Magazine Carto

Le dilemme de l’indépendance au Groenland

Le 24 avril 2018, les habitants du Groenland se sont exprimés, à l’occasion d’élections législatives, sur le renouvellement du Parlement local et sur l’avenir de ce territoire autonome danois. Si l’indépendance de cette terre arctique est prévue par la Constitution du Danemark, il semble que les autorités locales ne soient pas pressées d’accélérer ce processus. L’avenir du Groenland est incertain en raison notamment de la question des ressources à exploiter ou à préserver.

Sous souveraineté danoise dès 1721, puis colonie à partir du début du XIXe siècle, le Groenland est un territoire singulier. Cette île-continent (2,17 millions de kilomètres carrés) du monde arctique, peuplée par 57 713 habitants en 2017 (dont 90 % d’Inuit), bénéficie d’un statut particulier. Depuis 1979, elle jouit d’une « autonomie interne » qui a abouti à la création d’un Parlement (Inatsisartut) et d’un gouvernement souverain sur les questions intérieures (pêche, chasse, éducation, culture…). En 2009, le Groenland obtient une « autonomie renforcée » et, depuis cette date, l’île est cosouveraine en matière de gestion et d’exploitation des ressources de son sous-sol. Elle dispose d’un droit constitutionnel à l’autodétermination avec l’aval des autorités de Copenhague, qui conservent encore les fonctions régaliennes (diplomatie, armée, justice…). Tout est donc en place pour l’indépendance d’un territoire non incorporé dans l’Union européenne (UE) que les Groenlandais ont quittée en 1985 par référendum (en 1982).

Des enjeux politiques et économiques

Cette question de l’indépendance était l’un des enjeux portés par la campagne des élections législatives qui se sont déroulées le 24 avril 2018. Le Siumut (« En avant »), parti social-démocrate de Kim Kielsen (né en 1966, Premier ministre depuis 2014) est arrivé légèrement en tête avec 27,2 % des voix du tour unique, remportant ainsi neuf des 31 sièges que compte l’Assemblée. Il ne pourra gouverner seul, comme lors de la dernière législature, et il devrait à nouveau former une coalition avec d’autres partis « prominiers » afin d’obtenir la majorité des sièges. Le grand perdant de l’élection est le parti Inuit Ataqatigiit (« Communauté inuit »), formation de gauche, écologiste, plus réservée sur la gestion des ressources, qui n’est arrivée qu’en deuxième position avec 25,5 % et huit élus.

Si la question de l’indépendance est au cœur du projet politique depuis de nombreuses années, les partis ne semblent pas avoir le même calendrier en perspective, certains souhaitant accélérer le processus et accéder à l’indépendance d’ici à quelques années, d’autres envisageant une démarche plus lente en plusieurs décennies pour atteindre le même objectif. Dans l’ensemble, les Groenlandais sont assez frileux en ce qui concerne l’indépendance, car ils craignent une baisse de leur niveau de vie.

L’avenir d’un Groenland indépendant est incertain, et ce, pour plusieurs raisons. La première est évidemment économique. Le potentiel productif de l’île est encore médiocre (PIB de 2,1 milliards d’euros en 2016) et dépend principalement du secteur de la pêche, qui représente 90 % des exportations du territoire. Le Groenland vit en grande partie sous perfusion du Danemark, qui verse chaque année environ 500 millions d’euros et contribue ainsi à près de 60 % du budget de l’île. Sans ces subsides, qui disparaîtraient en cas d’indépendance, pas de fonctionnement possible. Le Groenland est aussi sous la dépendance de sa géographie. Les contraintes climatiques sont fortes sur un territoire marqué par sa nordicité et recouvert à 85 % par un épais inlandsis. Le marché intérieur est réduit et le territoire souffre d’un déficit de main-d’œuvre qualifiée, les jeunes ayant tendance à partir sur le continent pour poursuivre leurs études et trouver un emploi. Le tourisme (croisières, randonnées…) est un gisement à développer, mais il se heurte au manque d’investissement et à la concurrence du Canada et de l’Islande.

Une île stratégique à l’environnement fragile

Le dérèglement climatique et la fonte des glaces continentales et marines ont des conséquences durables pour le Groenland contemporain. L’île borde les routes maritimes du nord-ouest qui devraient s’activer avec la fonte plus durable de la banquise et elle pourrait se retrouver au cœur d’un nouveau réseau de voies maritimes. Les contentieux internationaux, avec les États-Unis et/ou le Canada, ne manqueraient pas de surgir sur la question de la libre circulation des navires, alors que le Groenland accueille toujours une base militaire américaine (à Thulé) abritant un système de détection radar et satellitaire face à la « menace » russe, héritage de la guerre froide.

Mais la question centrale est celle de l’exploitation potentielle des ressources minières du territoire dont les conditions pourraient être facilitées dans les prochaines décennies à la faveur de la fonte progressive des glaces de l’inlandsis et de la banquise. Depuis 2009, de nombreuses zones de prospection pétrolière et minière (uranium) ont été accordées à différentes compagnies étrangères (russes, canadiennes, américaines, chinoises…). Toutefois, l’extractivisme a ses limites (éloignement des sites, absence d’infrastructures de communication, déficit de personnel qualifié…) et seules deux mines (une de rubis/saphir et une d’anorthosite) sont actuellement exploitées dans le sud de l’île.

La population et les élus du Groenland sont confrontés à un dilemme : d’un côté, une indépendance politique adossée à une indépendance économique rendue possible par le réchauffement climatique, au mépris du développement durable ; de l’autre, le statu quo et la confirmation du statut de périphérie du monde, dépendante des transferts de Copenhague. Entre nouveau centre et périphérie, c’est tout l’enjeu du futur du Groenland qui se joue. 

Article paru dans la revue Carto n°48, « La Mésopotamie : 3000 ans d’histoire entre Tigre et Euphrate », septembre-octobre  2018.

À propos de l'auteur

Éric Janin

Agrégé de géographie, Éric Janin est professeur en classes préparatoires aux grandes écoles en Île-de-France.

À propos de l'auteur

Laura Margueritte

Laura Margueritte

Cartographe pour les magazines Carto et Moyen-Orient.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, DSI (Défense et Sécurité Internationale), Carto et Moyen-Orient.

Dans notre boutique

Votre panier