Géopolitique de l’agriculture et de l’alimentation : les questions au menu de 2020

Au moment où la Chine est secouée par la peste porcine africaine (PPA), quelle est la place des produits alimentaires et de l’agriculture dans la guerre commerciale qui oppose ce pays aux États-Unis ?

S. Abis : Il ne faut pas sous-estimer l’importance de la peste porcine, qui fait des ravages en Chine depuis la mi-2018. Alors que l’empire du Milieu est à la fois le premier producteur et le premier consommateur mondial de viande de porc, cette épizootie (non transmissible à l’homme), d’une ampleur inédite et très difficile à contrôler, fait grimper les prix sur le marché mondial et impacte l’équilibre des échanges.

On estime ainsi à 200 millions le nombre de cochons qui manqueront à l’appel en Chine en 2019, soit l’équivalent de la production européenne ! Évidemment, le pays doit combler sa production par un approvisionnement accru sur le marché mondial, alors même que les prix du porc augmentent partout, comme en Europe où ils ont grimpé de 35 % en 2019. N’oublions pas que la Chine assurait près de la moitié de la production mondiale de porc et que cette crise sanitaire lui a fait perdre 40 % de son cheptel. Or, la PPA ne connaît pas de frontières et des cas ont été recensés dans les pays voisins, malgré les mesures drastiques prises par les autorités chinoises pour endiguer l’épizootie. Le Vietnam, cinquième producteur mondial, a déjà abattu plus d’un million de porcs ; Hong Kong a également déclaré avoir eu des cas de PPA.

Des aliments contaminés ont été détectés dans plusieurs pays de la zone Asie-Pacifique comme en Australie, en Corée du Sud, en Thaïlande, à Taïwan ou au Japon. Et dès 2018, la PPA s’est même étendue à l’Europe et fait l’objet d’une surveillance croissante de la part des autorités sanitaires, agricoles et militaires. Mais puisque le malheur des uns fait le bonheur des autres, soulignons qu’il s’agit là d’une aubaine pour les grands producteurs épargnés par la maladie, comme les États-Unis. Ce pays exporte donc davantage, et ce malgré le fait que sa viande de porc soit taxée à hauteur de 62 % par la Chine, contre 12 % en temps normal, en raison du contexte de guerre commerciale. Malgré les tensions entre les deux géants, l’action du plus important producteur américain de viande, Tyson Foods, a augmenté de plus de 75 % entre janvier et septembre 2019 !

M. Brun : Combinées à la guerre commerciale entre Washington et Pékin, les retombées géopolitiques et géoéconomiques de la PPA seront nombreuses. Si les différends se poursuivent dans le temps, il faudra voir comment la Chine sera capable de trouver de nouvelles origines pour importer la viande de porc nécessaire à sa consommation intérieure… Autre produit au cœur des différends commerciaux entre Washington et Pékin : le soja. En effet, les importations chinoises de cette légumineuse représentaient, avant les tensions, 65 % des importations mondiales en graines de soja. De l’autre côté, seulement deux pays, les États-Unis et le Brésil, ont compté pour 80 % des exportations mondiales pour 2016-2017. Les droits de douane imposés sur le soja nord-américain sont donc critiques pour les fermiers étatsuniens, qui représentent en outre une base électorale non négligeable pour l’actuel occupant de la Maison-Blanche, Donald Trump. Le soja importé par la Chine est d’ailleurs pour moitié utilisé pour nourrir les porcs, et on voit donc que ces deux paramètres vont provoquer des changements majeurs sur le marché mondial. Il faut aussi élargir la perspective et analyser la santé animale comme un enjeu considérable qui nécessite une grande attention. Les crises sanitaires peuvent avoir des conséquences géopolitiques et géoéconomiques majeures. Le secteur du végétal est lui aussi concerné par ces risques à prévenir. Prenons ainsi le cas du Sud de l’Italie, qui voit sa filière oléicole fragilisée depuis plusieurs années à cause de la bactérie Xylella fastidiosa. Face à ces risques sanitaires aux facettes multiples, il faut plus de coordination des acteurs, plus de surveillance intégrée et plus de solutions agropharmaceutiques adaptées.

À la lumière des événements récents sur le Brexit, dont les conséquences sont encore difficilement appréciables, qu’en est-il de la puissance agricole de l’Europe ?

S. A. : Il n’a échappé à personne que la mise en place du Brexit et de ses conditions ont été incroyablement chaotiques. Les conséquences qui le suivront seront probablement dans la même veine, y compris dans les domaines agricoles et halieutiques. Outre le fait que le Royaume-Uni (R.-U.) va irrémédiablement quitter la Politique agricole commune (PAC) — ce qui obligera ce pays à repenser ses politiques agricoles et son système de subventions aux agriculteurs —, des questions demeurent sur la mise en pratique du Brexit. Quid des transports et de la chaîne logistique de la filière agro-alimentaire, qui seront forcément impactés, d’une manière ou d’une autre ? Les conséquences vont s’inscrire dans le long terme et il faudra beaucoup de temps et d’adaptation pour reconstruire les industries agro-alimentaires européennes et britanniques autour de ce nouveau paradigme.

M. B. : Je rappelle également qu’un certain nombre de pêcheurs britanniques avaient soutenu le « Yes » lors du référendum de 2016, avec le slogan « Fishing for leave » (La pêche pour la sortie de l’UE). Ils s’opposaient à la Politique commune des pêches (PCP), l’une des plus intégrées de l’Union européenne (UE), et ont fourni beaucoup d’arguments aux partisans du Brexit. En filigrane, on peut lire dans cette position la volonté de reprendre le contrôle des mers, un élément majeur dans les stratégies géopolitiques britanniques. Ce secteur, la pêche maritime, très important pour l’économie du R.-U., va être forcément bousculé par le Brexit, même s’il est encore trop tôt pour savoir si ce sera porteur d’opportunités ou de risques. Les secousses devraient être ressenties en France et dans le reste du Vieux Continent évidemment, puisque beaucoup de pêcheurs français mais aussi des pays du Nord de l’Europe pratiquent leur activité en eaux britanniques.

L’Afrique s’apprête, peut-être, à accéder à un nouveau stade d’intégration économique en vue de la mise en application de sa Zone de libre-échange commerciale. Quel est l’impact attendu sur les économies de ces pays, et plus particulièrement sur leurs secteurs agricoles ? Dans les pays africains en développement, de quelle façon peut-on accompagner les agriculteurs pour trouver les modèles adaptés aux problématiques de demain ?

M. B. : En effet, le 21 mars 2018, 49 États africains ont signé l’accord prévoyant la mise en place d’une Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) sous l’égide de l’Union africaine (UA). Aujourd’hui, le projet a été signé par 54 États, mais tous ne l’ont pas encore ratifié. C’est effectivement une avancée encourageante pour l’intégration du continent africain, même si la ZLEC n’est pas encore appliquée dans les faits. Pour autant, elle ne doit pas masquer bon nombre de défis auxquels sont confrontées les économies africaines. Le principal objectif de l’accord sera, dans un premier temps, de participer au décollage du commerce intra-africain qui ne représente aujourd’hui que 16 % des échanges des pays du continent… Un réel problème en matière de développement pour ces économies déjà fragiles et qui, pour certaines, sont en pleine transition. Mais un libre-échange mal maîtrisé pourrait devenir un risque.

Les économies du Nigéria et de l’Afrique du Sud, foncièrement différentes, illustrent bien les disparités qui règnent sur ce continent vaste et complexe : ces deux champions économiques défendent des positions radicalement opposées vis-à-vis de la ZLEC. Si l’Afrique du Sud, dont l’économie est stable et diversifiée, a toujours fait preuve d’enthousiasme, le Nigéria, dont l’économie dépend essentiellement de ses exportations de pétrole brut, s’est montré plus réticent. Alors que le tiers des exportations de l’Afrique du Sud s’effectue déjà vers le marché intra-africain, l’économie nigériane, plus fragile, craint pour le sort de ses industries naissantes et le risque de dumping que pourrait engendrer un libre-échange mal maîtrisé. Même si Abuja a finalement adhéré à la ZLEC, ses réserves sont révélatrices des difficultés auxquelles pourrait se confronter le projet.

Soulignons un point central. Généralement, une zone de libre-échange naît du cas où plusieurs marchés s’échangent déjà des biens et des services et où le besoin de supprimer des droits de douane réciproques se fait sentir, ce qui vient accentuer le volume des échanges. La ZLEC, elle, est pensée comme une incitation à des échanges qui n’existent pas ou peu. La majorité des économies africaines trouvent leurs sources de revenus dans l’exportation de matières premières en dehors du continent, en l’absence d’industries de transformation qui permettraient la création de valeur ajoutée sur les territoires nationaux. Il faut donc dire que le principal levier du développement africain doit être l’industrialisation des pays et le déploiement de meilleures infrastructures, plus qu’une zone de libre-échange. Cela étant dit, l’agriculture offre de très grandes opportunités de croissance pour les pays africains, et notamment pour réduire la pauvreté.

Même dans un contexte de libre-échange, les États ne devront donc pas oublier de mettre en place de vraies politiques agricoles ambitieuses, qui replacent l’agriculture dans son rôle stratégique, dans des économies qui en sont profondément dépendantes. C’est le cas au Maroc, où l’agriculture — et en particulier ses campagnes céréalières — est un moteur essentiel de la croissance du PIB. Les années de sècheresse et de mauvaises récoltes handicapent l’ensemble des secteurs économiques. C’est la raison pour laquelle le pays s’est lancé en 2008 dans un ambitieux programme de développement, le Plan Maroc Vert, qui inspire aujourd’hui d’autres pays comme le Gabon.

À propos de l'auteur

Sébastien Abis

Sébastien Abis

Chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et directeur de DEMETER. Directeur de la publication du Déméter 2020.

À propos de l'auteur

Matthieu Brun

Matthieu Brun

Chercheur à Sciences Po Bordeaux – laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM), responsable des études et des partenariats académiques à DEMETER ; directeur de la publication du Déméter 2020.

Bienvenue sur Areion24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions internationales et stratégiques (chercheurs, universitaires, etc.) et publiés dans les magazines Diplomatie, Carto, Moyen-Orient et DSI.

Dans notre boutique

nec suscipit nunc ut mi, non
Votre panier
Areion24.news

GRATUIT
VOIR