Magazine DSI

Sabaton : L’alliage du power metal et de l’histoire militaire

Sujet de représentations majeur, le fait guerrier a largement nourri l’art comme la culture populaire au gré de l’histoire, donnant corps à de nombreuses œuvres ou réalisations dans des domaines aussi divers que la peinture, le cinéma, la photographie, les séries télévisées, la littérature, la bande dessinée, les jeux vidéo ou encore la sphère musicale. S’il est naturellement associé, dans ce dernier registre, aux chants et à la musique militaires, le fait guerrier a également nourri des répertoires autres.

En France, Jean-Pax Méfret apparaît comme la principale figure à avoir mis en musique, avec son stylo-­guitare, de grandes pages de l’histoire militaire avec des titres portant, entre autres, sur Camerone, Kolwezi ou le débarquement de Normandie. Dans un tout autre style, le groupe de power metal suédois Sabaton a, depuis maintenant vingt ans, construit sa discographie autour de l’histoire militaire. Cette formation et ses morceaux méritent que l’on s’y attarde tant ils sont une invitation, un appel, à plonger dans cette histoire, à travers des textes permettant à la fois de revenir sur de grands épisodes de la guerre et de découvrir des évènements et des faits d’armes, individuels ou collectifs, moins connus.

Une approche immersive

Si de nombreux groupes de métal ont adopté des symboles et des visuels associés à la guerre, voire en font des références plus ou moins centrales dans leur musique (1), Sabaton a pour sa part littéralement construit son répertoire et son univers autour de l’histoire militaire. Le groupe, qui ne développe aucune forme de bellicisme, porte en musique une véritable passion collective. Le nom même de Sabaton est d’ailleurs déjà en soi une référence (2). Bien que la formation ait évolué depuis sa création en 1999, notamment après le départ de quatre de ses membres en 2012 (3), elle reste emmenée par Joakim Brodén (frontman) et Pär Sundström (basse). Partageant le même attrait pour l’histoire, ces derniers ont toujours été les principaux auteurs, de sorte que les évolutions du line-up n’ont affecté ni l’esprit ni le style de Sabaton.

Avec neuf albums studio (4), les époques, les thèmes et les évènements abordés sont très larges. Sans en dresser une liste exhaustive, la discographie explore des sujets aussi divers que la bataille de Midway, la guerre du Vietnam, la bataille des Thermopyles, l’insurrection de Varsovie ou la bataille d’Angleterre, mais également le cuirassé Bismarck, le syndrome de stress post-­traumatique à travers l’histoire du lieutenant Audie Murphy, l’opération « Iraqi Freedom », le corps des Marines durant la Première Guerre mondiale ou encore le 588e régiment de bombardiers de nuit soviétique dont la particularité est d’avoir été constitué uniquement d’équipages féminins. Si cette diversité d’épisodes historiques se retrouve sur la plupart des albums, elle n’empêche pas pour autant une forme de cohérence. Primo Victoria (2005) porte ainsi essentiellement sur de grandes batailles ou manœuvres opératives (Jour J, Stalingrad, guerre des Six Jours, bataille de l’Atlantique). Si Attero Dominatus (2006) est très éclectique dans ses thèmes (5), les deux réalisations suivantes, Art of War (2008) et Coat of Arms (2010), offrent un focus plus marqué en se concentrant sur la Deuxième Guerre mondiale (Résistance, siège de Bastogne, Panzerdivision de Rommel, batailles de Wizna, de Koursk, de Monte Cassino, etc.). En 2012, Sabaton sort Carolus Rex, un album exclusivement tourné vers l’histoire suédoise, de l’époque de Gustave II Adolphe (The Lion from the North) à la bataille de Poltava (1709) et à la mort de Charles XII (1718) (Long Live the King). Paru dans des versions anglaise et suédoise, cet album avait vu le départ de quatre des six membres durant la phase d’enregistrement. Bien qu’il ait marqué une rupture dans l’histoire du groupe, cet évènement n’a toutefois pas influé sur l’esprit et le style de Sabaton qui, toujours porté par Brodén et Sundström, a sorti, deux ans plus tard, un septième album (Heroes) relatant des histoires individuelles et des actions d’héroïsme.

Alors qu’en 2016, avec The Last Stand, Sabaton sillonne plus de deux millénaires de grandes batailles, le dernier album, sorti en juillet 2019, est à l’inverse circonscrit sur le plan temporel puisqu’il est entièrement consacré à la Première Guerre mondiale. Intitulé The Great War, il est certainement l’une des plus ambitieuses réalisations de Sabaton en se voulant une forme de récit de la Grande Guerre. L’enregistrement avait symboliquement débuté le 11 novembre 2018 avant que l’album ne soit présenté à la presse, en avril 2019, à Verdun. Si celui-ci a, sur le plan musical, une proximité sonore avec The Last Stand, le résultat n’en est pour autant pas moins maîtrisé. Il explore de nombreux chapitres de la Grande Guerre et en offre une représentation assez complète, abordant tour à tour sa dimension psychologique, des épisodes majeurs (batailles de Flers-Courcelette, du bois Belleau et bien sûr de Verdun), le destin de certaines figures de ce conflit avant de conclure avec une mise en musique, par un chœur, du poème In Flanders Field, qualifié non sans raison par Joakim Brodén de « meilleur poème de tous les temps sur la guerre (6) ».

Une des forces de Sabaton réside dans sa passion pour l’histoire militaire qui jaillit, résonne dans chaque morceau, produisant un effet captivant, accentué par la puissance et la précision des textes et l’atmosphère qu’ils transposent. En ce sens, Sabaton va très largement au-delà du récit historique simple, plat et dénué d’énergie. Bien au contraire, les textes, portés par une ligne mélodique, permettent, de manière très sensorielle, une plongée dans les profondeurs de la guerre en parvenant à rendre compte d’une intensité et à capturer le chaos. Ils libèrent en quelque sorte une force et une charge qui peuvent parfois être contenues avec des vecteurs plus conventionnels. Tout en informant, en témoignant, voire en rendant hommage, les morceaux de Sabaton transposent le registre émotionnel inhérent à la guerre. Les textes sont associés à des rythmes forts, bruts et brutaux, mais également à des accroches mélodiques contribuant à transposer des atmosphères épiques. En cela, par son énergie et ses harmonies, qui peuvent être aussi puissantes qu’épurées, le power metal de Sabaton s’inscrit dans une dimension quasi cathartique.

Cette volonté de transposition a pu conduire le groupe à faire le choix pour certains titres d’une narration à la première personne. Ce fut le cas sur l’album Atterro Dominatus avec un morceau sur Srebrenica chanté du point de vue de Radovan Karadzic (We Burn). L’idée, à travers ce dispositif narratif particulier qui a pu être controversé, était alors de donner plus de poids, plus de force à la dénonciation de ce massacre en faisant ressortir la folie et la haine qui l’on animé, mais également son caractère planifié et méthodique. Cette même structure narrative a ensuite été adoptée pour le titre Carolux Rex afin d’accentuer cette fois-ci la mégalomanie du roi Charles XII de Suède (7).

La grande et la petite histoire

Chaque album dessine donc de grandes fresques dans une logique transversale, couvrant des périodes et des évènements très divers. Pour autant, le résultat ne perd ni en force ni en intensité, ni paradoxalement en cohérence puisque plusieurs thèmes majeurs ressortent de l’univers de Sabaton. Si l’un d’eux, on l’aura compris, porte sur les pages illustres de l’histoire militaire, la notion de faits d’armes est un autre axe fort du groupe. Il s’agit d’ailleurs du liant entre les différents titres de The Last Stand. Articulé autour du combat jusqu’au bout, cet album explore plusieurs batailles livrées dans une situation d’infériorité numérique marquée et dans lesquelles l’honneur, la mission et le devoir ont eu une résonance toute particulière : le combat de Leonidas et de ses 300 hoplites dans le défilé des Thermopyles (Sparta) ; la bataille de Bannockburn qui opposa l’armée écossaise aux troupes anglaises en 1314 (Blood of Bannockburn) ; le combat fondateur des 189 gardes suisses lors du sac de Rome en 1527 (The Last Stand) ; la bataille de Shiroyama en 1877 lors de laquelle moins de 500 samouraïs ont affronté 30 000 hommes de l’armée impériale (Shiroyama) ; l’histoire du 308e bataillon d’infanterie de l’armée américaine – le « bataillon perdu » – qui a opposé une résistance farouche à l’armée allemande en octobre 1918 dans la forêt d’Argonne (The Lost Battalion) ; la lutte victorieuse de 39 parachutistes soviétiques face à plus de 200 moudjahidines dans les montagnes afghanes en 1988 (Hill 3234).

L’un des grands intérêts de Sabaton est aussi de raconter la guerre à hauteur d’hommes, d’explorer des pages de la grande histoire à travers la petite en portant des récits individuels, en dressant des portraits et en mettant en lumière la figure du combattant et du héros, fussent-ils méconnus ou oubliés. Certains morceaux apportent dès lors un éclairage sur des personnages et des épisodes invisibilisés de l’histoire militaire. À cet égard, la communauté des fans joue un rôle non négligeable dans les choix d’écriture du groupe, qui est très attentif aux idées et propositions soumises, notamment via la section prévue à cet effet de son site internet (8). Ces échanges ont en effet permis de donner corps à plusieurs titres, Brodén relevant par exemple que près de la moitié de l’album Heroes est née de la sorte.

À propos de l'auteur

Grégory Boutherin

Commandant (air), docteur en droit public, Grégory Boutherin est actuellement en poste au bureau «  plans  » de l’état-major de l’armée de l’Air (division «  veille et études stratégiques  »). Il a notamment codirigé les ouvrages En vol vers 2025. Réflexions prospectives sur la puissance aérospatiale (avec Camille Grand) et Les drones aériens : passé, présent et avenir. Approche globale  (et al.).

Lectures offertes

Lectures offertes

Afin de permettre une meilleure compréhension des évènements qui frappent aujourd'hui l'Ukraine, nous partageons GRATUITEMENT les derniers numéros des nos magazines DIPLOMATIE et DSI consacrés à la géopolitique et aux forces militaires russes. Bonne lecture !

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier