Blog de Joseph HENROTIN

DSI n°151 – L’éditorial

DSI 151 - janvier-février 2021 - Royal Marines : nouvelles missions, nouvelles visions

Si l’on s’empressera certainement d’oublier l’année 2020 (et nous en profitons pour vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021), constatons aussi que, tout comme les défis liés à la pandémie, ceux liés à la situation stratégique globale ne se régleront pas facilement. Si des espaces de coopération perdurent, le monde oscille durablement entre compétition et confrontation. « Paix impossible, guerre improbable, une fois de plus », nous diraient les mânes de Raymond Aron. Le monde qu’il analysait a bien changé : si la guerre semble toujours improbable au Centre-Europe, ce que l’on voyait alors comme ses périphéries ne le sont plus. Polycentrique, le monde ne l’est pas uniquement d’un point de vue économique, il l’est également d’un point de vue stratégique. Ce que montrent les dix dernières années est bien plus dynamique. Les grandes puissances militaires mutent et évoluent, mais sont rejointes par d’autres.

Le champ des « moyennes puissances » s’est d’autant plus élargi qu’elles s’arrogent un large éventail de modes d’action, entre action sur tout le spectre de la stratégie intégrale, influence, guerre par procuration, investissement des domaines cyber et spatiaux, et, bien entendu, opérations militaires combinées, y compris sur des élongations géographiques qui auraient semblé peu probables ne serait-ce qu’en 2010. S’il est devenu trivial de dire que le monde réarme, encore faut-il noter que cet armement est souvent acheté ou conçu de manière plus stratégiquement pertinente et que l’« achat de prestige » est à présent moins la norme que l’exception. In fine, la puissance dure, loin d’avoir disparu comme le prophétisaient certains dans les années 1990, est devenue la clé de voûte de toutes les autres formes de puissance, de même que leur condition de réalisation.

Le défi est immense, mais le propre de la politique, comme de la stratégie dont elle constitue l’une des expressions, est de dépasser les déterminismes, y compris ceux découlant des glissements que nous observons dans la distribution de la puissance. Face à son caractère changeant, la nature de la guerre reste identique. Beaufre y voit la dialectique des volontés opposées et il a certainement raison, mais dans notre contexte, on pourrait, avec Hervé Coutau-Bégarie, aller plus loin et voir dans la stratégie la « dialectique des intelligences ». Soit un constat autant qu’un espoir.

Vous pouvez consulter le sommaire de DSI n°151 en ligne et l’acheter en format papier et en version lisible en ligne.

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier