie ; néanmoins, les médias russes rajoutent souvent une couche de surenchère sur les performances réelles offertes par le système.

(9) Modernisation d’une partie des F-16, acquisition de Rafale et acquisition en préparation de… F-35 !

(10) Landing helicopter dock.

(11) Selcan Hacaoglu, « Incoming Biden Administration Hints at More Turkey Sanctions », Bloomberg, 20 janvier 2021.

(12) « Turkey signals compromise with US over Russian S-400 missiles », Al Jazeera, 9 février 2021.

(13) Le Su-57 n’est pas encore autorisé à l’exportation, les commandes nationales étant prioritaires.

Légende de la photo en première page : Un radar 30N6 Flap Lid associé au S-400 en Turquie. L’achat du système antiaérien a provoqué une crise avec l’OTAN, mais aussi avec les États-Unis. (© Yuri Tuchkov/Shutterstock)

Article paru dans la revue DSI hors-série n°77, « Numéro spécial Turquie  », Avril – Mai 2021.

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier