La Turquie est-elle encore une puissance régionale ?

La crise régionale qui a éclaté en 2011 en Syrie, s’étendant vers un Irak chaotique et fragilisant la situation intérieure du Liban et de la Jordanie, a induit un cortège de difficultés encore incommensurables à ce jour. Dans ce contexte complexe et évolutif, la Turquie a souvent été décrite comme ayant perdu le bénéfice de sa politique de bon voisinage et d’expansion vers le monde arabe, menée de 2005 à 2011. Prise dans un glissement autoritaire, dans une bipolarisation de sa société et dans la reprise des hostilités entre État et guérilla kurde, la république ne parviendrait plus à mener une politique régionale cohérente, se contentant d’initiatives isolées et parfois hostiles à l’égard de ses partenaires traditionnels.

Ce tableau, qui fait de la crise syrienne le nouvel étalon de l’influence régionale turque autant que de sa situation intérieure, fait toutefois bon marché des mesures prises par Ankara avant puis après les révolutions arabes dans le champ de la politique étrangère, qu’il s’agisse de ses orientations stratégiques ou du renouveau de son dispositif institutionnel. Plus encore, l’analyse peine souvent à prendre en compte l’ensemble de la politique extérieure turque vers le monde arabe et à lui donner sens.

La doctrine Davutoglu au-delà des slogans

Si la priorité fixée par Ahmet Davutoglu, ministre des Affaires étrangères de 2009 à 2014, a fait l’objet d’une remise en cause du fait du conflit syrien, si l’homme lui-même a été écarté de la conduite des affaires en 2016 après avoir été nommé Premier ministre en 2014 lorsque Recep Tayyip Erdogan est devenu président, les lignes de force et objectifs de sa doctrine concernant le monde arabe ne paraissent pas avoir été complètement battus en brèche.

Universitaire peu connu lorsqu’il devient conseiller diplomatique en 2003, Ahmet Davutoglu n’en est pas moins un théoricien prolifique et un entrepreneur actif dans le champ académique. Son ascension dans les cercles décisionnels des affaires extérieures turques, du fait d’une carrière universitaire doublée d’un parcours politique dans la mouvance conservatrice turque, lui permet de mettre en pratique une doctrine théorisée dans l’ouvrage La profondeur stratégique : Le positionnement international de la Turquie, publié en 2001.

Entre 2003 et 2009, ce conseiller spécial du Premier ministre qui s’implique de manière croissante dans les missions diplomatiques assure également la promotion intérieure et internationale de sa politique à grand renfort de formules désormais connues, à l’instar de « Zéro problème avec les voisins ». S’il ne fait aucun doute que la politique de voisinage constitue l’un des axes prioritaires de la politique d’Ankara dès 2003, que les initiatives menées dans ce cadre connaissent une accélération après l’achoppement des négociations avec Bruxelles, fin 2005, et qu’elles s’inscrivent en outre dans un discours de civilisation, cette politique n’en reste pas moins un segment d’une révision profonde de sa diplomatie.

Ahmet Davutoglu aspire à ce que la Turquie, recroquevillée sur des alliances et une vision du monde datant de la Seconde Guerre mondiale, marquée par la guerre froide, déploie ses ailes en s’appuyant sur sa position géographique et son passé ottoman. Il n’est pas question de remettre en cause son appartenance à l’OTAN, mais de diversifier les alliances. Pour mettre en œuvre ce volontarisme expansionniste, Ahmet Davutoglu et ses disciples identifient trois types de besoins : le renforcement des synergies entre acteurs turcs des secteurs public et privé ; le renouvellement de l’outil diplomatique turc ; le développement des connaissances turques sur les zones d’intérêt de sa politique étrangère.

Un système d’action extérieure innovant

De manière croissante jusqu’à la survenue des soulèvements de 2011, la diplomatie turque dans le monde arabe se veut commerciale autant que politique. Les visites ministérielles sont accompagnées de délégations d’hommes d’affaires dont les ambitions internationales bénéficient parfois d’un soutien direct des membres du gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP) (1). Il s’agit toutefois ici de renforcer une tendance ou de renouer avec une pratique inaugurée au début des années 1990, en Asie centrale notamment, sous la présidence de Turgut Özal (1927-1993) entre 1989 et 1993. La synergie entre représentants politiques et acteurs économiques permet que les échanges commerciaux avec les pays du Proche-Orient et d’Afrique du Nord atteignent des niveaux jamais égalés – parfois multipliés par 2,5 comme avec la Syrie, passant de 750 millions de dollars en 2000 à 1,8 milliard en 2010 – lorsqu’éclatent les premières révolutions.

L’une des mesures les plus décisives d’Ahmet Davutoglu consiste toutefois en la réforme de l’organisation et du recrutement du ministère des Affaires étrangères, au titre d’une loi votée en 2010. Outre la création de nouvelles directions générales, parmi lesquelles une pour l’Europe et une pour les Affaires globales et humanitaires, la loi modifie le concours d’accès au ministère en l’ouvrant aux spécialistes d’aires géographiques et en encourageant la maîtrise de langues rares. Jusqu’alors et depuis des décennies, le concours ne comportait que des épreuves d’anglais, de français et d’allemand. L’accent est aussi mis sur l’accroissement des effectifs du corps diplomatique de manière à étendre le réseau diplomatique turc, considéré alors comme en décalage avec le rang international de la Turquie. Ankara veut disposer d’un outil consulaire comparable à ceux des premières puissances mondiales, un outil à la hauteur de ses ambitions globales. Or, le déficit de diplômés spécialisés ne pourra se compenser à court terme et le ministère des Affaires étrangères turc peine à atteindre ses objectifs.

Pour le professeur de relations internationales et le politicien qu’est Ahmet Davutoglu, l’université, dans sa double fonction de production et de transmission de savoirs, doit enfin favoriser la conduite rationnelle, informée, de la politique de l’État. Dans la perspective d’une intensification des liens avec les pays arabes, il est donc nécessaire non seulement de produire des savoirs scientifiques sur cette région, mais également de former les étudiants à cette aire géoculturelle et à sa langue pour en faire des diplomates ou des enseignants-chercheurs.

Entre 2005 et 2015, une économie du savoir va ainsi s’établir entre, d’une part, des ministères (Affaires étrangères, Enseignement supérieur, primature) et des organisations gouvernementales (la TIKA qui est l’équivalent de l’Agence française de développement, l’Agence ministérielle pour les Turcs de l’étranger, le TDK qui est un bureau rattaché au Premier ministre chargé de la diplomatie publique, le Conseil de l’enseignement supérieur, le TÜBITAK qui est un organisme de coordination et de financement de la recherche scientifique), et, d’autre part, des universités publiques et privées. Au tournant des années 2000 et 2010, les centres de recherche et les formations universitaires étudiant le Moyen-Orient ont ainsi tendance à bourgeonner dans les grandes universités d’Ankara et d’Istanbul, mais aussi en Anatolie, où l’AKP compte de nombreux partisans. L’enseignement de l’arabe littéral dans les facultés de sciences sociales et humaines se développe également, sortant du carcan des études théologiques.

Ahmet Davutoglu alloue en outre des financements publics à des fondations privées de recherche. Ces think tanks, qui versent surtout dans l’analyse de la politique étrangère, ne sont pas une nouveauté à l’intersection des champs politiques et académiques turcs. Les premiers naissent dans les années 1970. La seconde génération est soutenue par l’Armée turque dans la décennie 1990, s’intéressant d’abord à l’Asie centrale, puis au Caucase, et enfin à l’Union européenne (UE). Les disciples d’Ahmet Davutoglu mettent sur pied la troisième génération à compter de 2005. SETA et ORSAM se distinguent notamment, le premier faisant figure d’antichambre du pouvoir et le second d’intermédiaire avec les Turkmènes du Machrek (2). Par le truchement d’événements étiquetés académiques, de revues indexées revendiquant le label scientifique et de la collusion entre les cadres de ces think tanks, le corps enseignant des universités et le personnel politico-administratif (cabinets ministériels), ces organismes en viennent à déterminer, en Turquie, les thématiques et approches légitimes dans le domaine de l’analyse de la politique extérieure turque. De surcroît, parce qu’ils sont animés par des cadres ayant effectué des études universitaires avancées à l’étranger, principalement en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, ces organismes tirent parti de réseaux, de canaux de circulation de l’information et de financements internationaux.

Un dispositif confronté aux révolutions arabes

Le printemps tunisien, fin 2010, puis la révolution égyptienne en janvier 2011 surprennent la Turquie qui avait jusqu’alors misé sur le statu quo en s’appuyant sur les autocrates arabes pour développer sa présence économique et son influence dans la région. Elle n’en relève pas moins le défi puisqu’en mettant en avant le « modèle turc », celui d’une démocratie musulmane prospère, elle sert pendant un temps son ambition de devenir un acteur moyen-oriental écouté et, par ce biais, incontournable. L’insurrection libyenne lui pose cependant un problème plus sérieux : les investissements turcs dans ce pays avoisinent 20 milliards de dollars et ses ressortissants y sont plusieurs milliers. Après une réticence initiale, Ankara opte pour la cohérence avec le message prodémocratisation et le soutien à l’intervention de ses alliés de l’OTAN.

L’affaire libyenne reste néanmoins d’un impact limité sur les orientations de la politique étrangère turque en comparaison avec la déflagration produite par le conflit syrien. La Syrie, avec laquelle la Turquie a renoué avec les accords d’Adana, en 1999, est le fleuron de la politique de voisinage promue par le gouvernement AKP. Après un accord de libre-échange, signé en 2004, c’est une zone de libre-échange qui doit être créée entre Turquie, Syrie, Jordanie et Liban, en vertu d’un protocole de 2010. La répression exercée par le régime de Damas contre une opposition initialement non violente contraint Ankara à appeler son partenaire à la retenue et au dialogue, sans résultat. La rupture est consommée fin 2012, tandis que surviennent plusieurs incidents frontaliers occasionnant la mort de ressortissants turcs. La Syrie devient une douloureuse épine dans le flanc turc, puisque non seulement elle condamne sa politique de bon voisinage à moyen terme, mais le conflit dont elle est le théâtre a des répercussions multiples sur la situation intérieure turque, contraignant les autorités d’Ankara à un retour à des principes sécuritaires et géopolitiques qu’elles pensaient avoir dépassés. Les officines académico-politiques subissent alors une reprise en main par le gouvernement.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

sed mi, lectus consectetur id leo. adipiscing sit neque. libero.
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR