Magazine Carto

Aden : dans le volcan éteint de la guerre yéménite

En décembre 2018, à Stockholm, les Yéménites s’entendaient enfin pour une trêve après quatre ans de guerre. Si les Houthis, au pouvoir à Sanaa, et le gouvernement du président Abd Rabbu Mansour Hadi (depuis 2012) étaient représentés, aucune voix du Sud ne l’était. Pourtant, à Aden, les velléités sécessionnistes sont vives, et si la ville est calme, elle reste un lieu d’observation pour la stabilité future du pays.

Aden a un emplacement unique, rare. Située sur les rives du golfe portant son nom, elle est l’étape naturelle entre l’océan Indien et le détroit de Bab el-Mandeb, par où passe un tiers du commerce international, vers le canal de Suez et l’Europe au nord, vers l’Afrique et l’Asie au sud. À ce rôle géostratégique s’ajoute une particularité géographique : Aden est logée dans un volcan éteint ; le centre-ville porte le nom sans équivoque de « cratère ». Cela n’a pas fait peur aux conquérants étrangers, voyant dans la cité yéménite un port de première importance, depuis les Portugais au XVIe siècle jusqu’aux Britanniques, qui s’y installèrent en 1839 après une période ottomane. Londres en fit même une colonie en 1937. Aden attirait militaires, commerçants en tout genre, aventuriers, écrivains, à l’instar du Français ­Arthur Rimbaud (1854-1891), qui y ­commença sa vie de ­marchand et trafiquant en 1880.

Dans le chaos du conflit

Près d’un siècle et demi plus tard, en ce début de 2019, Aden fait figure de belle endormie dans le chaos yéménite. Mais ne soyons pas dupes, la ville est aussi victime des combats et d’une guerre sans fin : il n’y a pas de ramassage des poubelles, les édifices s’écroulent, les systèmes de santé et d’éducation tournent au ralenti, les maladies graves réapparaissent (malaria, choléra, dengue, etc.) ; les habitants manquent de tout, de nourriture, d’eau, de médicaments. Il est difficile de savoir combien de personnes y habitent : environ 1,5 million.

Quand les Britanniques s’en vont, en 1963, les entités du sud du Yémen se regroupent peu à peu pour former, quatre ans plus tard, la République démocratique populaire du Yémen (RDPY), qui gouverne tout le sud, la côte et l’est du pays, avec Aden comme capitale. Dans le monde socialiste, voilà un État « original », marxiste, avec l’islam comme religion officielle. La réunification avec le Nord, en 1990, ne mettra jamais fin aux aspirations sécessionnistes, comme l’a rappelée la courte expérience de la République démocratique du Yémen entre mai et juillet 1994, en pleine guerre civile, remportée par Ali Abdallah Saleh, l’homme fort du Nord et du Yémen uni entre 1978 et 2012.

Pour de nombreux spécialistes, cette réunification porte en elle les maux d’un pays impossible à gérer. Dès 2007, le Mouvement du Sud (Al-Hirak, en arabe), séparatiste, est créé. S’il regroupe un éventail de partisans divers et variés (socialistes, islamistes, etc.), il tient à affirmer l’identité méridionale du Yémen et son indépendance. Alors quand, en 2011, les manifestations mettent à mal le régime de Saleh, Al-Hirak est le premier à vouloir sa chute. Lorsque les Houthis (Ansar Allah) s’installent à Sanaa, la capitale nationale, en septembre 2014, ils réussissent à avancer jusqu’à Aden, prenant l’aéroport en mars 2015. S’ensuit une bataille meurtrière : avec l’aide des forces saoudiennes et émiraties, les Yéménites du Sud organisent la Résistance populaire, regroupant des hommes du Mouvement du Sud et des fidèles du président Hadi. Les dégâts matériels sont importants ; l’aéroport, par exemple, ne rouvre qu’en mai 2016, avec un nombre de vols limité.

Coup de force sudiste

Si la Banque centrale du Yémen et le gouvernement Hadi siègent à Aden, peu de ses membres y sont vraiment. Le président réside en Arabie saoudite. Il faut dire que les tensions sont vives entre l’administration loyaliste et le Conseil de transition du Sud. Cette autorité parallèle a été proclamée en mai 2017 avec l’intention de gouverner sur tout le Yémen du Sud, dans les frontières de l’ancienne RDPY, un mois après le limogeage du gouverneur d’Aden, ­Aïdarous al-Zoubaïdi, homme fort du mouvement sudiste.

Une Assemblée nationale voit le jour en décembre 2017 et, en janvier 2018, les séparatistes font un véritable coup de force contre le gouvernement loyaliste en occupant une partie d’Aden. Depuis cette date, ce sont eux qui gèrent la ville, avec le soutien des Émirats arabes unis, inquiets d’assurer une « ceinture de sécurité » dans le Sud du Yémen. En janvier 2019, les routes terrestres du Sud et les voies maritimes étaient opérationnelles, et le port d’Aden ouvert. Contrairement aux infrastructures du Nord, en majorité fermées à cause du blocus imposé par l’Arabie saoudite et des combats. Mais la ville volcan est loin de retrouver son statut d’antan, avec une activité commerciale légale à l’arrêt, devenant la seule « porte de sortie » du pays pour fuir vers la Corne de l’Afrique.

La situation à Aden montre que les indépendantistes sont un acteur majeur du conflit, et les exclure des négociations ne conduirait qu’à des erreurs fatales pour l’avenir. Le Yémen est-il condamné à une nouvelle division entre Nord et Sud ? Les tensions entre séparatistes et pro-Hadi rappellent, d’une part, que les camps anti et pro-Houthis ne sont pas si définis et, d’autre part, que l’alliance saoudo-­émiratie peut souffrir de l’enlisement yéménite, Riyad apportant un soutien à Hadi, alors qu’Abou Dhabi préfère la stabilité des ­sudistes. 

Cartographie de Laura Margueritte

Aden : dans le volcan éteint de la guerre yéménite
Article paru dans la revue Carto n°52, « Géopolitique d’un continent en mutation : l’Afrique émergente ? », mars-avril 2019.

À propos de l'auteur

Laura Margueritte

Laura Margueritte

Cartographe pour les magazines Carto et Moyen-Orient.

À propos de l'auteur

Guillaume Fourmont

Guillaume Fourmont

Guillaume Fourmont est le rédacteur en chef des revues Carto et Moyen-Orient depuis 2011, date de son retour en France après un long séjour en Espagne, où il a travaillé pour les quotidiens El País et Público. Diplômé de l’Institut français de géopolitique (université de Paris VIII Vincennes Saint-Denis), il est l’auteur de Géopolitique de l’Arabie saoudite : La guerre intérieure (Ellipses, 2005) et Madrid : Régénérations (Autrement, 2009). Il enseigne à l’Institut d’études politiques de Grenoble sur les monarchies du golfe Persique. Pour les éditions Ateliers Henry Dougier, il dirige la collection "Mappe".

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR