Magazine Diplomatie

Chine : 2022, l’année de tous les périls ?

Des dissensions au sommet de la hiérarchie du PCC ?

Malgré les apparences de l’unité politique et de la conformité idéologique, le PCC n’est pas et n’a d’ailleurs jamais été un monolithe omniscient ; il y existe bien des factions politiques et des groupes d’intérêts concurrents qui se livrent à d’intenses batailles de couloirs. Bien que l’opacité du système politique chinois rende leur interprétation difficile, plusieurs indices semblent indiquer que le sommet de l’État-parti chinois est aujourd’hui tiraillé par les importants désaccords sur la marche à suivre. Xi Jinping, érigé en noyau du parti et leader incontestable du peuple par les chants louangeurs de la propagande, a récemment multiplié les appels à l’unité du PCC par le biais des différents relais officiels. Les cadres sont sommés à soutenir, défendre et suivre le camarade Xi Jinping, en démontrant ainsi leur loyauté absolue à la cause du parti et du peuple. Faudrait-il en déduire que le ralliement des dirigeants et des élites à la « ligne juste » de Xi Jinping commence à faire défaut au moment où il s’apprête de solliciter un troisième mandat du secrétaire général du PCC ? La réticence initiale des autorités municipales de Shanghai à suivre à la lettre les directives de la politique zéro Covid semble en témoigner. En choisissant de confiner seulement les quartiers avec les cas de Covid-19, elles ont tenté de tester les solutions alternatives à celle de Xi Jinping, basées sur le principe de la coexistence avec le virus, dans l’espoir de réduire le coût économique des restrictions sanitaires. Cette solution n’a pas été jugée efficace par Pékin qui décrète le confinement total de la ville. Toutefois, le chef du parti à Shanghai, Li Qiang, homme lige de Xi Jinping, n’arrive pas à faire face à la montée du mécontentement de la population qui conteste ouvertement les règles inhumaines de confinement qu’on lui a imposées. Pékin se voit alors obligé de lui envoyer en renfort des troupes et des contingents de la police armée venant d’autres provinces chinoises et qui ont repris en main la gestion de la ville. Malgré l’annonce de la réouverture graduelle des commerces de Shanghai le 15 mai 2022, la capitale économique de la Chine est loin de revenir à la normalité d’avant le confinement. En citant l’impératif de la politique zéro Covid, les autorités ont mis en place une panoplie de nouveaux règlements restrictifs qui seraient là pour durer. Pour utiliser les transports en commun, par exemple, les habitants de Shanghai vont devoir non seulement porter un masque et avoir un QR code de santé vert, mais aussi montrer un résultat de test d’acide nucléique négatif datant de maximum 48 heures. Les moniteurs de santé intelligents installés à toutes les stations de métro et aux arrêts de bus vont surveiller leur température. Les entreprises pourront fonctionner seulement en « boucle fermée » ou « semi-fermée » avec les stricts contrôles d’entrées et de sorties, voire l’interdiction de quitter le lieu de travail — un fonctionnement qui rappelle le système de bulle sanitaire mis en place lors des Jeux olympiques de Pékin en février dernier. Cela veut dire qu’une grande majorité de PME locales ne pourront pas reprendre leur activité faute de capacités financières et logistiques leur permettant de créer et surtout de maintenir une telle bulle pendant plusieurs semaines. La menace de l’instabilité économique qui pourrait donner corps au mouvement de contestation populaire n’est pas le seul sujet qui divise les dirigeants. La conduite de la politique étrangère est un autre point chaud. Xi Jinping a choisi d’abandonner la politique du « profil bas » dans les relations internationales, léguée par Deng Xiaoping, en cherchant à affirmer l’ascension de la Chine au rang de superpuissance par tous les moyens à sa disposition. Ce changement d’attitude assez radical n’a pas été du goût de tous les dirigeants chinois, d’autant plus que le nombre de défis auxquels la Chine se voit confrontée depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping augmente sans cesse. La guerre commerciale avec les États-Unis, l’échec du soft power chinois en Europe, la détérioration notable des relations avec le Japon et la Corée du Sud, le très risqué partenariat stratégique avec la Russie : autant de « faux pas » que la Chine a fait sous la direction de Xi Jinping. Les critiques de choix politiques de Xi Jinping restent voilées, comme c’est coutume de tous les régimes communistes. Ainsi, en décembre 2021, l’ancien ambassadeur chinois aux États-Unis, Cui Tiankai, a souligné que la Chine devait garder la tête froide dans ses relations avec Washington puis a ajouté une mise en garde contre toute personne aventureuse ou incompétente tentée de mener une guerre à laquelle la Chine n’est pas préparée, car une guerre motivée par la colère et la vanité ruinerait toutes les réussites que la Chine a réalisées grâce à la sueur et au sang de son peuple. Bien que Cui Tiankai ait soigneusement évité de mettre directement en cause Xi Jinping, personne n’est resté dupe quant à l’identité du destinataire de ces remontrances. Mais est-ce que le renouvellement du mandat de Xi Jinping pourrait être menacé par ces dissensions internes ? Il est difficile de faire des prédictions car plusieurs scénarios sont désormais possibles. Xi Jinping pourrait bien rester aux commandes de l’État-parti chinois pour un autre mandat en s’assurant des appuis des autres hauts dirigeants, à Pékin, mais aussi dans les provinces et régions autonomes. D’autre part, une crise politique au sommet du PCC pourrait également l’empêcher de réaliser ce tour de passe-passe ou bien fragiliser son pouvoir personnel et son emprise sur l’appareil dirigeant en modifiant ainsi le statu quo au sein du Politburo. Plusieurs facteurs pourraient influencer ce processus : le succès ou l’échec de la stratégie de zéro Covid, le rebond ou la stagnation de la croissance chinoise, la montée ou l’apaisement de tensions sociales. Sur le plan international, la durée et l’issue du conflit ukrainien, ainsi que l’évolution des relations entre la Chine, les États-Unis et l’UE, seraient elles aussi déterminantes.

Notes

(1) Le Quadrilateral security dialogue (Quad) rassemble les États-Unis, l’Australie, le Japon et l’Inde.

(2) CGTN, « Xi Jinping calls for vigilance against bloc confrontation over Ukraine », 10 mai 2022 (https://​news​.cgtn​.com/​n​e​w​s​/​2​0​2​2​-​0​5​-​1​0​/​P​r​e​s​i​d​e​n​t​-​X​i​-​h​o​l​d​s​-​p​h​o​n​e​-​t​a​l​k​s​-​w​i​t​h​-​F​r​e​n​c​h​-​P​r​e​s​i​d​e​n​t​-​E​m​m​a​n​u​e​l​-​M​a​c​r​o​n​-​1​9​V​q​U​I​0​q​c​B​G​/​i​n​d​e​x​.​h​tml).

(3) Jonathan Cheng, « China GDP Grew 8.1 % in 2021, Though Momentum Slowed in Fourth Quarter », The Wall Street Journal, 16 janvier 2022 (https://​www​.wsj​.com/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​c​h​i​n​a​-​g​d​p​-​g​r​e​w​-​8​-​1​-​i​n​-​2​0​2​1​-​t​h​o​u​g​h​-​m​o​m​e​n​t​u​m​-​s​l​o​w​e​d​-​i​n​-​f​o​u​r​t​h​-​q​u​a​r​t​e​r​-​1​1​6​4​2​3​8​6​349).

(4) Géant chinois de l’immobilier menacé de défaut de paiement et endetté à hauteur de 260 milliards d’euros en 2021. (NdLR)

(5) Martin Feldstein, « What is China’s ‘new normal’ ? », World Economic Forum, 27 mars 2015 (https://​www​.weforum​.org/​a​g​e​n​d​a​/​2​0​1​5​/​0​3​/​w​h​a​t​-​i​s​-​c​h​i​n​a​s​-​n​e​w​-​n​o​r​m​al/).

(6) John Hopkins University, Coronavirus Resource Center, « Mortality Analyses », consulté le 21 mai 2022 (https://​coronavirus​.jhu​.edu/​d​a​t​a​/​m​o​r​t​a​l​ity).

(7) James Palmer, « China’s COVID-19 Data Doesn’t Match Its Harsh Restrictions », Foreign Policy, 11 mai 2022 (https://​foreignpolicy​.com/​2​0​2​2​/​0​5​/​1​1​/​c​h​i​n​a​-​c​o​v​i​d​-​d​a​t​a​-​s​h​a​n​g​h​a​i​-​l​o​c​k​d​o​wn/).

Article paru dans la revue Diplomatie n°116, « La France en Afrique : fin de partie ? », Juillet-Août 2022.

Lectures offertes

Lectures offertes

Afin de permettre une meilleure compréhension des évènements qui frappent aujourd'hui l'Ukraine, nous partageons GRATUITEMENT les derniers numéros des nos magazines DIPLOMATIE et DSI consacrés à la géopolitique et aux forces militaires russes. Bonne lecture !

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier