Magazine DSI HS

Robotique terrestre : roue libre

Le domaine de la robotique terrestre connaît des développements exponentiels, motivés par la recherche de création de masse couplée à des progrès dans bon nombre de domaines liés – à commencer par les IA et la sécurité des liaisons de données. Si les forces n’en sont pas encore à l’opérationnalisation, les propositions de designs se multiplient cependant.

2021, de ce point de vue, aura vu plusieurs annonces et développements. En Israël, le futur véhicule de combat d’infanterie combinera des engins pilotés in situ et à distance, dans une logique rappelant le MGCS. Au terme d’une série d’expérimentations ayant montré la place déterminante de l’ergonomie (voir DSI, hors-­série no 69), c’est finalement IAI qui a été sélectionné pour le développement d’un démonstrateur (voir DSI no 155), le véhicule piloté ayant lui-­même une masse d’environ 35 t. Via une conception « en cockpit », il s’agira pour l’équipage de deux hommes d’interagir avec des robots, mais aussi de disposer d’une IA permettant d’assurer une fusion des données, en s’appuyant sur les différents capteurs disponibles, tout en détectant, classifiant et priorisant les menaces. La fusion de données et l’IA doivent aussi aider à la planification et à la mobilité, en indiquant les meilleures voies à emprunter. Aucune date de mise en service opérationnel n’a encore été donnée pour le nouveau système. Israël poursuit également ses travaux avec le Rex Mk II, un 4 × 4 hybride doté d’une tourelle téléopérée. Là aussi, le système dispose d’une capacité de navigation automatique ou encore de télécommande.

Les États-Unis

Les États-Unis ne sont pas en reste. Au cours du dernier salon AUSA, General Dynamics a présenté une famille de robots, le TRX, de la classe 10 t. C’est une plate-­forme chenillée à plateau pouvant être configurée pour une série de missions : reconnaissance, guerre électronique, appui direct ou indirect (en l’occurrence, par l’aptitude au transport et au lancement de munitions rôdeuses Switchblade), logistique, brêchage ou encore lutte antidrones. Ses opérations sont semi-­autonomes : il n’est pas télécommandé en permanence. General Dynamics n’est cependant que l’un des acteurs du marché américain et n’a d’ailleurs pas été sélectionné en janvier 2020 pour la conception et la construction de démonstrateurs de robots terrestres légers et moyens, contrairement à Textron et Qinetiq North America. Les deux firmes doivent concevoir des systèmes qui seront utilisés dans une série d’expérimentations au niveau de la compagnie dès la fin de 2021. L’US Army n’a cependant pas encore arrêté de doctrine en matière d’usage et d’intégration de ses futurs robots ; son élaboration est annoncée pour 2023.

Pratt Miller a également présenté son Expeditionary modular autonomous vehicle – medium caliber armament (EMAV-MCA). L’EMAV lui-­même est une plate-­forme chenillée modulaire compacte pouvant, avec une charge utile de l’ordre de 3,5 t, être embarquée dans un MV‑22B. Propulsé par un moteur hybride diesel/électrique lui permettant d’atteindre les 50 km/h, le système est, comme le TRX, une plate-­forme adaptable aux besoins. En l’occurrence, une série de tests ont été menés avec les Marines en juin. Ils ont inclus des scénarios d’évacuation sanitaire, mais aussi de lancement d’un système de brêchage MICLIC. En octobre, ses capacités en charge utile ont été démontrées avec l’installation d’un canon XM‑813 Bushmaster doté de tubes de 30 et de 40 mm. Dans cette configuration, il n’entre cependant pas dans la soute du MV‑22B, mais peut être transporté sous élingue, ce qui ouvre la voie à des scénarios aéro-­amphibies plus complexes.

Des plates-­formes plus légères voient également le jour. Ghost Robotics a ainsi présenté un robot quadrupède porteur d’une arme de sniping en 6,5 mm et de ses optiques de tir. Ce type de robot est déjà testé et commercialisé par Boston Dynamics (Spot). Baptisé SPUR (Special purpose unmanned rifle), le système serait particulièrement stable du fait de la configuration du porteur, qui calcule la position de chaque patte 2 000 fois par seconde. Le système pourrait détecter et verrouiller sa cible, tandis que le porteur dispose de suffisamment d’autonomie pour continuer à fonctionner si ses capteurs sont endommagés. Il n’a toutefois pas encore trouvé acquéreur.

Lectures offertes

Lectures offertes

Afin de permettre une meilleure compréhension des évènements qui frappent aujourd'hui l'Ukraine, nous partageons GRATUITEMENT les derniers numéros des nos magazines DIPLOMATIE et DSI consacrés à la géopolitique et aux forces militaires russes. Bonne lecture !

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier