Magazine Moyen-Orient

Kasserine, une longue histoire de marginalité et de résistance

À Kasserine, gouvernorat d’un demi-million d’habitants du centre-ouest tunisien, disposant d’une frontière de plus de 200 kilomètres avec l’Algérie, la révolution de 2011 est l’héritière d’une longue histoire de contestations éclipsée par le récit national officiel. La révolte paysanne de 1864 contre le pouvoir beylical, l’insurrection de 1906 à Thala contre la colonisation agraire française, le soutien des fellaghas à la lutte armée algérienne dans les années 1950 sont autant de moments insurrectionnels présents dans la mémoire collective. Un répertoire oral de chansons et de poèmes populaires y célèbre la résistance des tribus locales et entretient le souvenir douloureux de la répression et de la dépossession des insurgés.

Partie de Sidi Bouzid, la révolution de 2011 se répand rapidement à Kasserine et renoue avec cet imaginaire mobilisateur. L’ampleur de la contestation fait souffler un vent de panique sur le régime de Zine el-Abidine ben Ali (1987-2011). Elle contraint la police et les forces spéciales anti-émeutes à se retirer des principales villes non sans avoir causé le plus grand nombre de martyrs de tout le pays. Dans la foulée, les postes frontaliers sont désertés, les conseils municipaux et les cellules du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, parti au pouvoir) disparaissent et les caciques du régime s’enterrent. Ben Ali essuie alors sa première défaite. La révolution arrache ce gouvernorat relégué et stigmatisé cinq décennies durant à son invisibilité.

L’irruption de la révolution crée un vide de pouvoir à Kasserine. Pendant plusieurs semaines, des comités de quartiers animés par des jeunes, forme embryonnaire d’autogestion populaire, voient le jour. C’est le temps de tous les possibles. Le mouvement insurrectionnel exprime une forte demande de justice sociale et territoriale qui se cristallise dans deux exigences fédératrices : le développement de la région et le droit à l’emploi. Al-Tahmich (la marginalisation) s’impose comme une catégorie cognitive légitime dans l’espace public pour dire la fracture sociospatiale entre l’intérieur et le littoral, creusée par l’État postcolonial. En 2014, la nouvelle Constitution s’en fait l’écho. Elle pose le principe de la discrimination positive des territoires de l’intérieur. En 2015, l’Instance vérité et dignité se saisit du dossier de Kasserine « région victime » dans le cadre de la justice transitionnelle.

Marginalisation comme destin social et fracture territoriale

Or Kasserine offre une illustration patente de l’incapacité de la « transition démocratique » tunisienne à réduire la fracture territoriale. Elle donne à voir l’aliénation de la quête de la citoyenneté sociale, étouffée par une reconfiguration du pouvoir arrimée au compromis entre anciennes et nouvelles élites politiques.

Aujourd’hui comme hier, indicateurs statistiques officiels et études sociologiques attestent de la persévérance des inégalités sociales et des asymétries territoriales qui frappent Kasserine en matière d’accès aux ressources et aux services publics. La région enregistre toujours l’un des taux d’abandons scolaires les plus élevés, le taux de pauvreté y est deux fois supérieur à la moyenne nationale et l’indice de développement régional est l’un des plus faibles du pays. D’une génération à l’autre, la population active continue majoritairement à occuper des emplois mal rémunérés et souvent précaires. Les ressorts de cette relégation prennent appui sur deux processus enchevêtrés de paupérisation qui ont eu des répercussions sur l’histoire sociale contemporaine de Kasserine, mais également sur celle de tout l’intérieur.

Il y a d’abord la paupérisation de la petite paysannerie. Entamée par la conquête coloniale française, elle se perpétue au lendemain de l’indépendance (1956), faute d’une réforme agraire démocratique garantissant l’accès de la paysannerie pauvre à la terre, à l’eau et au crédit. À partir des années 1970, elle s’accélère avec les politiques de libéralisation économique et de plafonnement des prix agricoles à des niveaux bas. À cela s’ajoute la raréfaction de l’alfa dans le gouvernorat : le déclin de cette espèce végétale vivace poussant dans les zones arides et utilisée dans la fabrication du papier, principale source de revenus des paysans pauvres jusqu’aux années 1990, aggrave les conditions de vie de ces derniers.

Ensuite, la paupérisation de la jeunesse. Ce phénomène résulte d’un chômage durable qui n’a cessé de croître au rythme des programmes d’ajustement structurel et des politiques d’austérité. Ce chômage recouvre deux faits notables dans le gouvernorat. Le premier est l’érosion du salariat industriel, conséquence de la quasi-faillite de la Société nationale de cellulose et de papier alfa (SNCPA), l’entreprise publique naguère première pourvoyeuse d’emplois à Kasserine, et la grande absence d’entreprises. Le second a trait à l’essor du chômage des jeunes diplômés, lequel est devenu à partir des années 2000 un fait social massif traduisant la « panne » de l’école comme ascenseur social, et la fin de l’insertion professionnelle par la fonction publique pour les nouveaux diplômés. Le chômage et la précarité accablent donc toute une génération issue des classes populaires, suscitant chez elle un profond sentiment d’abandon.

C’est dans les quartiers populaires de Nour, de Karma et de Zouhour, produits d’un brassage de plusieurs vagues d’exode rural en provenance des campagnes environnantes, que ces deux processus de paupérisation se cristallisent. Ces quartiers abritent, d’une part, la génération des pères déracinés de leur monde rural, anciens ouvriers agricoles ou paysans pauvres, majoritairement peu instruits, et, d’autre part, celle de leurs enfants, dotés d’un certain bagage scolaire, mais souvent sans perspective de mobilité sociale. Face à cette relégation, de nombreux habitants du gouvernorat n’ont eu d’autre choix que de recourir à la contrebande.

Les métamorphoses de l’économie de la frontière

Imposée par la France en 1902, la frontière tuniso-algérienne est une construction coloniale récente qui s’est déployée en séparant et en dépossédant de leurs terres les familles et tribus vivant de part et d’autre du tracé. Jugée poreuse durant la guerre algérienne (1954-1962), elle fut renforcée par des « lignes de défense armée » françaises afin de couper les maquis de l’Armée de libération nationale de leur base arrière en Tunisie. En 1970, les deux pays indépendants ont fini par s’entendre sur le bornage définitif de la dyade. De nos jours, sur les neuf postes frontaliers entre la Tunisie et l’Algérie, deux sont situés dans le gouvernorat de Kasserine, à quelques dizaines de kilomètres de la ville algérienne de Tébessa.

Cette dyade n’a jamais empêché les liens familiaux, les mariages mixtes et les échanges économiques et commerciaux entre populations. Toutefois, dans les années 1980, à mesure que la crise économique s’aggravait et que les conditions de vie des habitants se détérioraient, la frontière s’est affirmée comme la seule ressource susceptible d’assurer la survie matérielle des populations déshéritées et exclues du marché du travail. On a alors commencé à la franchir pour se procurer des produits de première nécessité moins chers en Algérie ou pour ramener du carburant afin de le revendre, en empruntant des chemins discrets ou en espérant l’indulgence des services de sécurité aux postes frontaliers de Bouchabka et d’Haïdra. À partir des années 1990, l’économie frontalière se transforme et change progressivement d’échelle. La petite contrebande « vivrière » de proximité, localisée, peu organisée et portée par des liens familiaux, se trouve débordée par une nouvelle contrebande plus juteuse, structurée et hiérarchisée, mobilisant des circuits d’approvisionnement transnationaux ainsi que des fournisseurs et des clients nantis.

Le développement du trabendo algérien, la privatisation et la prédation de l’État en Algérie comme en Tunisie amplifient les flux transfrontaliers entre les deux pays et modifient les stratégies d’accumulation économique des élites au pouvoir. Profitant des différences de prix, des politiques d’encouragement à l’importation, de la complicité des appareils de sécurité et des rentes de situation, on écoule tabac, cigarettes, carburant, électroménager, alcool, produits alimentaires, matériaux de construction, cheptel, pièces détachées pour voitures, produits électroniques (climatiseurs, écrans de télévision, téléphones portables) et même du cannabis. Mais, comme à la frontière avec la Libye, à Kasserine, ce sont les familles de Ben Ali et de son épouse, Leïla Trabelsi, qui s’emparent des trafics les plus lucratifs et veillent au recyclage de leurs profits dans l’économie formelle.

De ce fait, l’intensification de l’économie de la frontière ne dynamise guère Kasserine et n’améliore pas les conditions de vie de ses habitants. Relégué, le gouvernorat le demeure bel et bien, en s’insérant comme une « marge » dans la contrebande rentable, offrant son territoire comme zone de transit et ses jeunes comme un réservoir de petites mains bon marché. Pour le reste, cette contrebande profite surtout au centre, Tunis et son littoral ne tolérant qu’un enrichissement discret de quelques acteurs locaux.

En 2011, la révolution chamboule l’espace frontalier. Les trois composantes de la contrebande s’en trouvent affectées. La « vivrière » s’étend. De jeunes et moins jeunes chômeurs et précaires ainsi que des enfants en décrochage scolaire, tirant parti du relâchement du contrôle sécuritaire de la frontière et de l’intensification des flux qui s’est ensuivie, s’engagent dans des activités variées de petites mains. Ils se font embaucher comme porteurs, gardiens d’entrepôts, guetteurs, auprès des grands et moyens contrebandiers. Les plus fortunés parmi eux s’endettent avec l’appui de leur famille et s’achètent un pick-up pour transporter du carburant, souvent revendu dans le gouvernorat.

La contrebande « juteuse », bien intégrée dans l’économie formelle depuis l’époque de Ben Ali (matériaux de construction alimentant le secteur de l’immobilier, alcool ravitaillant le secteur touristique du littoral), s’affranchit, quant à elle, de la mainmise des familles au pouvoir. Ses seconds couteaux connaissent alors une ascension marquée par l’exacerbation des rivalités pour le partage des anciens réseaux, le contrôle des filières et des produits et la négociation avec de nouveaux arrivants alléchés par les gains faciles et les nouvelles opportunités offertes par l’ouverture du marché libyen, au lendemain de la chute de Mouammar Kadhafi (1969-2011).

Quant à la contrebande de produits illicites (cannabis, drogues surtout de synthèse), marginale avant la révolution, elle prospère après 2011, conduisant à une augmentation de l’offre de stupéfiants dans les quartiers populaires de Kasserine et à des problèmes d’addiction et de toxicomanie chez les jeunes. Ses entrepreneurs sont souvent désignés comme d’anciens hommes de main des réseaux des Trabelsi.

Un peu plus d’un an après la chute de Ben Ali, la montée du salafisme djihadiste à Kasserine change à nouveau la donne. À partir de 2012, les attaques répétées contre l’armée et la garde nationale, revendiquées par la branche tunisienne d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), établie au mont Chaambi, dans l’est du gouvernorat, imposent le renforcement des contrôles frontaliers. Les barrages routiers et les patrouilles se multiplient ; des zones militaires sont créées à proximité de la frontière. En juillet 2013, les autorités annoncent même un plan « anticontrebande ». En 2014, Jund al-Khalifa, résultant d’une scission d’AQMI, voit le jour à Kasserine et déclare son allégeance à l’organisation de l’État islamique (EI ou Daech). La coopération sécuritaire avec les États-Unis et d’autres pays occidentaux se renforce.

Le nouveau contexte provoque une brève compression des flux transfrontaliers qui touche surtout la contrebande « vivrière », exposant les plus démunis aux pénalités, aux pots-de-vin ruineux et à la répression. Les petites mains s’enfoncent plus encore dans la vulnérabilité et l’incertitude. Kasserine connaît alors, en décembre 2015 et janvier 2016, des affrontements entre jeunes des quartiers populaires et forces de l’ordre, les plus violents depuis 2011.

La reprise sécuritaire de Kasserine, loin d’éradiquer la contrebande, a provoqué sa reconfiguration. Certes, elle a d’abord rendu plus aléatoire la pratique de la contrebande « vivrière », surtout pour les plus démunis. Néanmoins, la logique du marché semble avoir atténué ses effets : l’inflation persistante dans le pays, tout en érodant le pouvoir d’achat de la population, a accru la demande de produits de première nécessité moins chers en Algérie (en particulier les produits alimentaires comme le lait pour nouveau-nés), encourageant non seulement la reconstitution de microréseaux familiaux et de pairs engagés dans leur commercialisation à Kasserine même, mais aussi l’extension de ces réseaux aux gouvernorats frontaliers du sud, Kébili et Tozeur, et l’implication d’un nombre croissant de femmes.

D’autre part, cette reprise sécuritaire ne semble pas avoir freiné la contrebande « juteuse ». Au contraire, l’attisement des rivalités qu’elle a suscité entre ses différents acteurs locaux a fini par conforter les positions des plus puissants parmi eux – ceux-là mêmes qui ont réussi à renforcer leur ancrage social en gérant et distribuant une ressource rare dans le gouvernorat, à savoir le travail. On a alors assisté à la réactivation des vieilles solidarités tribales, favorisée par ces puissants contrebandiers comme un vecteur de stabilisation de leurs réseaux clientélaires. Ainsi, une sorte de sélection naturelle s’est opérée parmi ces entrepreneurs, déterminée par l’argent et la proximité au pouvoir, synonymes de droit de passage et de patronage politique.

La contrebande de produits illicites, quant à elle, semble avoir bien réussi sa résilience, même si nous n’avons que très peu d’informations sur ses protagonistes et leur collusion avec les acteurs politiques ou sécuritaires. Il en va de même pour les modes de régulation interne de ce trafic, ses circuits de distribution, la territorialisation de ses échelons (grossistes, semi-grossistes, dealers de rue). Néanmoins, l’observation des cités populaires de Kasserine révèle la visibilité sociale croissante de la consommation/vente de cannabis, de drogues de synthèse ou de médicaments de substitution (en particulier le subutex) chez les jeunes des deux sexes, ainsi que l’apparition de nouvelles formes de violence liées à ce trafic. Certains jeunes activistes n’hésitent d’ailleurs pas à pointer du doigt les complicités policières à des fins de contrôle et de pacification sociale, surtout en temps de contestation.

Gouvernance locale : une petite rupture dans la continuité

Si la contrebande dans ses différentes composantes a réussi à s’accommoder du nouveau contexte politique et sécuritaire, c’est parce que la gouvernance de Kasserine n’a pas fondamentalement changé depuis la chute de Ben Ali. Outre le fait qu’ils ont reconduit les mêmes politiques économiques, les pouvoirs publics ont continué à recourir à deux modes éculés de traitement de la fracture sociale et territoriale. D’abord, l’administration par les « illégalismes » : pour compenser le délitement du salariat et de l’État social, on tolère la contrebande « vivrière » en fermant les yeux sur le passage par les postes frontaliers de marchandises transportées en faibles quantités, les étalages informels de produits algériens, l’approvisionnement des petites épiceries en produits alimentaires venus du marché parallèle, les pick-up qui transportent le carburant et les échoppes qui le revendent sur la route… Certes, une telle tolérance ne met pas les contrevenants à l’abri des pénalités ou des condamnations à des peines fermes ; et, d’autre part, elle favorise immanquablement la corruption des appareils sécuritaires. Néanmoins, elle offre en contrepartie aux pouvoirs publics un palliatif au chômage massif et une ressource pour conjurer un tant soit peu la contestation sociale dans les espaces réfractaires à l’ordre. Elle leur confère de surcroît la faculté d’arbitrer, de contrôler et de fixer des limites discrétionnaires au sein même des arcanes de l’économie « illégale ».

Le second mode a trait aux politiques assistancielles en faveur des populations dites « vulnérables ». Déployés dans une logique préventive, ces filets de protection renforcent, en raison de leur mise en œuvre opaque, les modalités clientélaires de l’exercice du pouvoir. À Kasserine, depuis 2011, des dispositifs spécifiques d’aide aux « familles nécessiteuses » et aux jeunes diplômés chômeurs de longue durée ont été réactivés ou mis en place. Le gouvernorat est d’ailleurs l’un des premiers bénéficiaires des « chantiers », ce dispositif étatique qui offre aux jeunes chômeurs un faible salaire et un contrat précaire à durée déterminée en échange de travaux d’intérêt public.

Néanmoins, on aurait tort de réduire la résilience de la contrebande à sa seule vertu sociale. Car derrière cette résilience se dessine aussi une tendance lourde, déjà à l’œuvre sous Ben Ali, à savoir l’inclination croissante de l’économie de la frontière à façonner des formes d’accumulation des richesses et à affecter les modes de légitimation du pouvoir.

À Kasserine comme dans le reste du pays, la fragilité des compromis politiques institués depuis 2011, la crise politique de 2013 qui a précipité la « réconciliation » d’Ennahdha avec l’« État profond », la fragmentation des élites au pouvoir, leurs difficultés à asseoir un ordre légitime et l’incapacité des mouvements sociaux à incarner une alternative crédible ont favorisé l’émergence dans le champ politique local d’hommes d’affaires à l’enrichissement fulgurant, souvent liés sous une forme ou une autre à l’économie de la frontière. Aussi, l’instabilité de la coalition issue du double scrutin législatif et présidentiel de 2014 entre Nidaa Tounes et Ennahdha, les querelles et les divisions incessantes qui caractérisent le premier et la déception d’une partie de l’électorat du second due à son incapacité à améliorer les conditions de vie des habitants du gouvernorat ont affaibli ces deux partis dans leurs fonctions de médiation et de redistribution des ressources symboliques et politiques.

Nidaa Tounes et Ennahdha ont perdu leur monopole de la notabilité locale au profit de puissants entrepreneurs, détenteurs d’un ancrage territorial clientéliste et concurrentiel grâce à leurs ressources économiques et sociales qui leur offrent désormais un levier de conquête du pouvoir local (ou de reconquête pour les anciens du régime de Ben Ali). Ainsi, ces notables profitent de la décentralisation en cours dans le pays avec ou sans affiliation à Nidaa Tounes et Ennahdha, même s’ils sont prompts à conclure des arrangements électoralistes avec l’un ou l’autre pour s’assurer sa bienveillance.

La montée en puissance de ces entrepreneurs sur la scène locale s’est manifestée lors des élections municipales de mai 2018. En effet, si les résultats de ce scrutin, le premier depuis la révolution, ont reconduit les rapports de force des législatives de 2014, affirmant l’hégémonie d’Ennahdha et de son rival Nidaa Tounes sur la scène kasserinoise, ils ont confirmé la position de premier plan désormais occupée par des hommes d’affaires locaux ayant pour certains servi sous l’ancien régime, et connus pour d’autres comme étant peu regardants sur la légalité de leurs affaires. C’est le cas du maire de Kasserine, Mohamed Kamel Hamzaoui, élu à la tête du conseil municipal grâce aux voix d’Ennahdha, ancien membre du comité central du RCD, président du club de football de la ville et ancien membre de Nidaa Tounes.

Pour autant, la réhabilitation de l’échange clientéliste comme mode de légitimation du pouvoir local ne va pas sans contestation. Outre la montée en puissance de ces entrepreneurs, les élections municipales à Kasserine ont également vu la percée de listes indépendantes portées par des jeunes issus de la société civile. Que ces listes aient existé, que des jeunes se soient rassemblés autour d’un projet alternatif mobilisant la révolution comme référent, voilà qui montre que le mouvement social n’a pas été défait. Il demeure, malgré sa fragilité, une composante non négligeable de l’équation politique tunisienne.

Radiographie économique de la Tunisie

Légende de la photo en première page : région pauvre et abandonnée, Kasserine reste toutefois le cœur du vent de contestation en Tunisie. © Shutterstock/robertonencini

Article paru dans la revue Moyen-Orient n°44, « Tunisie : un destin démocratique ? », novembre-décembre 2019.

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier