Magazine Les Grands Dossiers de Diplomatie

Esclavage, trafic sexuel, migrants, travail forcé : lorsque l’humain est au cœur du trafic

Selon le dernier rapport sur la traite des personnes (1) publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) début janvier, le nombre de victimes de cette traite est en augmentation. Selon l’ONUDC, ce trafic génère plus de 32 milliards de dollars de recettes annuelles — des statistiques qui sont probablement inférieures à la réalité du trafic en raison de sa nature clandestine. Quelle est l’ampleur réelle du phénomène à l’échelle mondiale aujourd’hui ? Et pourquoi augmente-t-il ?

I. Chatzis : La traite des personnes est un crime qui se rencontre sur l’ensemble de la planète, quel que soit le pays. Le rapport mondial de l’ONUDC a identifié 500 flux différents, entre 2012 et 2014, qui relient par exemple l’Asie du Sud au Moyen-Orient, l’Afrique subsaharienne à l’Europe occidentale, ou l’Amérique du Sud à l’Asie orientale et au Pacifique.

Parallèlement, il est également important de souligner que notre rapport a établi que le nombre de victimes qui sont citoyennes du pays où le crime a été commis, c’est-à-dire sans passage de frontières, a également augmenté. Ainsi, pour la première fois depuis que nous avons commencé à recueillir des données il y a environ 13 ans, ce nombre de victimes identifiées comme « nationales » a dépassé en 2016 le nombre de victimes de la traite internationale, passant de 27 % à 58 %. Nous ne savons pas encore avec certitude si cette augmentation du nombre de victimes identifiées est le résultat du renforcement de la capacité d’application de la loi dans de nombreux pays ou si la traite des personnes a augmenté. Aujourd’hui, les conflits, l’instabilité, le sous-développement, la faiblesse des systèmes de justice pénale sont autant de facteurs qui rendent les gens vulnérables à l’exploitation.

Selon ce même rapport, l’exploitation sexuelle représente près de 60 % des causes de la traite. Comment expliquer ce phénomène ?

À l’échelle mondiale, la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle constitue la forme d’exploitation la plus largement identifiée depuis que nous avons commencé à enregistrer des données. Il en est toujours ainsi, jusqu’à aujourd’hui. Cette forme de traite présente également un aspect très sexospécifique. En effet, les femmes et les filles représentent non seulement la majorité des victimes identifiées dans le monde (72 %), mais aussi l’écrasante majorité des victimes de la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle (94 %). L’inégalité économique, l’inégalité entre les sexes et le manque d’opportunités économiques sont parmi les facteurs les plus courants de vulnérabilité des personnes aux formes graves d’exploitation et de traite des personnes. Dans le cas de la traite à des fins d’exploitation sexuelle, il y a un autre élément qui rend l’identification difficile : la stigmatisation sociale. Les victimes, en particulier celles qui viennent de petites communautés ou de communautés rurales, peuvent souvent éprouver de la difficulté à parler de leurs expériences à cause de la peur, du manque de confiance ou de la honte. Les autorités doivent donc être en mesure de fournir à ces victimes des structures et des solutions adaptées de soutien qui puissent prendre en compte les réalités spécifiques de la traite sexuelle, en apportant également un soutien physique, psychologique, social et économique.

Quels sont les principaux pays touchés par ce phénomène de trafic sexuel ?

La traite à des fins d’exploitation sexuelle est signalée dans toutes les régions géographiques. Cependant, au niveau régional, les formes d’exploitation détectées peuvent varier considérablement. Par exemple, alors qu’en Europe, en Amérique centrale, en Amérique du Nord, en Asie de l’Est et dans le Pacifique, l’exploitation sexuelle est la forme la plus répandue de traite des êtres humains, en Asie du Sud et en Asie centrale, la traite à des fins d’exploitation sexuelle et le travail forcé sont identifiés en proportions presque égales. Dans le même temps, l’Afrique et le Moyen-Orient signalent davantage de cas de travail forcé que d’exploitation sexuelle. En Afrique du Nord, la mendicité des enfants est plus fréquemment détectée que dans les autres régions. Dans tous les cas, la traite à des fins d’exploitation sexuelle est signalée comme l’une des formes les plus répandues, représentant au total 59 % de toutes les victimes identifiées.

Le trafic illicite de migrants illégaux représenterait également une importante manne financière pour les organisations criminelles. Les réseaux de migrants illégaux sont-ils totalement contrôlés par des organisations criminelles ?

La traite des êtres humains et le trafic de migrants sont deux crimes distincts. Cependant, dans la réalité, ils se confondent bien souvent. La traite des êtres humains est une forme grave d’exploitation qui va souvent à l’encontre de la nature humaine elle-même. C’est tellement grave que nous estimons que les victimes n’auraient jamais pu y consentir. Or, dans le cas du trafic illicite de migrants, cela peut commencer avec le consentement du migrant pour être introduit clandestinement. Mais il s’agit d’une situation qui se termine bien souvent de manière tragique, avec des abus, des violences, de l’exploitation, des viols, un enlèvement contre rançon, de l’esclavage et d’autres crimes contre les migrants.

Il s’agit d’une opération criminelle qui exige souvent un haut niveau d’organisation et qui peut même impliquer des fonctionnaires complices de l’État ; ce qui montre bien tout l’enjeu de faire de la lutte contre la corruption un élément clé des politiques contre le trafic de migrants. Les réseaux de contrebande opèrent dans presque toutes les régions géographiques. L’étude mondiale de l’ONUDC sur le trafic illicite de migrants (2), qui a été publiée pour la première fois l’année dernière, a recueilli des données sur 30 itinéraires différents qui, en 2016, concernaient le trafic illicite de 2,5 millions de migrants. Nous avons estimé que pour cette seule année, ces opérations ont généré des gains financiers de 5,5 à 7 milliards de dollars pour les réseaux criminels impliqués. Le degré d’organisation et la taille de ces groupes variaient selon la région géographique. En Afrique du Nord, par exemple, les données ont montré qu’il existait une structure de petits groupes locaux qui coopéraient en chaîne le long des itinéraires de contrebande. En Amérique latine, cette activité criminelle est sous le contrôle des cartels de la drogue.

L’esclavage et le travail forcé sont également au cœur de la traite des êtres humains. Plusieurs pays pratiqueraient encore aujourd’hui des formes d’esclavage. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

À propos de l'auteur

Ilias Chatzis

Ilias Chatzis

Chef de la section « Traite des personnes et trafic des migrants » à l’UNODC (Office des Nations Unies contre la drogue et le crime).

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR