Magazine DSI

L’alliance AUKUS et ses conséquences sur une crise baltique

La naissance du « pacte » AUKUS entre l’Australie, le Royaume-­Uni et les États-­Unis, qui vise la Chine, a frappé le monde avec surprise. La crédibilité de l’OTAN est réduite. Quelles conséquences pour une gestion de crise dans la mer Baltique ?

Le nouveau « Clash of Civilisations »

La retraite chaotique de Kaboul marque la fin d’une ère où les Occidentaux ont essayé de répandre leurs valeurs de démocratie, le principe de l’État de droit, l’égalité entre les sexes, etc. ; bref : égalité, fraternité, liberté. Depuis trente ans, nos opérations ont été du type gestion de crise, soutien de la paix et antiterrorisme. Certes, il y a toujours besoin d’opérations antiterroristes, mais elles se feront de plus en plus dans l’ombre d’un jeu de puissance plutôt classique.

Pour nous, les Européens, surtout en Europe du Nord, la menace la plus évidente est représentée par la Russie revancharde, avec son vassal la Biélorussie. Mais, plus loin, la Chine se lance dans sa course pour redevenir la puissance centrale du monde en 2049 : on se rappelle qu’en 1820 elle représentait 32,9 % du PIB mondial (1), aisément la part la plus importante. Pour ce faire, elle doit impérativement se saisir de Taïwan et, plus généralement, répandre son influence dans les mers de Chine, l’océan Indien, voire vers l’Atlantique et l’Arctique.

La Chine a bien compris la célèbre formule de Walter Raleigh (1552-1618) : «  Qui commande la mer commande le commerce ; qui commande le commerce dispose de la richesse du monde, et en conséquence domine le monde lui-même. (2) » Au cœur du conflit se trouve la mer de Chine, qu’elle a déclarée comme son « territoire bleu » ; le problème étant seulement qu’il ne s’agit pas d’un territoire, mais d’une mer soumise à la CNUDM (3) et qui ne lui appartient pas.

Les États-Unis ont clairement déclaré qu’ils allaient défendre la liberté de Taïwan et la liberté des mers. Le lit est donc préparé pour un « choc des civilisations » parce qu’il s’agit bien de l’ordre mondial que nous aurons : l’actuel, fondé sur le droit international et la charte de l’ONU, ou un nouveau, fondé sur la force de la Chine – et des autres autocraties comme la Russie.

Que s’est-il passé stratégiquement ?

La France a perdu un contrat important d’une façon incompatible avec des pratiques commerciales loyales. Elle se sent trahie par trois partenaires stratégiques importants en apprenant la formation d’AUKUS sans préavis : par les États-Unis dont elle est la plus ancienne alliée et avec lesquels elle coopère étroitement dans le domaine de la défense, surtout quand il s’agit de la marine ; par les Britanniques, avec qui elle a signé l’important traité de Londres et les accords de Lancaster House ; et par les Australiens, avec qui elle avait signé un partenariat stratégique en 2019. Le tout semble orchestré par les Américains.

En France, plusieurs voix réclament une sortie de l’OTAN – ou au moins de geler le travail au sein de l’Alliance ainsi que des autres institutions. Le résultat serait un isolement du pays et un affaiblissement important des Occidentaux face aux menaces globales. Heureusement, elle semble se hisser au-dessus d’une posture de jeune fille déchue et utiliser la situation pour le mieux.

Lectures offertes

Lectures offertes

Afin de permettre une meilleure compréhension des évènements qui frappent aujourd'hui l'Ukraine, nous partageons GRATUITEMENT les derniers numéros des nos magazines DIPLOMATIE et DSI consacrés à la géopolitique et aux forces militaires russes. Bonne lecture !

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier