Armée et logistique : quand Amazon inspire l’US Army

Les technologies apportent de nouvelles solutions aux unités combattantes sur le champ de bataille, mais aussi à l’ensemble de l’armée… dans les entrepôts. La Defense Logistics Agency de l’US Army parie sur l’intelligence artificielle et les agents numériques et prend le géant Amazon comme modèle.

Le Lieutenant General Darrell Williams, directeur de la Defense Logistics Agency (DLA) a récemment déclaré que la sécurité de la supply chain était aussi importante que le soutien logistique aux différentes branches de l’US Army.

La DLA fournit aux armées américaines la nourriture, le carburant et de grandes quantités de fournitures diverses. Tout cela implique l’utilisation de technologies pour la gestion des entrepôts et les systèmes de distribution, à l’intérieur des États-Unis, mais aussi à l’extérieur, pour les soldats en opération.
IA et robotisation au service des entrepôts de l’armée
Williams a ajouté que la DLA mettait actuellement en œuvre des processus d’automatisation liés à l’intelligence artificielle (IA) et à la robotique pour le traitement des inventaires et l’augmentation de la production. La DLA expérimente également l’utilisation d’agents numériques (bots) pour la surveillance sans assistance 24 heures sur 24 et les activités liées à la sécurité.
« Une de nos réalisations, durant l’année passée, au sein de la DLA, a été de relever l’architecture de gestion de risques. Puis, subordonné à cela, nous avons relevé les éléments de sécurité de la supply chain et enfin, au sein cette supply chain, nous regardons de très près la cybersécurité. »
Williams indique par ailleurs que la DLA dispose de processus d’enquêtes très performants. L’agence cherche à utiliser les technologies dans l’IA et le machine learning pour la gestion des entrepôts de l’US Army et pour répondre aux exigences des plannings. L’objectif est de moderniser les opérations tout en améliorant l’exactitude des données et en diminuant les coûts.
La DLA a d’ailleurs signé un partenariat avec le monde de l’industrie pour la recherche sur l’IA. Jesse Rowlands, qui travaille au sein de l’Analytics Center of Excellence de la DLA, a indiqué que l’IA avait des fonctions illimitées, incluant des capacités de prédiction qui permettent d’obtenir des évaluations à la demande ou des composants particuliers.

Un plan global de sécurité
Ces nouveaux processus s’inscrivent dans le nouveau plan censé prendre en charge l’ensemble de la sécurité de la supply chain incluant des programmes de détection de composants contrefaits et de codes d’accès piratés des fournisseurs de l’armée américaine. La DLA avait d’ailleurs indiqué que la Stratégie de sécurité de la supply chain collectait également des données du colonel Ritzel, directeur exécutif de la Nuclear Enterprise Support Office qui dépend de l’agence.
Williams avait signé une déclaration indiquant que le plan nécessitait la participation de chaque membre de l’agence, car la perturbation de la supply chain « n’est pas une option pour les combattants. »
« Nous opérons au sein d’une supply chain globale, vulnérable aux différentes menaces, que ce soit le cyber ou des acteurs malfaisants qui tentent intentionnellement de perturber nos supply chains ou qui se présentent comme des vendeurs légitimes », avait alors indiqué le colonel Ritzel.
Afin de rationaliser les efforts, la DLA s’est associée à la General Service Administration (GSA). L’objectif est de répertorier les sept millions d’articles répartis dans les 600 catégories de la Federal Supply Classification qui classe les fournitures selon leur utilisation. La vérification qui s’annonce, la première depuis 50 ans, a pour buts de réduire les achats redondants, d’améliorer les réponses aux clients et l’acquisition d’articles dans la supply chain du gouvernement fédéral.
La DLA et la GSA développent conjointement un outil pour automatiser le traitement des données dans tous les approvisionnements fédéraux. Cet outil aidera le gouvernement fédéral à déterminer les approvisionnements appropriés pour leurs transferts logistiques. Des représentants des deux agences analyseront par la suite ces articles et décideront si un changement d’approche profitera à l’ensemble de la supply chain.
De l’avis même du Lieutenant General Williams, Amazon est une référence dans le domaine de la supply chain et de la gestion d’entrepôts, notamment avec l’utilisation de l’IA, des robots et même des drones. L’objectif de la DLA est de s’inspirer des pratiques les plus efficaces du géant américain pour fournir le meilleur soutien, au plus faible coût, aux soldats sur la ligne de front. 

Légende de la photo ci-dessus : Le système de management de la supply chain et des services financiers de l’US Navy, le logiciel de gestion intégré (ERP ou Enterprise Resource Planning), quitte le système de serveurs pour le cloud. Cela va permettre un accès plus facile et plus rapide aux données comme le statut des commandes et des livraisons. © US Navy

Article paru dans la revue DefTech n°07, « Guerre du futur : les nouveaux enjeux du cyberespace », janvier-mars 2020.
.
Votre panier